Communiqués de presse - Décember 2005 - L’Afrique subsaharienne fête l’élimination de l’essence au plomb - United Nations Environment Programme (UNEP)
Programme des Nations Unies pour l'environnement
l'environnement au service du développement Rechercher 
Salle de presse
 
 Accueil
 Contacts Médias
 Communiqués de  presse
 A la une
 Discours
 Photos
 Audiovisuels
 Films et Vidéos
 RSS / Baladodiffusion
 Affiches
 E-Cards

 

 

 Imprimer [English]
 

L’Afrique subsaharienne fête l’élimination de l’essence au plomb

Le but maintenant est une élimination mondiale d’ici 2008

Nairobi, le 27 décembre 2005 – La promesse faite il y a trios ans de débarrasser l’Afrique subsaharienne de l’essence au plomb vient d’être tenue.

Le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) a aujourd’hui annoncé que tous les carburants automobiles de la région seront sans plomb à partir du 1er janvier 2006.

L’élimination totale, promise lors du Sommet mondial sur le développement durable (SMDD) en 2002, implique un monde plus sain pour des millions de personnes à travers la région.

Le plomb, un métal lourd notoire, est associé à plusieurs troubles de santé, y compris un développement cérébral retardé chez l’enfant en bas âge.

Il a déjà été éliminé dans plusieurs régions du monde, l’Amérique du Nord et l’Europe compris. La majorité des pays d’Afrique subsaharienne consommaient encore de l’essence au plomb, il y a quelques années seulement.

Klaus Toepfer, le Directeur exécutif du PNUE, a noté que: « Ceci constitue une réelle réussite en matière d’environnement et de santé ; et je salue tous les gouvernements, toutes les compagnies et tous les autres, comme la Banque mondiale, qui ont tenu la promesse faite lors du SMDD. »

« Nous devons également tâcher d’éliminer d’autres polluants et de promouvoir les carburants alternatifs, tels que les biocarburants et l’hydrogène, tout en encourageant des véhicules, des réseaux et des systèmes de transports plus efficaces et moins polluants, respectueux de l’environnement et des populations. Et non seulement dans les pays développés, mais pour tout le monde, affirme-t-il. »

L’essence au plomb

Le Partenariat pour des carburants et des véhicules propres (PCFV) a été formé lors du SMDD en 2002 en tant que partenariat dit de Type II, dont le premier objectif était l’élimination progressive de l’essence au plomb en Afrique subsaharienne.

Le Partenariat a été établi dans le but d’appuyer la Déclaration de Dakar de 2001 dans laquelle des pays d’Afrique subsaharienne ont convenu d’éliminer progressivement l’essence au plomb.

En 2002, sur les quarante-neuf pays d’Afrique subsaharienne, seul le Soudan s’était pleinement converti à l’essence sans plomb.

Lorsque l’Afrique du sud passera complètement à l’essence sans plomb le 1er janvier 2006, tous les pays d’Afrique subsaharienne se seront convertis.

En début 2006, le Partenariat lancera un programme d’élimination progressive du plomb dans les essences non seulement du reste du monde en voie de développement, mais aussi des économies en transition, dans le but d’une élimination mondiale de l’essence au plomb d’ici 2008.

Ce projet comportera des ateliers et des campagnes de sensibilisation ciblées, dans un premier temps, sur la poignée de pays d’Afrique du Nord non convertis, sur le Moyen Orient, et sur l’Asie occidentale.

A ce jour, plus d’une trentaine de pays d’à travers le monde utilisent l’essence au plomb.

Parmi les territoires les plus difficiles à convertir figurent les petites îles lointaines du Pacifique comme la Micronésie.

L’Afghanistan, l’Algérie, le Bhoutan, le Cambodge, la Corée du Nord, Cuba, l’Irak, le Laos, la Mongolie, le Myanmar, l’Ouzbékistan et le Turkménistan font parti des pays qui jusqu’ici ne prévoient pas l’élimination de l’essence au plomb.

Aujourd’hui, le Partenariat a tourné son attention vers la très haute teneur en soufre des carburants des pays en voies de développement et des économies en transition.

Le soufre

Contrairement au plomb qui était ajouté aux carburants automobiles comme agent antidétonant, le soufre apparaît naturellement dans les pétroles.

En Europe, la teneur moyenne en soufre du diesel est de 10 à 50 parties par million. Dans les pays en voie de développement, la teneur est parfois 1 000 fois plus élevée.

Actuellement par exemple, dans la plupart des pays d’Afrique, la teneur en soufre est de 5 000 parties par million. D’autres pays, d’Afrique et d’ailleurs, ont des teneurs en soufre encore plus importantes.

Au Soudan, la teneur en soufre du diesel est de 11 000 parties par million ; en Ethiopie, au Kenya, en Irak, en Jordanie et en Tunisie, elle est de 10 000 parties par million ; en Zambie : 7 000 parties par million.

Certains pays d’Amérique latine, tels que le Nicaragua, le Panama, le Venezuela et le Honduras, ont des diesels d’une teneur en soufre de 5 000 parties par million.

Le Partenariat pour des carburants et des véhicules propres a décidé, lors d’une réunion à Nairobi en début décembre, d’œuvrer dans le but à long terme d’une teneur en soufre semblable à celle des pays développés. Les calendriers de mise en application seront décidés aux niveaux régional et national.

Le soufre contenu dans les carburants automobiles est émis sous forme de fines particules de suies qui sont à l’origine de nombreux problèmes de santé, tels que des crises cardiaques chez les personnes âgées et les groupes vulnérables. Le soufre, de part la formation d’acide sulfurique, endommage également les arbres et d’autres systèmes biologiques.

« C’est extrêmement préoccupant. Je suis donc ravi que le Partenariat pour des carburants et des véhicules propres (PCFV) se soit également penché sur cette question, afin que nous puissions finalement mettre fin à ce monde bipolaire dans lequel le monde développé a des teneurs en soufre plus saines et moins polluantes que le monde en développement, a souligné M. Toepfer. »

L’introduction de l’essence sans plomb et du diesel à faible teneur en soufre permettra également d’introduire des technologies de contrôle des émissions de véhicules, telles que des pots catalytiques et des pièges à particule.

Notes aux éditeurs

Des cartes régionales et mondiales indiquant la teneur en soufre du diesel et les endroits où l’essence au plomb est encore en utilisation seront disponibles sur www.unep.org à partir du 27 décembre.

Le site du PNUE sur le Partenariat pour des carburants et des véhicules propres est à l’adresse : http://www.unep.org/pcfv (en anglais)

Pour en savoir plus, veuillez contacter Nick Nuttall, porte-parole du PNUE, Bureau du Directeur exécutif, au Tel: 254 20 623084, Mobile: +254 733 632755 ou +41 79 596 5737, courriel: nick.nuttall@unep.org

Si une réponse ne vous parvient pas immédiatement, veuillez contacter Elisabeth Waechter, Chargée des relations presse et de l'information au PNUE, au Tel: 254 20 623088, Mobile: 254 720 173968, courriel: elisabeth.waechter@unep.org.

Communiqué de presse du PNUE 2005/66

 



 

 

Autres Liens

Cartes connexes
Etat de l'élimination de l'essence au plomb et des teneurs en soufre du diesel (en anglais)

 

Follow Us

Keep up to date with UNEP events on Facebook, Twitter and You Tube.

Twitter Facebook You Tube



UNEP on Facebook