Communiqués de presse - Novembre 2006 - Un nouveau rapport évalue les succès environnementaux des Jeux Olympiques d’hiver de Turin 2006 - United Nations Environment Programme (UNEP)
Programme des Nations Unies pour l'environnement
l'environnement au service du développement Rechercher 
Salle de presse
 
 Accueil
 Contacts Médias
 Communiqués de  presse
 A la une
 Discours
 Photos
 Audiovisuels
 Films et Vidéos
 RSS / Baladodiffusion
 Affiches
 E-Cards

 

 

 Imprimer [English]
 

Un nouveau rapport évalue les succès environnementaux des Jeux Olympiques d’hiver de Turin 2006

Athlètes et architectes, motocyclistes et experts en énergie, réunis à Lausanne pour étudier comment organiser des manifestations sportives encore plus viables

 

Lausanne/Nairobi, 30 novembre 2006 – Près de 70 pour cent des émissions de gaz à effet de serre produites lors des Jeux Olympiques d’hiver de 2006 ont été neutralisées.

C’est ce que révèle un nouveau rapport rendu public à l’occasion du Forum mondial pour le sport et l’environnement (G-ForSE). Le rapport conclut que les derniers JO d’hiver ont battu tous les records de viabilité environnementale enregistrés jusqu’ici lors de grandes manifestations sportives.

La fiche de score, arbitrée indépendamment, applaudit le Comité d’organisation des Jeux de  Turin (TOROC) pour les initiatives mises en œuvre à l’échelle locale et internationale pour compenser la quasi-totalité des émissions des gaz à effet de serre générées lors de 16 jours de compétition.

Ce rapport met également en exergue les efforts entrepris pour réduire au maximum la production de déchets. Le rapport estime que les déchets n’ont augmenté que de 0,2 pour cent à Turin et dans les autres sites olympiques environnants grâce, entre autres, aux mesures de tri sélectif et de recyclage mise en œuvre par le TOROC dans le cadre de son plan global de gestion des déchets.

Le rapport, rendu public à la conférence qui se tient au Musée Olympique de Lausanne, met aussi en lumière d’importantes réalisations dans les domaines de la préservation des écosystèmes d’eau douce et de montagne et en matière de transport et conception d’immeubles respectueux de l’environnement.

L’importance du respect des normes de gestion écologique et de certification environnementale comme EMAS et ISO 14001 ainsi que l’adoption d’écolabel par des hôtels et d’autres logements olympiques est également souligné.

Achim Steiner, Secrétaire-général adjoint de l’ONU et Directeur exécutif du Programme des Nations Unies pour l’environnement, a déclaré : « Nous sommes ravis d’avoir été associés au TOROC et nous nous réjouissons de leur succès ».

« Les grands événements sportifs, retransmis à travers le monde, ont le potentiel de démontré de façon tangible une gestion environnementale qui s’améliore, et peuvent servir d’inspiration aux organisateurs d’autres grandes manifestations aussi bien qu’aux gouvernements, aux industries et au simple citoyen, » a-t-il ajouté.

« Turin 2006, dont le PNUE était un partenaire, a fixé des objectifs et des calendriers touchant à différents critères de viabilité environnementale. Ils ont été suivis et contrôlé indépendamment et les conclusions annoncées aujourd’hui, » explique M. Steiner.

« J’espère vivement que les prochains Jeux d’hiver de Vancouver en 2010, ainsi que les opérateurs et adeptes mondiaux des sports d’hiver reprendront le flambeau et  veillerons à promouvoir, de part le monde, des manifestations sportives et des activités de loisirs viables, » a-t-il ajouté.

La Conférence G-ForSE, d’une durée de deux jours, a été organisée par  le PNUE et l’Alliance mondiale pour le sport. Elle réunit de nombreux experts mondiaux en matière de sport et environnement.

Des architectes, des spécialistes de la récupération des eaux de pluies, des experts en énergie, ainsi que les membres de différentes organisations sportives comme le Directeur de la National Football League (NFL) des Etats-Unis, différentes fédérations Olympiques telles que la Fédération Internationale d’aviron, et plusieurs individus intéressés et groupes novateurs y participeront.

Au cours de la Conférence, le PNUE et la Fédération Internationale de motocyclisme (FIM) s’associeront officiellement en signant un accord en matière de sport et environnement.

Le 1er décembre, un autre rapport fera le point sur les réalisations de l’initiative « Green Goal » de la Coupe du monde FIFA de 2006 qui s’est tenue en Allemagne l’été dernier.

 

Les grandes lignes du Rapport de viabilité de Turin 2006

Changements climatiques
TOROC a adopté le projet HECTOR (HEritage Climatique TORino).

Les organisateurs ont estimé que, pendant les JO d’hiver, l’ensemble des gaz à effet de serre produits lors des Jeux de Turin, y compris ceux générés par les systèmes de chauffages, les centrales électriques et le transport aérien des équipes et des athlètes, s’élèverait à 103,500 tonnes de dioxyde de carbone.

De nombreuses initiatives ont été entreprises à l’échelle nationale pour réduire au maximum ces émissions. A titre d’exemple, la Regione Piemonte a investit 5 millions d’Euro dans des projets d’énergie renouvelable et viable, comme des initiatives départementales de chauffage.

A l’échelle internationale, HECTOR a financé des projets de « réduction vérifiable d’émissions » en Erythrée, au Mexique et au Sri Lanka, toutes des initiatives certifiées « vertes » de production d’énergies propres.

Un projet de plantation d’arbres au Kenya, sous l’égide du programme Plantons pour la Planète du PNUE, a également contribué à compenser les émissions.

Près de 70 000 des 103,500 tonnes, soit un peu plus de 67 pour des émissions de gaz à effets de serre, ont ainsi été compensées.

La Regione Piemonte cherche maintenant à financer d’autres initiatives du genre afin de neutraliser le tiers restant des émissions de gaz à effet de serre.

L’eau
Les machines à fabriquer de la neige consomment d’énormes quantités d’eau. La construction de 20 réservoirs supplémentaires, d’une capacité de 350,000 mètres cubes, avait été envisagée.

Mais les organisateurs, en collaboration avec la Province de Turin, ont identifié, entre autre, une variété de mesures visant à économiser l’eau. Ils comptaient ainsi réduire l’ampleur du chantier et donc minimiser les répercussions sur le paysage.

En fin de compte, seuls neuf nouveaux réservoirs ont été construits, d’une capacité totale de 220,000 mètres cubes.

Le rapport note cependant que le débit des rivières de la région a augmenté à la veille et durant les Jeux. Il estime cependant que le phénomène était dû à de légères pluies dans la région.

Le rapport affirme aussi que la qualité des eaux fluviales s’est améliorée suite aux travaux entrepris en préparation des JO d’hiver, y compris la mise en place de nouveaux aqueducs et systèmes d’assainissement dans plusieurs sites montagneux et dans les vallées.

Aménagement du territoire
Beaucoup a été fait en termes de suivi et de réhabilitation pour atténuer les répercussions des constructions olympiques, y compris celles d’installations de saut à ski autour de Pragelato et de la piste de bob sleigh à Cesana Pariol.

TOROC a adopté un Plan de matériel inerte. Des photographies aériennes montrent qu’aucune nouvelle carrière n’a été ouverte et que les sites d’enfouissement de la région n’ont pas été élargis en conséquence des différents projets de  construction.

Qui plus est, des arbres, de nouveaux habitats et des travaux d’ingéniorat naturel ont été incorporés aux nouvelles infrastructures et au milieu environnant afin de restaurer les écosystèmes et paysages fragiles de montagne.

Les déchets
Selon le rapport, les Jeux d’hiver ont eu un impact positif sur la gestion municipale des déchets.

En 2000, en moyenne moins de 20 pour cent des déchets et ordures de la région étaient triés en vue de leur recyclage et réutilisation. En 2005, le chiffre s’élevait à plus d’un tiers grâce au Plan de gestion et de prévention du TOROC.

Dans l’ensemble, la quantité de déchets générée a été considérablement réduite dans les sites des manifestations olympiques.

« Une comparaison des données sur la production de déchets pendant les Jeux d’hiver dans les sites sous la responsabilité directe du TOROC et celles des communes  pertinentes indique que la production générale annuelle de déchets de ces régions a augmenté de 0,2 pour cent suite au programme olympique», déclare le rapport.

Construction écologique et gestion environnementale
La construction d’immeubles respectueux de l’environnement dans le nouveau village olympique,  l’utilisation de matériaux de construction non polluants et la mise en œuvre d’un plan extensif de transport viable sont d’autres mesures adoptées.

Le TOROC a également adopté les normes 14001 de l’Organisation internationale de normalisation ainsi que le système communautaire de management environnemental et d'audit (Eco Management and Audi Scheme) de l’Union Européenne afin d’assurer « l’amélioration continue des performances environnementales » de l’organisation.

Parallèlement, les sponsors des Jeux d’hiver ont volontairement adopté un « programme de viabilité » qui les engageaient à respecter un ensemble de normes éthiques et environnementales. TOROC a également instauré une politique d’approvisionnement « verte », visant à n’acheter que des produits et des services respectueux de l’environnement.

Notes aux rédacteurs
Le Rapport de viabilité du Comité d’organisation des Jeux d’hiver de Turin 2006 est disponible en ligne 

Le Forum mondial pour le sport et l’Environnement se tient du 30 Novembre au 1 décembre 2006 au Musée Olympique.

Les participants au Forum comprennent des experts de la conception de stades sportifs soucieux de l’environnement et des membres de fédérations olympiques et d’autres associations sportives. Ils sont réunis pour délibérer des moyens de rendre les manifestations sportives et autres grandes manifestations publiques aussi vertes que possibles.

Le rapport final de l’initiative « Green Goal » de la Coupe du monde de la FIFA 2006 sera rendu public lors d’une conférence de presse le vendredi 1er décembre. 

Les journalistes sont invités à cette conférence de presse et à participer à toutes les nombreux événements et colloques en marge de la conférence.

Pour en savoir plus sur la conférence parrainée par Pentland, Powerbar et Volvo, prière de consulter : http://www.unep.org/sport_env/Activities/G-ForSE06/index.asp (uniquement en anglais)

Pour plus d’information, prière de contacter Nick Nuttall, Porte-parole du PNUE, au Tel: +41 79 596 57 37 ou par courriel: nick.nuttall@unep.org

 

Communiqué de presse du PNUE 2006/59