Communiqués de presse - Février 2005 - L’exploitation hydroélectrique du fleuve Congo sortira l’Afrique de la pauvreté, déclare un leader du monde des affaires - United Nations Environment Programme (UNEP)
Programme des Nations Unies pour l'environnement
l'environnement au service du développement Rechercher 
Salle de presse
 
 Accueil
 Contacts Médias
 Communiqués de  presse
 A la une
 Discours
 Photos
 Audiovisuels
 Films et Vidéos
 RSS / Baladodiffusion
 Affiches
 E-Cards

 

 

 Imprimer [English]
 

L’exploitation hydroélectrique du fleuve Congo sortira l’Afrique de la pauvreté, déclare un leader du monde des affaires

Rencontre au PNUE des secteurs privé et public pour forger des partenariats en matière de développement durable

Nairobi, le 24 février 2005 – Il a été annoncé, aujourd’hui, lors d’une réunion organisée par le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), qu’une des grandes compagnies africaines d’énergie projette l’exploitation hydroélectrique du puissant fleuve Congo.

Le projet, qui se limitera dans un premier temps aux cascades d’Inga, générera éventuellement plus qu’assez de courant pour alimenter l’industrialisation du continent entier. L’exportation du surplus d’électricité vers l’Italie, l’Espagne et l’Europe du sud en général sera alors possible grâce à un inter-connecteur sous la Méditerranée.

Le projet a été dévoilé par Reuel Khoza, président de Eskom Holdings, une compagnie sud-africaine de production de courant.

Monique Barbut, Directrice au PNUE de la Division de la technologie, de l’industrie et de l’économie, a déclaré : « Le continent africain a besoin d’énergie pour atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement. Les Technologies, petites et grandes - houillères, pétrolières, éoliennes ou solaires - ont toutes un rôle à jouer. Mais nous devons faire en sorte qu’elles soient propres et respectueuses de l’environnement. L’hydroélectricité a aussi un rôle à jouer. Le PNUE est disposé à offrir aides et conseils aux compagnies, comme Eskom, et aux gouvernements d’Afrique qui souhaitent développer ces technologies afin de trouver un équilibre entre considérations environnementales et considérations socio-économiques. »

M. Khoza est membre d’une délégation de cadres supérieurs participants à la réunion « Africa Business and Sustainable Development » (Le monde des affaires en Afrique et le développement durable) organisée par le Programme des Nations Unies pour l’environnement à l’occasion de la 23ème session de son Conseil d’administration, qui regroupe des ministres de l’environnement du monde entier.

Il a déclaré : « L’Afrique a un besoin pressant en énergie pour sortir sa population de la pauvreté et permettre un développement durable. Le fleuve Congo offre beaucoup d’opportunité pour y arriver. Nous estimons que l’hydroélectricité tirée du Congo pourrait générer plus de 40 000 mégawatts, assez d’énergie pour nourrir l’industrialisation de l’Afrique et pour vendre le surplus à l’Europe méridionale ».

M.Khosa a ajouté que l’idée avait déjà été proposée par le passé, mais qu’elle développait cette fois-ci un élan politique réel sous le Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD).

Les perspectives de paix dans la région stimulent également la réflexion, a noté M. Khoza.

Il a dit que les plans prévoyaient la construction de structures qui filtreraient le flot de l’eau, le canalisera vers des turbines génératrices d’électricité, avant de l’orienter de nouveau vers le Congo.

Au moins la moitié sinon plus de l’électricité pourra être générée ainsi, ce qui, selon Eskom, en fait un projet respectueux de l’environnement.

Au titre du Protocole de Kyoto, qui est entré en vigueur la semaine dernière, les pays développés pourront compenser certaines de leurs émissions en soutenant des projets écologiques dans le monde en développement. M. Khosa a fait savoir que le projet au Congo a été reconnu comme relevant du Mécanisme de Développement Propre du Protocole qui régit la compensation de gaz à effet de serre.

Organisée par le PNUE en collaboration avec la Chambre de Commerce Internationale (ICC), le Conseil mondial des sociétés pour le développement durable (WBCSD) et le Conseil mondial sur l’énergie (WEC), la réunion a examiné comment l’approvisionnement d’eau et d’énergie sous-tend les besoins le développement durable et peu contribuer à la réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement et le Plan d’action de Johannesburg.

Aujourd’hui, seulement 64% de la population africaine a accès à de l’eau salubre en quantité suffisante. On estime que 526 millions de personnes en Afrique ne sont pas connectées à un réseau électrique.

La situation en zones rurales se détériora certainement davantage d’ici 2025 si les tendances actuelles persistent. Selon les ministres et cadres supérieurs participants à la réunion, cette crise hydrique et énergétique qui menace l’Afrique ne sera résolue que si le secteur privé investit davantage dans les infrastructures et les services pertinents.

Du forage de puits d’eau au développement d’énergie solaire dans des villages isolés, les participants ont conclu que le monde des affaires doit jouer un rôle de premier plan et doit s’associer aux entrepreneurs locaux, aux autorités publics et aux institutions financières de l’Afrique.

Ils ont également reconnu le rôle primordial que le monde des affaires peut jouer en matière d’élaboration et de mise en œuvre de nouvelles technologies et de renforcement des capacités de gestion au niveau local pour compéter le rôle encore dominant joué par le secteur public dans la prestation de services en Afrique sera .

Gerald Doucet, Secrétaire général du WEC a noté que son organisation, la ICC et le WBCSD lanceront une nouvelle initiative, le Business Action for Energy (BAE), à la prochaine session de la Commission des Nations Unies sur le développement durable (CNUDD).

Cela préparera la contribution du monde des affaires aux débats de la CNUDD sur l’énergie prévus pour 2006 et 2007.

M Doucet s’est réjouit de l’opportunité de rencontrer des ministres en charge de l’environnement ainsi que d’autres portefeuilles.

Des représentants du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), du Fonds pour l’environnement mondial (FEM), du Secrétariat du Commonwealth et de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) ont également participé à la rencontre. Les discussions ont été facilitées par Mohamed El-Ashry, Senior Fellow à la Fondation des Nations Unies et ancien Directeur exécutif du FEM.

Pour plus d’informations, prière de contacter : Eric Falt, Porte-parole et Directeur de la Division de la Communication et de l’Information, Tél. 254 20 623292, e-mail eric.falt@unep.org ou Nick Nuttall, Responsable des relations médias, Tél. 254 20 623084, Mobile 254 (0) 733 632755, e-mail nick.nuttall@unep.org

 



 

 

Autres Liens

NEPAD
Site institutionnel

Eskom
Site institutionnel

 

Follow Us

Keep up to date with UNEP events on Facebook, Twitter and You Tube.

Twitter Facebook You Tube



UNEP on Facebook