La journée internationale de la diversité biologique 22 Mai 2008 - United Nations Environment Programme (UNEP)
Programme des Nations Unies pour l'environnement
l'environnement au service du développement Rechercher 
Salle de presse
 
 Accueil
 Contacts Médias
 Communiqués de  presse
 A la une
 Discours
 Photos
 Audiovisuels
 Films et Vidéos
 RSS / Baladodiffusion
 Affiches
 E-Cards

 

 

 Imprimer [English]
 

La journée internationale de la diversité biologique 22 Mai 2008

Bonn, le 22 mai 2008-Dans un contexte de hausse des prix des produits alimentaires, et de pressions des changements climatiques affectant les champs et les vergers, les célébrations de la Journée internationale de la biodiversité (JIB) mettront l'accent sur la nécessité de protéger et de gérer la biodiversité du monde afin d'assurer la sécurité de l'approvisionnement de nourriture pour une population mondiale croissante.

"L'agriculture peut promouvoir la diversité biologique si elle fait preuve d'un réel respect de la nature. Mais l'agriculture peut également devenir un danger pour la diversité biologique, par exemple, par l'utilisation excessive de pesticides ou par la création de monocultures. Toutefois, une chose est incontestable: la production agricole dépend directement des ressources et des services fournis par la diversité de la nature", a déclaré le ministre allemand de l'Environnement, Sigmar Gabriel, président de la neuvième réunion de la Conférence des Parties (COP) à la Convention sur la diversité biologique qui se tient à Bonn, en Allemagne, jusqu'au 30 mai.

"La protection de la biodiversité mondiale est essentielle à l'approvisionnement alimentaire mondial," Ahmed Djoghlaf, Secrétaire exécutif de la Convention sur la diversité biologique, a noté que: "Si le taux actuel d'extinction continue, il sera difficile de fournir suffisamment de nourriture à une population mondiale qui devrait atteindre neuf milliards d'ici la moitié du siècle."

M. Djoghlaf a poursuivi en disant "La biodiversité deviendra encore plus cruciale dans l'avenir à mesure que les changements climatiques créent de l'incertitude sur les plantes et les espèces animales qui resteront viables dans des conditions changeantes. Par exemple, les agriculteurs des Andes se protègent des mauvaises récoltes que pourraient causer la chaleur ou le gel par la plantation de différentes variétés de pommes de terre. L'accès à ces variétés protège leurs moyens de subsistance."

Dans son message de la Journée internationale, le Secrétaire général des Nations Unies M. Ban Ki-moon a déclaré que "Sur les 7000 espèces de plantes qui ont été domestiquées au cours des 10 000 ans d'histoire de l'agriculture, seulement 30 fournissent la grande majorité des aliments que nous mangeons tous les jours. Dépendre uniquement de quelques espèces pour la subsistance est une mauvaise stratégie."

À la réunion en cours de la Conférence des Parties à la Convention de Bonn, les délégués passent en revue les travaux de la Convention sur la diversité biologique agricole et identifient les façons dont les pays peuvent s'y prendre pour arriver à des méthodes plus durables dans l'agriculture. Des représentants de gouvernement, ainsi que des organisations non gouvernementales, décident d'une série de mesures qui placeraient le monde plus près de l'objectif mondialement convenu d'inverser la perte de biodiversité d'ici 2010. Il est estimé que l'activité humaine est à l'origine des menaces d'extinction qui pèsent sur certaines espèces, à raison de 100 à 1000 fois du taux naturel d'extinction.

"L'agriculture et la conservation de la nature doivent trouver les moyens de travailler ensemble pour réduire de manière significative la perte mondiale de biodiversité", a dit M. Gabriel, en ajoutant que "C'est une tâche très ambitieuse que les délégués des 191 États doivent résoudre à Bonn au cours des prochains jours.»

Plus tard aujourd'hui, les délégués écouteront les remarques de la ministre de l'Environnement, de l'Allemagne, le Secrétaire général des Nations Unies, un message vidéo de Jacques Diouf, Directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), et un discours de Robert Watson, sur l'Évaluation internationale des sciences agronomiques et technologiques en faveur du développement (IAASTD), entre autres.

M. Djoghlaf a déclaré que l'un des principaux objectifs à long terme de faire face à la crise alimentaire mondiale est d'organiser l'agriculture d'une manière qui protège et soutient les écosystèmes environnants. "Nous pouvons assurer une sécurité alimentaire si nous prenons les mesures nécessaires pour utiliser correctement nos ressources", a déclaré M. Djoghlaf.

"Nous devons nous assurer d'utiliser nos ressources en eau de manière efficace. Nous devons utiliser le bon dosage d'engrais. Nous devons garder nos sols fertiles et nous devons garder nos forêts et nos zones humides intactes."

La biodiversité, a déclaré M. Djoghlaf, jouera également un rôle majeur en fournissant une alimentation équilibrée pour plus de personnes. Une plus grande diversité procure une alimentation plus variée, ce qui permet aux gens de trouver un juste équilibre entre la plantation et l'élevage des produits appropriés. "Nous devons promouvoir l'idée que notre alimentation devrait reposer, dans une large mesure, sur la capacité de la terre à soutenir un certain régime alimentaire."

Grâce à la Convention sur la diversité biologique, les pays travaillent sur des lignes directrices pour les pratiques agricoles. En particulier, il existe une série d'initiatives en vertu de la Convention pour protéger la biodiversité des sols, réduire la perte de pollinisateurs, et maintenir la variété des denrées alimentaires nécessaires pour assurer une bonne alimentation et une nutrition appropriée.

La Convention sur la diversité biologique (CDB)

Ouverte à la signature au Sommet de la Terre à Rio de Janeiro en 1992, la Convention sur la diversité biologique est un traité international pour la conservation et l'utilisation durable de la biodiversité et le partage équitable des avantages découlant de l'utilisation des ressources génétiques. Avec 191 Parties, la CDB a une participation quasi-universelle des pays qui se sont engagés à préserver la vie sur Terre. La CDB vise à aborder toutes les menaces à la biodiversité et aux services écosystémiques, y compris la menace des changements climatiques, à travers des évaluations scientifiques, le développement d'outils, des incitations et des processus, le développement de technologies et de bonnes pratiques, et la participation pleine et active des parties prenantes, y compris les communautés autochtones et locales, les jeunes, les ONG, les femmes et les milieux d'affaires.

Le siège du Secrétariat de la Convention est situé à Montréal.

Pour de plus amples renseignements, veuillez contacter Marie Aminata Khan au +1 514 287 8701, email: marie.khan@cbd.int ou David Ainsworth au +49 0170 558 5819, email: david.ainsworth@cbd.int.

La Journée internationale de la diversité biologique

L'Organisation des Nations Unies a proclamé le 22 mai Journée internationale de la diversité biologique (JIB) pour accroître la compréhension et la connaissance des questions de biodiversité. Pour plus de renseignements, visitez www.cbd.int/ibd/2008/

 
The poster for the International Day for Biological Diversity 2008 has been designed from a traditional Gabba embroidered tapestry from Pakistan.