Communiqués de presse - Janvier 2007 - Après l’interdiction de 2006, la CITES autorise des quotas pour 2007 applicables à tout le caviar de la Caspienne, sauf le béluga - United Nations Environment Programme (UNEP)
Ressources pour:
  Gouvernements
  Scientifiques et chercheurs
  Journalistes
  ONG/Société Civile

 

 Imprimer [English]
 

AprĂšs l’interdiction de 2006, la CITES autorise des quotas pour 2007 applicables Ă  tout le caviar de la Caspienne, sauf le bĂ©luga

GenĂšve, 2 janvier 2007 – Le SecrĂ©tariat de la Convention sur le commerce international des espĂšces de faune et de flore sauvages (CITES) a publiĂ© aujourd’hui les quotas d’exportation pour le caviar et autres produits d’esturgeons de la mer Caspienne pour 2007.

La situation de 2007 contraste avec celle de 2006 oĂč le SecrĂ©tariat n’avait pas Ă©tĂ© en mesure d’approuver des quotas pour le caviar des pĂȘcheries d’esturgeons de la Caspienne, faute d’avoir reçu suffisamment d’informations des cinq États concernĂ©s – l’AzerbaĂŻdjan, la FĂ©dĂ©ration de Russie, le Kazakhstan, la RĂ©publique islamique d’Iran et le TurkmĂ©nistan – sur la durabilitĂ© de leurs prises.

Face au dĂ©clin enregistrĂ© ces derniĂšres annĂ©es dans les populations d’esturgeons, les pays riverains de la Caspienne sont convenus de rĂ©duire de 20 % par rapport Ă  2005 leurs quotas de prise combinĂ©s pour les six espĂšces d’esturgeons de cette mer, avec des rĂ©ductions atteignant 30 % pour certaines espĂšces.

Cela signifie que les quotas combinĂ©s pour les exportations de caviar sont infĂ©rieurs de 15 % Ă  ceux de 2005, derniĂšre annĂ©e pour laquelle des quotas avaient Ă©tĂ© publiĂ©s. Les quotas d’exportation de caviar d’esturgeon perse et d’esturgeon Ă©toilĂ© ont Ă©tĂ© rĂ©duits de plus de 25 %, et pour le caviar d’esturgeon du Danube, ils ont Ă©tĂ© accrus de 23 % (voir tableau ci-aprĂšs).

Si la rĂ©duction des quotas de prise est supĂ©rieure Ă  celle des quotas d’exportation de caviar, c’est parce que la FĂ©dĂ©ration de Russie a dĂ©cidĂ© qu’une plus forte proportion des poissons pĂȘchĂ©s irait Ă  l’exportation de caviar plutĂŽt qu’à la production dans les Ă©closeries.

La CITES n’a pas pu publier de quotas pour le bĂ©luga, le caviar le plus cher du monde, car les renseignements fournis par les cinq États de l’aire de rĂ©partition ne sont pas encore complets. ChargĂ© par les États membres de veiller Ă  ce que tous les critĂšres et procĂ©dures requis pour la publication des quotas d’esturgeons et de caviar aient Ă©tĂ© mis en Ɠuvre, le SecrĂ©tariat de la CITES a accordĂ© un mois supplĂ©mentaire aux États de l’aire de rĂ©partition pour lui communiquer les informations manquantes avant la dĂ©cision finale.

« Il est certain que la dĂ©cision prise par la CITES l’an dernier de ne pas publier de quotas pour le caviar a contribuĂ© Ă  amĂ©liorer les programmes de surveillance continue et les Ă©valuations scientifiques menĂ©s de concert par les cinq pays riverains de la Caspienne », a dĂ©clarĂ© Willem Wijnstekers, le SecrĂ©taire gĂ©nĂ©ral de la CITES.

« Il faudra toutefois des dĂ©cennies de gestion avisĂ©e des pĂȘcheries et de lutte acharnĂ©e contre le braconnage et le commerce illicite pour garantir le rĂ©tablissement des populations d’esturgeons Ă  des niveaux sĂ»rs. Les recettes tirĂ©es de la vente des produits d’esturgeons en 2007 devraient constituer Ă  la fois une incitation et un moyen de poursuivre la reconstitution Ă  long terme de cette ressource naturelle prĂ©cieuse le plan Ă©cologique et commercial, » a ajoutĂ© le SecrĂ©taire gĂ©nĂ©ral de la CITES.

Entre-temps, reconnaissant l’épuisement sĂ©rieux des stocks d’esturgeons de la Mer Noire et du cours infĂ©rieur du Danube, la Bulgarie, la Roumanie, la Serbie et l’Ukraine ont demandĂ© que soit Ă©tabli un quota zĂ©ro pour 2007, tandis que la Serbie demandait un quota d’exportation limitĂ© pour le caviar de bĂ©luga. Les pays de l’aire de rĂ©partition n’ayant pas rĂ©ussi Ă  accorder leurs violons, la CITES n’a pas Ă©tĂ© en mesure de publier de quota.

Concernant l’Heilongjiang/fleuve Amour, situĂ© Ă  la frontiĂšre sino-russe, une zone de pĂȘche que partagent la Chine et la FĂ©dĂ©ration de Russie, le SecrĂ©tariat n’a pas encore reçu de ces pays les prĂ©cisions demandĂ©es et n’est donc pas en mesure de publier de quotas.

M. Wijnstekers a ajoutĂ©, « Bien que les nombreuses mesures prises par la CITES visent les pays d’exportation, les pays importateurs ont eux aussi des obligations non nĂ©gligeables : veiller Ă  ce que toutes les importations proviennent de sources licites, mettre en place des systĂšmes d’enregistrement pour leurs usines nationales de transformation et de reconditionnement, et Ă©tablir des rĂšgles pour l’étiquetage du caviar reconditionnĂ© ».

Rappel des faits

Durant les annĂ©es 1990, le dĂ©clin progressif des stocks de caviar incite les Parties Ă  la CITES Ă  inscrire Ă  l’Annexe II, avec effet au 1er avril 1998, toutes les espĂšces d’esturgeons qui n’y figurent pas encore. Depuis lors, toutes les exportations de caviar et d’autres produits des esturgeons doivent respecter les dispositions strictes de la CITES, y compris l’utilisation de permis et un Ă©tiquetage particulier.

En 2001, la CITES rĂ©agit au niveau Ă©levĂ© de pĂȘche et de commerce illicites dans la Caspienne en imposant une interdiction temporaire. Les États de l’aire de rĂ©partition doivent conduire des discussions approfondies et mener une action Ă©nergique avant que les quotas d’exportation annuels de 2002 Ă  2005 puissent ĂȘtre approuvĂ©s. Le SecrĂ©tariat n’a pas rĂ©ussi Ă  publier les quotas pour 2006.

En accord avec les États de l’aire de rĂ©partition des esturgeons, les rĂšgles rĂ©gissant la fixation des quotas dans le cadre de la CITES ont encore Ă©tĂ© durcies. Pour que les quotas proposĂ©s puissent ĂȘtre publiĂ©s, les pays ayant en commun des stocks d’esturgeons doivent s’accorder sur des quotas de prise et d’exportation, fondĂ©s sur des Ă©tudes scientifiques des populations. Ils doivent aussi adopter une stratĂ©gie de conservation rĂ©gionale, lutter contre la pĂȘche illicite et dĂ©montrer que les quotas de prise et d’exportation qu’ils proposent reflĂštent les tendances de population actuelles et sont durables.

Le rĂ©gime appliquĂ© par la CITES exige que le caviar et les autres produits d’esturgeons soient vendus au cours de l’annĂ©e durant laquelle ils ont Ă©tĂ© pĂȘchĂ©s. Le caviar Ă©tant Ă©galement une denrĂ©e trĂšs prisĂ©e localement dans les pays concernĂ©s, ceux-ci doivent aussi mettre l'accent sur le contrĂŽle du commerce intĂ©rieur des esturgeons.

La baisse de l’approvisionnement en caviar d’esturgeons sauvages a incitĂ© de nombreux pays Ă  se lancer dans la production aquacole. Il importe nĂ©anmoins de maintenir les prises d’esturgeons Ă  un niveau durable de façon Ă  prĂ©server les incitations Ă  la conservation des stocks sauvages.

Note aux journalistes : Pour plus d’informations, contacter Michael Williams au +41-79-409-1528 (cell.), +41-22-917-8242 (bureau) ou michael.williams@unep.ch ; ou encore Juan-Carlos Vasquez au 41-22-917-8156/28 ou juan.vasquez@cites.org. Voir aussi www.cites.org.

Quotas d’exportation (en kg) pour 2007 de spĂ©cimens d’espĂšces d’esturgeons de stocks partagĂ©s inscrites Ă  l’Annexe II

ESPÈCE

MER CASPIENNE

N-O DE LA MER NOIRE et COURS INFÉRIEUR DU DANUBE

FLEUVE AMOUR

Acipenser gueldenstaedtii

Esturgeon du Danube

27 630 (caviar)

144 000 (chair)

0

EspÚce non présente

Acipenser nudiventris

Esturgeon à barbillons frangés

0

0

EspÚce non présente

Acipenser persicus

Esturgeon perse

38 000 (caviar)

5 000 (chair)

0

EspÚce non présente

Acipenser stellatus

Esturgeon étoilé

20 337 (caviar)

99 555 (chair)

0

EspÚce non présente

Acipenser ruthenus

Esturgeon de Sibérie

0

0

EspÚce non présente

Huso husoBeluga

En préparation

Pas de quota prévu

EspÚce non présente

Acipenser schrencki

Esturgeon de l’Amour

EspÚce non présente

EspÚce non présente

En préparation

Huso dauricus

Kalouga

EspÚce non présente

EspÚce non présente

En préparation


1 - AzerbaĂŻdjan, FĂ©dĂ©ration de Russie, Kazakhstan, RĂ©publique islamique d’Iran et TurkmĂ©nistan
2 - Bulgarie, Serbie, Roumanie et Ukraine
3 - Chine et Fédération de Russie

 



 

 

Autres Liens

Comprendre la CITES

Secrétariat de la CITES
Convention sur le commerce international des espÚces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES)

 

Follow Us

Keep up to date with UNEP events on Facebook, Twitter and You Tube.

Twitter Facebook You Tube



UNEP on Facebook