Communiqués de presse - janvier 2005 - Sebastião Salgado prend le large à bord de "Tara Expéditions" - United Nations Environment Programme (UNEP)
Programme des Nations Unies pour l'environnement
l'environnement au service du développement Rechercher 
Salle de presse
 
 Accueil
 Contacts Médias
 Communiqués de  presse
 A la une
 Discours
 Photos
 Audiovisuels
 Films et Vidéos
 RSS / Baladodiffusion
 Affiches
 E-Cards

 

 

 Imprimer [English]
 

Sebastião Salgado prend le large à bord de "Tara Expéditions"

Le projet « Tara Expéditions » veut faire prendre conscience de la fragilité et de la beauté de l'environnement de notre planète grâce à un bateau à voile adapté. Ce projet privé se veut médiateur entre les scientifiques et le grand-public.

Tara Expéditions est en partenariat avec le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE).

Après la Géorgie du Sud en décembre 2004, Tara repartira, dès le début de l’année 2005, pour une nouvelle expédition pendant plus d’un mois en péninsule Antarctique.

Une expédition : deux buts

1 - Etienne Bourgois, chef du projet « Tara Expéditions », et son équipe seront à bord du bateau pour préparer le grand projet de Tara : la dérive arctique de septembre 2006 à septembre 2008. En effet, à l'occasion de l'Année Polaire Internationale en 2007, le bateau va entreprendre deux ans de dérive dans les glaces de l'Océan Arctique. Véritable base de vie, Tara coopérera avec les programmes scientifiques internationaux qui pourront ainsi mieux comprendre le fonctionnement du réchauffement planétaire.

Etienne Bourgois sera accompagné en janvier par deux capitaines historiques de Tara, ex-Antartica, Jean Collet et Yann Danguy des Déserts, le guide de haute-montagne François Bernard, le coordinateur du projet, Romain Troublé et le photographe Francis Latreille.

2 - Sebastião Salgado, le célèbre photographe brésilien, de l’agence Amazonas Images sera, lui, à bord du bateau dans le cadre de son projet photographique, Genesis :

La planète est en danger. Ce cri d'alarme est si souvent prononcé, qu'il est rarement entendu. La biodiversité survit sur terre uniquement dans certaines zones encore sauvages. Ces zones sauvages sont aussi les seuls endroits où l'on peut trouver la clef de notre origine en tant qu'espèce.

Pour tenter de retisser les liens entre notre espèce et notre planète, Sebastião Salgado a l'intention d'explorer ce monde pour montrer la face vierge et pure de la nature et de l'humanité.

Ce projet, Salgado l’a intitulé Genesis pour remonter le plus loin possible vers les origines de notre planète. Il y travaille sur quatre chapitres :

  • La création : l'air, l'eau et le feu qui donnèrent la vie;
  • L’Arche de Noé : les animaux qui ont résisté à la domestication et qui restent encore «sauvages»;
  • Les premiers hommes : les tribus éloignées dont le mode de vie dit « primitif » reste largement inchangé ;
  • Et les premières civilisations : les vestiges des premiers exemples de colonies de peuplements humains et leur organisation.

Ce voyage est une forme d'anthropologie planétaire. C'est aussi un discours, afin que ces parties du globe encore non contaminées soient préservées et pour que le développement ne soit pas systématiquement synonyme de destruction.

Sebastião Salgado a déjà réalisé trois reportages en 2004 : l’un aux Galápagos, puis dans les montagnes et forêts des Virungas en Afrique et enfin un reportage sur les baleines en Péninsule Valdès, en Argentine.

Les photographies de Genesis sont publiées par les magazines, Paris Match (France), The Guardian Week-end (Royaume-Uni), Visão (Portugal) et Rolling Stone (Etats-Unis). Le projet dans son ensemble est réalisé avec la collaboration du PNUE, de l’UNESCO et de plusieurs autres institutions. Un article sur ce projet va paraître dans la prochaine édition de « Notre Planète », le magazine du PNUE.

L’itinéraire et la faune en péninsule Antarctique

L’embarquement se fera à Ushuaia dans l’extrême sud de l’Argentine. Tara empruntera le chenal de Beagle puis, selon la météo, s’arrêtera à l’île Horn. Ensuite, direction l’archipel Diego Ramirez où se trouvent d’importantes colonies de gorfous sauteurs, d’albatros et de pétrels dans un environnement exceptionnel de tussock (grande graminée sub-antarctique). L’expédition se poursuivra dans la baie Marguerite si la glace le permet. L’intérêt de l’endroit est qu’on y trouve un grand nombre d’espèces d’oiseaux et que les conditions météorologiques y sont réputées clémentes. Tara reprendra ensuite des eaux extrêmement peu empruntées vers les îles Argentines où séjournent des colonies de manchots adélies, de phoques crabiers et de phoques de Wedell. Puis, en passant par Port Lockroy et l’île de Cuverville, cap sur la base chilienne de Videla où les manchots ont repris possession de la base. Dans cette partie, on retrouvera des colonies de manchots papous et à jugulaire, des baleines à bosse et des léopards de mer.

La suite du voyage sera consacrée au nord de la mer de Weddell avec la visite de l’île Paulet (restes de la hutte de l’expédition Larsen-Nordenskjöld de 1902), Seymour, cette île étrangement dénudée et sablonneuse dans cet environnement de glace et l’île Smith.

Tara se dirigera ultérieurement vers l’île Déception et son cratère où la base chilienne de Pendulum Cove a en partie fondu durant l’éruption de 1967. La dernière éruption date de 1992.

Cet itinéraire donne les grandes lignes du périple sans rentrer dans les détails, tant la météo et la glace dictent leurs conditions en Antarctique !


Contacts

Eloïse FONTAINE - +33 6 12 13 04 67 eloise@taraexpeditions.org

Romain TROUBLÉ - +33 6 60 68 97 12 romain@taraexpeditions.org

Site Internet de Tara Expéditions : www.taraexpeditions.org

Robert BISSET - +33 1 44 37 76 13 robert.bisset@unep.fr

Site Internet du PNUE : www.unep.org/french

 



 

 

Autres Liens

Tara Expéditions
Pour tout savoir sur le projet

Le parcours de Tara

Portrait de Sebastiao Salgado
(en anglais)

 

Follow Us

Keep up to date with UNEP events on Facebook, Twitter and You Tube.

Twitter Facebook You Tube



UNEP on Facebook