Communiqués de presse - Novembre 2005 - Plus de deux tiers des dauphins, des marsouins et autres espèces de la famille des cétacés sont en danger d’être abattus ou pris dans des filets - United Nations Environment Programme (UNEP)
Programme des Nations Unies pour l'environnement
l'environnement au service du développement Rechercher 
Salle de presse
 
 Accueil
 Contacts Médias
 Communiqués de  presse
 A la une
 Discours
 Photos
 Audiovisuels
 Films et Vidéos
 RSS / Baladodiffusion
 Affiches
 E-Cards

 

 

 Imprimer [English]
 

Plus de deux tiers des dauphins, des marsouins et autres espèces de la famille des cétacés sont en danger d’être abattus ou pris dans des filets

La pollution, la dégradation des habitats et le sonar militaire parmi les autres menaces, apprend la Convention sur les espèces migratrices

Nairobi, le 23 novembre 2005 - Une nouvelle étude rendue public aujourd’hui révèle que plus de 70 pour cent des petits cétacés, la famille de mammifères aquatiques à laquelle les dauphins et les marsouins appartiennent, risquent de s’empêtrer dans des filets de pêches.

La seconde menace la plus importante, qui pèse sur 66 pour cent des 71 espèces étudiées, est la pêche dirigée. Cette forme de pêche consiste à utiliser certains animaux, dont le faux-orque, le globicéphale et le narval, comme nourriture ou comme appât à crabe ou à requin.

De plus, un peu plus de 56 pour cent risquent la malnutrition en conséquence de la surexploitation des océans du monde alors que 13 pour cent risquent d’être abattus par des pêcheurs qui les considèrent une menace aux réserves halieutiques.

La pollution sonore associée au sonar et aux manœuvres militaires aquatiques constitue une menace pour 4 pour cent des espèces.

Voilà quelques unes des conclusions d’un nouveau rapport produit par la Convention sur les espèces migratrices (CMS) et le Programme des mers régionales du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE).

Le rapport, compilé par le Professeur Boris Culik de l’Université de Kiel (Allemagne), a été lancé aujourd’hui lors de la huitième Conférence des Parties à la Convention sur les espèces migratrices qui se tient au siège du PNUE à Nairobi (Kenya).

Il démontre que huit espèces de petits cétacés, dont le dauphin du Gange, le dauphin tacheté de l’Atlantique et le dauphin à dos lisse boréal, méritent de nouvelles mesures de protection aux termes de la Convention.

La protection de sept autres espèces, dont la conservation est actuellement assurée sous la Convention, devrait être étendue à d’autres régions suggère le rapport.

Parmi ces espèces figurent le dauphin à bec blanc dans les eaux du Canada et des Etats-Unis et certaines populations de dauphins de Risso au large de plusieurs côtes dont celle du sud est de l’Afrique du Sud.

Klaus Toepfer, le Directeur exécutif du PNUE, a déclaré : « Les petits crétacés sont parmi les animaux les plus adorés et les plus charismatiques de la planète, souvent associé aux contes et légendes héroïques. Mais ces qualités à elles seules ne peuvent malheureusement pas les protéger contre une multitude de menaces. Je soutien donc pleinement la prise de mesures qui renforcera leur sauvegarde par l’entreprise de la Convention sur les espèces migratrices et autres accords relatifs. »

« Ainsi, nous contribuerons tous aux efforts pour atteindre les cibles et le calendrier convenus au Sommet mondial sur le développement durable de 2002, qui requière d’inverser le taux actuel de perte de la biodiversité d’ici 2010. Et ce faisant, nous enverrons un message clair que nous pouvons le faire non seulement pour les petits cétacés, mais pour toute la faune et la flore menacée sur cette magnifique planète bleue, a-t-il ajouté. »

Robert Hepworth, Secrétaire exécutif de la Convention sur les espèces migratrices, a noté qu’« aucune encyclopédie comparable n’a jamais été publiée. A l’exception du cachalot, toutes les espèces de baleines à dent qui migrent le long de les océans y figurent. Ces nouvelles données sur la répartition, le comportement et la migration faciliteront la mise en œuvre de plans d’action ciblés conçus pour atténuer les menaces qui pèsent sur la plupart de ces espèces. »

Pour en savoir plus, veuillez contacter Nick Nuttall, porte-parole du PNUE, Bureau du Directeur exécutif, au Tel: 254 20 623084, Mobile: +254 733 632755 ou +41 79 596 5737, courriel: nick.nuttall@unep.org

Si une réponse ne vous parvient pas immédiatement, veuillez contacter Elisabeth Waechter, Chargée des relations presse et de l'information au PNUE, au Tel: 254 20 623088, Mobile: 254 720 173968, courriel: elisabeth.waechter@unep.org