La campagne Plantons pour la Planète prend racine un milliard de fois à travers le monde - United Nations Environment Programme (UNEP)
Programme des Nations Unies pour l'environnement
l'environnement au service du développement Rechercher 
Salle de presse
 
 Accueil
 Contacts Médias
 Communiqués de  presse
 A la une
 Discours
 Photos
 Audiovisuels
 Films et Vidéos
 RSS / Baladodiffusion
 Affiches
 E-Cards

 

 

 Imprimer [English]
 

La campagne Plantons pour la Planète prend racine un milliard de fois à travers le monde

Les engagements pour combattre le changement climatique se matérialisent grâce à une vague de soutien sans précédent des citoyens, des communautés, des écoles, des artistes, des gouvernements et des entreprises

Nairobi, 22 mai 2007 – Le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) a aujourd’hui annoncé qu’il a enregistré une mobilisation exceptionnelle pour répondre unanimement à la crise climatique et qu’un milliard d’arbres seront plantés à travers le monde avant la fin de l’année.

Sept mois avant l’échéance de décembre 2007, la Campagne pour un milliard d’arbres vient en effet de dépasser son objectif suite à un flux constant d’engagements. La dernière promesse inscrite émane du Sénégal, qui sous l’égide de son Président, plantera 20 millions d’arbres.

Les organisateurs de la campagne, y compris l’ONG Green Belt Movement et le Centre mondial d’agroforesterie (ICRAF), ont été surpris par l’enthousiasme sans équivoque qu’a provoqué la campagne à travers le monde. Des personnes âgées de 5 à 80 ans, issues de tous les milieux et d’une grande majorité d’États Membres des Nations Unies, se sont ralliées aux communautés, artistes, jardins d’enfants, associations de scouts, écoles, universités, municipalités, entreprises et gouvernements pour atteindre cet objectif.

La campagne, qui a été lancée à l’occasion de la conférence sur les changements climatiques qui s’est tenue en novembre dernier à Nairobi, au Kenya, veillera désormais à transformer les promesses en un milliards d’arbres plantés d’ici la fin de l’année.

Achim Steiner, Secrétaire général adjoint des Nations Unies et Directeur exécutif du PNUE, a déclaré : « 2007 sera à jamais l’année qui aura mis un point d’orgue aux nombreux débats portant sur le changement climatique. Le Groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat a mis un point final au débat scientifique (le réchauffement climatique a bel et bien lieu), tout en mettant fin non seulement aux controverses sur les impacts (ils ont bien cour et affecteront chaque coin de la planète) mais également au débat économique (combattre le changement climatique ne coûtera que 0,1 pour cent du PNB, peut être moins) ».

« L’autre question clé avait été de savoir si le public était prêt à agir. Il est maintenant sûr que mobiliser les individus, les communautés et les nations en masse afin de contrer l’augmentation de gaz à effet de serre est possible d’un point de vue politique. La Campagne pour un milliard d’arbres met un point final aux questions posées à ce sujet. », a-t-il affirmé.

« Pays et communautés, ainsi qu’entreprises et citoyens de par le monde, au nord comme au sud, ont fait preuve d’enthousiasme et de dévouement en répondant à ce défi. Cela devrait permettre aux gouvernements d’agir avec certitude et conviction, sachant que s’attaquer au réchauffement climatique ne constitue pas un risque politique mais représente une des mesures les plus populaires de notre temps, leur électorat et le public les soutenant pleinement. »

Ces propos ont été recueillis lors de la commémoration de la Journée internationale de la diversité biologique coordonnée par la Convention sur la diversité biologique du PNUE.

Ahmed Djoghlaf, Secrétaire exécutif de la Convention sur la diversité biologique, a déclaré pour sa part : « Inverser au niveau mondial la perte accélérée de biodiversité demande des efforts sans précédents à tous les niveaux. C’est un succès remarquable que d’atteindre l’objectif de la Campagne pour un milliard d’arbre à l’occasion de la Journée internationale de la Biodiversité. C’est un témoignage vivant prouvant que la communauté internationale est déterminée à redoubler ses efforts pour combattre à la fois la perte de biodiversité et les changements climatiques, deux menaces environnementales inextricablement liées. Le fait de planter un arbre scelle notre relation avec la nature. C’est un geste porteur d’espoir. Chaque citoyen du monde devrait s’occuper de la nature et la chérir, afin de bénéficier d’une meilleure qualité de vie sur Terre. J’applaudis tous ceux qui nous ont fait atteindre l’objectif du milliard. Et j’ose espérer que six milliards d’arbres pourront être plantés d’ici les célébrations de la prochaine Journée internationale de la biodiversité, afin de réaliser l’objectif de Johannesbourg de réduire la tendance à la déperdition de la biodiversité d’ici 2010. »

Cette année, la Journée internationale est commémorée sur le thème la biodiversité et le changement climatique. Elle coïncide à quelques semaines prèsavecla publication d’une série de rapports du Groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), qui soulignent que la biodiversité, et donc les modes de vies et le bien être de l’humanité, sont menacés par l’accumulation des gaz à effet de serre (GES).

Selon le GIEC, le tourisme en Afrique, qui dépend essentiellement de la nature et l’écologie, sera particulièrement affecté : 25 à 40 pour cent de la faune, les zèbres par exemple, dans les parcs nationaux d’Afrique subsaharienne, seront menacés d’extinction.

Dans les Caraïbes, plus d’un tiers des zones de reproduction de tortues risque de disparaître si le niveau de la mer monte de 0,5 mètre. Les îles aux forêts brumeuses et humides, tels Hawaii, connaîtront certainement des pertes en espèces d’oiseaux endémiques.

Dans l’Arctique, l’amincissement de la glace de mer, et une diminution de son étendue, auront des répercussions importantes. Les crustacés, adaptés à la vie au bord de la glace de mer, représentent une source importante de nutrition pour les phoques et les morues polaires. La licorne des mers dépend également des organismes de la glace de mer pour sa survie. (Voir la note aux rédacteurs, pour en savoir plus sur les impacts de la biodiversité et du climat sur l’Afrique et d’autres régions du monde).

Wangari Maathai – Une Source d’inspiration
La Campagne pour un milliard d’arbres s’est inspirée de l’œuvre du Professeur Wangari Maathai, Lauréate du Prix Nobel de la paix de 2004 et marraine de la Campagne.

Mme Maathai a plaidé sans relâche en faveur de la Campagne. En effet, le mouvement écologique qu’elle a fondé, le Green Belt Movement (Mouvement ceinture verte), a été le premier à souscrire à cette initiative en promettant de planter 2 millions d’arbres.

Aujourd’hui, elle a rappelé une récente conférence de femmes africaines et espagnoles qui s’est tenue à Madrid : « J’ai demandé aux participantes de construire à travers le Sahara une ceinture verte composée d’arbres indigènes. Je visualise le reboisement de Dakar à Djibouti dans le cadre de la Campagne pour un milliard d’arbres. Une telle réalisation contribuerait à endiguer les processus de désertification qui accélèrent l’expansion australe du Sahara ».

« Je suis convaincue qu’avec le soutien des Chefs d’État africains des pays limitrophes du Sahara, nous réaliserons cet objectif. Nous devons solliciter les communautés qui habitent cette région pour qu’elles se mobilisent en ce sens. Il s’agit non seulement de les inviter à planter des arbres mais également d’en assurer la survie. Voilà notre rêve! Prenez part à ce projet », a ajouté le Professeur Maathai.

« La Campagne était une des réalisations positives de la dernière conférence sur le changement climatique qui s’est tenue à Nairobi en fin 2006. La première étape est terminée. Il faut maintenant faire en sorte que les engagements se traduisent en un milliard d’arbres plantés. Ainsi, la campagne contribuera à combattre non seulement le changement climatique du fait de la capacité des arbres à séquestrer le carbone atmosphérique, mais aidera à solutionner un éventail de problèmes urgents, tels que la stabilisation des sols et la gestion des bassins versants, tout en offrant de meilleures perspectives d’avenir pour les espèces sauvages, l’agriculture et le tourisme », a-t-elle affirmé.

Prince Albert II de Monaco
SAS Albert II, Prince souverain de Monaco parraine également la campagne. Le Prince a établi le premier puis de carbone européen dans les Alpes maritimes. En janvier 2007, il a planté des résineux, essentiellement des pins d’Alep, dans la région de Cap-d’Ail et à La Turbie (France), dans des zones dévastées par les feux de forêt d’été. « Dans mon rôle de Chef d’État, en acceptant de parrainer l’opération lancée par le Programme des Nations Unies pour l’environnement, je voulais remplir mon rôle d’éclaireur et susciter une mobilisation sans précédent à travers le monde pour encourager la plantation d’arbres acclimatés au milieu local », a-t-il déclaré.

Le Centre mondial d’agroforesterie (ICRAF) – Partenaire scientifique indispensable
Dennis Garrity, Directeur d’ICRAF, a affirmé : « C’est avec beaucoup de fierté, et une certaine dose d’émerveillement, que le Centre mondial d’agroforesterie se joint aux partenaires de la Campagne pour un milliard d’arbres pour fêter la réalisation précoce de promesses de planter un milliard d’arbres pour la planète. »

« Que tant d’individus, d’organisations et de gouvernements du monde entier aient réagi avec tant d’enthousiasme est une première. L’homme a évolué à travers l’Age de la pierre, l’Age du bronze et l’Age du fer. Je crois que nous entamons peut être l’Age de l’Arbre! Il faudra 15 ans pour que la population mondiale s’accroisse d’un milliard. Mais en moins de 15 semaines, la Campagne pour un milliard d’arbres a recueilli plus d’un milliard d’arbres, au profit de ce milliard de personnes. C’est une réalisation des plus remarquables! », a-t-il ajouté.

« Le PNUE et tous ceux impliqués méritent d’être hautement félicités pour avoir aidé le monde à réaliser que des arbres plantés sur des terrains de petits agriculteurs offrent une solution réelle à l’atténuation du réchauffement climatique, à la perte de biodiversité et aux modes de vie précaires. En quelques mots, l’agroforesterie sauve le monde un arbre à la fois ».

La Campagne pour un milliard d’arbres a été annoncée le 8 novembre 2006 lors de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques et lancée en janvier 2007.

En plus du Sénégal, la cible d’un milliard d’arbres promis a été surpassée grâce aux 30 millions d’arbres promis au nom de l’Ouganda par Son Excellence Monsieur Semakula Kiwanuka, Ministre d’État chargé des finances, de la planification et du développement économique. Ces deux derniers engagements enregistrés par le PNUE ont ainsi porté le nombre d’arbres promis à 1 milliard 12 millions, parmi lesquels près de 13,5 millions ont déjà été plantés et pris racine.

Notes aux rédacteurs
La Campagne pour un milliard d’arbres, dont le fonctionnement est assuré par un site web interactif, démontre qu’une initiative concrète et centrée sur l’action populaire peut entraîner des changements positifs et immédiats en faveur de l’environnement.

La Campagne menée pour planter un milliard d’arbres en 2007 a suscité une mobilisation et une prise d’action sans précédent au niveau des communautés et des villes, de Belo Horizonte au Brésil à Tokyo au Japon.

Le PNUE a reçu une multitude de photographies, de lettres et de courriels de milliers de participants, âgés de 5 à 80 ans, démontrant leur engagement à lutter contre le réchauffement climatique et rétablir l’environnement.

Artistes et créateurs du monde entier ont mis leur créativité au service de la campagne. La campagne a figuré sur des panneaux d’affichage au long de grandes routes, dans de nombreux aéroports et dans le métro de Paris.

La Campagne a également bénéficié du soutien des gouvernements de plusieurs pays, y compris : le Cameroun, la Chine, la Corée du Sud, Cuba, l’Ethiopie, Haïti, l’Irak, Israël, le Japon, les Maldives, la Mauritanie, le Mexique, Monaco, le Maroc, le Myanmar, l’Ouganda, le Sénégal, la Turquie, et le Venezuela. Les Représentants Permanents de ces pays auprès du PNUE ont facilité la participation de leurs gouvernements et ont également, pour la plupart, contribué à la Campagne en plantant d’eux-mêmes des arbres à Nairobi.

Le secteur privé, d’autres agences des Nations Unies ainsi que la Banque mondiale se sont également associés au PNUE afin de vulgariser la plantation d’arbres dans le cadre de la Campagne. Fondations, associations de scouts et des milliers d’ONG se sont faits les champions de cette initiative. En faisant connaître la Campagne par tous les moyens à leur disposition, ils ont réussi à éveiller davantage l’intérêt du public. Des milliers de blogs aussi ont mentionné la Campagne, répandant encore plus la nouvelle.

Une bourse d’échange virtuelle vient d’être lancée sur le site de la Campagne afin de permettre à tous ceux qui le souhaitent de mettre à disposition leur temps, leur expertise, leur terrain ou des plants afin d’atteindre l’objectif final.

Faits et chiffres sur les conséquences des réchauffements climatiques sur la biodiversité :

  • En Arctique, les périodes de couverture glaciaire plus courtes mettent en péril l'habitat et l'existence des ours polaires en leur donnant moins de temps pour chasser.
  • Les mangroves de l'Asie figurent parmi les plus grands territoires encore disponibles pour les tigres. L'augmentation prévue des niveaux de la mer pourrait entraîner la perte de l'habitat des tigres et menacer la survie de l'espèce.
  • En Afrique, les pressions qu'exercent les périodes sèches de plus en plus longues et les espaces habitables de plus en plus petits rendent les éléphants très vulnérables aux changements climatiques.
  • En Australie, Les changements de la température et de la composition chimique de l'eau pourraient entraîner la perte de 95 pour cent des coraux de la Grande Barrière de Corail d'ici 2050.
  • Les températures plus élevées pourraient mettre en péril des organismes qui vivent déjà près de leur limite de tolérance à la chaleur. À titre d'exemple, les changements climatiques auront sûrement des conséquences graves sur le Karoo, la zone aride la plus riche en biodiversité sur Terre, situé dans le sud-ouest de l'Afrique du Sud et le sud de la Namibie.

Pour en savoir plus, veuillez contacter : Nick Nuttall, Porte-parole du PNUE, au Tel: +254 20 7624001, Mobile: +254 733 632755 ou Courriel: nick.nuttall@unep.org ou Mellab Shiluli: mellab.shiluli@unep.org

Communiqué de presse du PNUE 15/2007

 



 

 

Autres Liens

Version arabe du communiqué

Version chinoise du communiqué

Plantons pour la Planète: la Campagne pour un milliard d'arbres

Site de la Journée internationale de la diversité biologique

 

Follow Us

Keep up to date with UNEP events on Facebook, Twitter and You Tube.

Twitter Facebook You Tube



UNEP on Facebook