Communiqués de presse - Avril 2003 - Célébration internationale de la Journée mondiale de l’environnement au Liban, le 5 juin 2003 - 30 avril 2003 - United Nations Environment Programme (UNEP)
Programme des Nations Unies pour l'environnement
l'environnement au service du développement Rechercher 
Salle de presse
 
 Accueil
 Contacts Médias
 Communiqués de  presse
 A la une
 Discours
 Photos
 Audiovisuels
 Films et Vidéos
 RSS / Baladodiffusion
 Affiches
 E-Cards

 

 

 Imprimer [English]
 

Célébration internationale de la Journée mondiale de l’environnement au Liban, le 5 juin 2003 - 30 avril 2003

Cliquez pour accéder au site de la Journée mondiale de l'environnement

Une première dans le monde arabe

Nairobi/Beyrouth, 30 avril 2003 – La Journée mondiale de l’environnement, sera cette année célébrée le 5 juin, au Liban, pays dont les cèdres légendaires sont vénérés depuis l’époque où les Phéniciens parcouraient les mers, a annoncé aujourd’hui le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE).

Ce sera la première fois, depuis trente ans qu’existe cette manifestation de sensibilisation, que les principales festivités de célébration se dérouleront dans le monde arabe.

Le thème retenu cette année, L’eau – Deux milliards de personnes en meurent d’envie! se fait l’écho de l’un des problèmes environnementaux les plus pressants auxquels sont confrontés la planète et ses six milliards d’habitants. Le thème de la Journée mondiale de l’environnement vient également à l’appui de la célébration en 2003 de l’Année internationale de l’eau douce.

Rafic Hariri, Premier Ministre du Liban, a déclaré :”C’est un grand honneur pour notre pays d’avoir été choisi cette année pour accueillir la Journée mondiale de l’environnement. Au cours de la dernière décennie, le Liban a dû relever le défi de reconstruire son infrastructure après la tragédie de la guerre civile de 1975 à 1990. Ce faisant, nous avons essayé de reconstruire un pays soucieux de l’environnement et respectueux de la nature. Nous avons la chance d’avoir une population jeune qui est consciente de l’importance des problèmes environnementaux. J’espère que, en accueillant cette journée spéciale, le Liban pourra se fonder sur cet enthousiasme qui anime notre quête pour un pays plus sain, plus propre et plus juste et qu’il sera capable d’être un phare pour la région et pour le monde”.

Selon Kofi Annan, Secrétaire général des Nations Unies : “Une personne sur six vit sans avoir régulièrement accès à l’eau potable. Plus du double - 2,4 milliards – n’ont pas accès à des systèmes d’assainissement adéquats. Les maladies transmises par l’eau tuent un enfant toutes les huit secondes”.

Il a ajouté que, au Sommet du Millénaire et au Sommet mondial sur le développement durable, la communauté internationale a pris des engagements « mesurables et assortis de délais» en ce qui concerne la fourniture d’eau salubre et de systèmes d’assainissement.

“Il faut atteindre et dépasser ces objectifs afin de parvenir à réduire la mortalité infantile, lutter contre le paludisme, éradiquer la misère et la faim, émanciper les femmes et améliorer les conditions de vie des habitants de taudis, objectifs de développement du Millénaire”, a encore précisé M. Annan.

Klaus Toepfer, Directeur exécutif du PNUE, a déclaré: “Nous sommes on ne peut plus heureux que le Liban ait accepté d’accueillir cette journée importante des Nations Unies pendant l’Année internationale de l’eau douce. L’Asie occidentale, région à laquelle appartient ce pays, appelle vivement l’attention sur les menaces et les défis auxquels les peuples du monde sont confrontés dans leur recherche de cet élément le plus élémentaire et le plus fondamental de la vie”.

“Les arbres, les forêts et l’eau sont inextricablement liés. Il est donc on ne peut plus approprié qu’un pays dont le cèdre majestueux est l’emblème national soit l’hôte des festivités de cette année pour la Journée mondiale de l’environnement”, a-t-il ajouté.

Les célébrations, qui se dérouleront à Beyrouth et dans tout le Liban sous l’égide du Ministère de l’environnement, dirigé par Fares Boueiz, comprendront la remise des prix du Palmarès mondial des cinq-cents du PNUE. Ces prix sont attribués à des individus et à des organisations qui ont apporté des contributions remarquables à la protection et à la conservation de l’environnement. Huit lauréats au total seront honorés en 2003.

L’eau douce en Asie occidentale

Selon les estimations du dernier rapport sur l’Avenir de l’environnement mondial, GEO-3, plus de la moitié de la population mondiale court le risque de vivre dans des régions souffrant d’un grave manque d’eau d’ici à 2032.

L’Asie occidentale qui comprend la Péninsule d’Arabie et les pays du Machrek, (Irak, Jordanie, Liban, Syrie et Territoires palestiniens), sera vraisemblablement la plus touchée. Plus de 90 % de la population devrait vivre dans des régions « de stress hydrique grave » dans moins de 30 ans si des mesures ne sont pas prises d’urgence, conclut le rapport.

D’après GEO-3, la croissance démographique rapide, qui est dans certaines parties de la région de 3 % par an, déclenche des pénuries d’eau et un stress hydrique dans de nombreux pays. Plus de 80 % de l’eau est utilisée dans l’agriculture. La demande est supérieure à l’offre, notamment dans la Péninsule d’Arabie où l’indice de stress hydrique (exprimé en pourcentage de l’eau utilisée par rapport aux ressources en eau disponibles) est supérieur à 100 % pour cinq des sept pays.

Les ressources anciennes en eaux souterraines, souvent irremplaçables, sont “exploitées” pour satisfaire la demande. Dans certaines régions, la pénétration d’eau de mer dans les nappes aquifères pose de plus en plus problème. La salinité des eaux souterraines dans certaines nappes aquifères côtières du Liban est passée, ces dernières années, de 340 à 22 000 milligrammes par litres.

Plusieurs pays ont récemment commencé à faire des tentatives pour encourager l’utilisation efficace de l’eau en prenant par exemple des mesures de soutien aux systèmes d’irrigation modernes, de contrôle de la qualité et de gestion des approvisionnements en eaux souterraines. La réutilisation des eaux usées dans les pays du Machrek est passée de zéro au début des années 1970 à environ 51 millions de mètres cubes par an au début des années 1990.

Le PNUE en Asie occidentale

Le Bureau régional du PNUE pour l’Asie occidentale (BRAO), situé à Bahrein, aide et conseille 12 pays dans le domaine de l’environnement. Entre autres activités, le BRAO coordonne la composante régionale de l’Evaluation mondiale des eaux internationales (GIWA) – qui porte sur la gestion de l’eau, de même que la composante régionale du Plan d’action mondial pour la protection du milieu marin contre la pollution due à des activités terrestres (GPA).

“Des milliards de personnes dans le monde apprécieront tout particulièrement le fait que cette journée spéciale soit célébrée dans le monde arabe, si tôt après le récent conflit en Iraq”, a ajouté M. Toepfer. Le PNUE, a-t-il dit, est prêt à apporter son concours à l’effort humanitaire en faveur du peuple irakien et de son environnement.

Un nouveau rapport préparé par le Groupe du PNUE de l’évaluation aprés les conflits et concernant la situation écologique en Iraq, publié le 24 avril 2003, donne une évaluation préliminaire des principaux risques pour l’environnement auxquels est confronté le pays et recommande des mesures de secours immédiat et de récupération à long terme.

En janvier 2003, le Groupe a également publié une étude documentaire sur l’environnement dans les Territoires palestiniens occupés qui recense les principaux domaines écologiques ayant subi des dommages et demandant une intervention urgente. Cette étude a été approuvée à l’unanimité en février par le Conseil d’administration du PNUE.

Liban : quelques faits tirés de GEO-3

• Le taux d’alphabétisation des adultes a augmenté au cours des deux dernières décennies pour atteindre 92 % de la population ;

• 30 % de la population est âgée de moins de 15 ans ;

• Environ 550 hectares de forêts ont été perdus chaque année au Liban entre 1961 et 1997, du fait notamment d’incendies, d’abattage des arbres et d’empiétement des zones urbaines ;

• Le Liban est au nombre des pays de la région qui reconnaissent maintenant l’utilité des forêts et il a pris des mesures importantes pour les protéger dans l’intérêt de la faune et de la flore sauvages et afin de promouvoir l’écotourisme;

• 60 % des 3,5 millions d’habitants du Liban vivent sur une bande côtière très étroite;

• L’érosion des sols, estimée à 33 tonnes par hectare, et la sédimentation menacent les zones côtières. Le Liban est membre du Plan d’action du PNUE pour la Méditerranée. En 2001, le Liban a lancé un Projet d’aménagement des zones côtières au sud du pays ;

• La surexploitation de la nappe aquifère de la zone côtière du Liban a provoqué des infiltrations d’eau de mer et, ultérieurement, une augmentation de 340 à 22 000 mg/litre dans certains puits près de Beyrouth;

• L’industrie du ciment est responsable de plus de 77 % des émissions industrielles.

Notes aux éditeurs : Chaque année, les célébrations principales de la Journée mondiale de l’environnement se déroulent dans une ville donnée, à l’invitation du Gouvernement. Elles se tiendront cette année à Beyrouth.

La Journée mondiale de l’environnement, considérée comme l’un des évènements les plus importants du calendrier environnemental, est célébrée chaque année dans plus d’une centaine pays. C’est une source d’inspiration de l’action politique et communautaire. Gouvernements, particuliers, organisations non gouvernementales, groupes communautaires et de jeunes, milieux d’affaires et industriels et médias organisent à cette occasion toutes sortes d’activités pour réaffirmer leur engagement en faveur de la protection de l’environnement.

Les particuliers et les organisations sont invités à annoncer les détails des manifestations qu’ils prévoient pour la Journée mondiale de l’environnement et à s’informer sur ce qui est fait ailleurs pour la célébrer dans le monde en consultant le site de la Journée mondiale de l’environnement : www.unep.org/wed.

Pour plus de précisions, veuillez contacter : Eric Falt, Porte-parole/Directeur de la Division de la communication et de l’information du PNUE (DCI), Tél. 254-(0)20-623292, Mobile : 254- (0) 733-682656, E-mail: eric.falt@unep.org ou Nick Nuttall, Responsable du PNUE pour les médias, DCI, Tél. 254-(0)20-623084, Mobile : 254-(0) 733-632755, E-mail: nick.nuttall@unep.org.

Communiqué de presse du PNUE 2003/23