REDD au secours des forêts - United Nations Environment Programme (UNEP)
Programme des Nations Unies pour l'environnement
l'environnement au service du développement Rechercher 
Salle de presse
 
 Accueil
 Contacts Médias
 Communiqués de  presse
 A la une
 Discours
 Photos
 Audiovisuels
 Films et Vidéos
 RSS / Baladodiffusion
 Affiches
 E-Cards

 

 

 Imprimer [English]
 

REDD au secours des forêts

Les Nations Unies et la Norvège s'unissent pour lutter contre les changements climatiques causés par la déforestation

New York 24 Septembre 2008-Les pays à des forêts tropicales intensifient la lutte contre les changements climatiques par une nouvelle initiative annoncée aujourd'hui, le Fonds de partenariat pour la réduction des émissions de carbone forestier des Nations Unies (UN-REDD).

Le Programme, qui sera réalisé par trois agences des Nations Unies, a été annoncé par le Secrétaire Général des Nations Unies Ban Ki-moon et le Premier ministre de Norvège Jens Stoltenberg, dont le gouvernement finance cette phase initiale d'un montant de 35 millions de dollars.

Neuf pays ont déjà exprimé leur intérêt à recevoir de l'aide par le biais de UN-REDD - la Bolivie, la République Démocratique du Congo, l'Indonésie, le Panama, le Papouasie-Nouvelle-Guinée, le Paraguay, la Tanzanie, le Viet Nam et la Zambie.

Certains d'entre eux, comme l'Indonésie, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, la République Démocratique du Congo et la Tanzanie "initieront rapidement" leurs efforts à travers l'élaboration de stratégies nationales, et en établissant de solides systèmes de suivi, d'évaluations, de déclaration et de vérification de la couverture forestière et des stocks de carbone ainsi qu'un engageant leurs capacités du soutien pour d'autres pays à venir aussi.

Dans les phases ultérieures, des projets pilotes seront mis en place pour tester des moyens de gérer les forêts existantes afin de maintenir leurs services éco systémiques et maximiser leurs stocks de carbone tout en offrant la communauté et les moyens de subsistance des prestations.

Le programme UN-REDD soutiendra ces pays dans le cadre d'un mouvement international pour inclure REDD dans un accord climatique des Nations Unies post-2012.

Le Groupe d'experts Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat (GIEC) estime que la déforestation contribue environ 20 pour cent des émissions globales des gaz à effet de serre dans l'atmosphère.

Le programme REDD vise à équilibrer la balance économique en faveur de la gestion durable des forêts afin que leur biens et services économiques, environnementaux et sociaux bénéficient les pays, les communautés et les utilisateurs des forêts tout en contribuant aux réductions importantes des émissions de gaz à effet de serre.

M. Ban a dit: «La lutte contre le changement climatique ne peut être gagnée sans les forêts du monde, cela est maintenant clair. Cette initiative permettra non seulement de démontrer la manière dont les forêts peuvent jouer un rôle important dans le cadre d'un régime sur le changement climatique d'après 2012, attendu à la conférence sur le changement climatique de Décembre 2009, à Copenhague. Elle aidera également à montrer que la communauté mondiale est prête à soutenir la mise en oeuvre d'un régime sur le climat global, ambitieux et complet une fois qu'il est ratifié ".

 «Cette initiative est également une illustration concrète de l'engagement du système des Nations Unies à soutenir les États Membres pour répondre à leurs défis liés au changement climatique. Nous apprécions le partenariat de la Norvège dans nos efforts pour aider la communauté mondiale à faire face à ce défi. "

M. Stoltenberg a commenté: "Nous devons réduire la déforestation si nous voulons réussir dans la lutte contre le changement climatique".

« Grâce aux efforts internationaux concertés, nous pouvons rapidement réaliser d'importantes réductions », a dit M. Stoltenberg, en soulignant la nécessité d'avoir des standars internationaux, pour mesurer, rapporter et vérifier les émissions résultant du déboisement et de la dégradation.

«L'initiative REDD de l'ONU est un programme d'action à démarrage rapide qui vise à démontrer que des premiers résultats sont possibles dans certaines des grandes forêts du monde. Et de faire ceci par le biais de l'initiative de l'ONU «Unis dans l'action »: C'est pour ca que la Norvège a décidé de financer le programme REDD de l'ONU", a-t-il ajouté.

Le premier ministre norvégien a conclu: «La lutte contre les émissions de gaz à effet de serre résultant du déboisement et la dégradation des forêts est une priorité pour la Norvège maintenant et dans les années à venir. Si nous réussissons dans la première étape, la Norvège continuera certainement à soutenir ce programme à une plus grande échelle ".

Si REDD obtient le feu vert dans le cadre d'un accord post-2012 de la Convention des Nations Unies sur le climat, ceci pourrait permettre les pays développés de payer les pays en développement pour les émissions évitées. Un tel arrangement sera essentiel dans l'effort mondial visant à éviter un changement climatique catastrophique, et doit être accompagné de profondes réductions d'émissions dans les pays développés.

Les pays en développement pourraient recevoir des versements importants qui à leur tour peuvent être dépensés pour le développement. Selon une estimation, l'Indonésie pourrait recevoir 1 milliard de dollars d'indemnités par année si son taux de déforestation était réduit à un million d'hectares par an.

L'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture(FAO), le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et le Programme des Nations Unies pour l'Environnement(PNUE) mettent en oeuvre le nouveau programme dans l'esprit des Nations Unies « Unis dans l'action ».

Chaque organisation apportera des compétences et des connaissances uniques au programme dans le but de maximiser sa réussite.

Citations des Chefs d'Agence

Achim Steiner, Secrétaire-général Adjoint des Nations Unies et Directeur Exécutif du PNUE, a dit: "Le PNUE, les écologistes et la communauté scientifique ont dit depuis longtemps que les forêts valent plus vivantes que mortes-que leurs services écosystémiques valent des milliards voire des trillions de dollars si nous pouvons les évaluer en termes économiques ".

"REDD est l'occasion de commencer à capturer ces valeurs réelles et apportera un financement crucial pour maintenir un des systèmes de survie de la planète. Avec n'importe quelle nouvelle initiative, il y a des risques et des récompenses. REDD doit bénéficier les communautés locales et peuples autochtones autant que les économies nationales et l'environnement mondial. Si cela est fait, les perspectives sont passionnantes et potentiellement majeures », a-t-il ajouté.

Jacques Diouf, le Directeur Général de la FAO, a dit: «Il est plus important que jamais de fournir des ressources financières adéquates et le renforcement des capacités nécessaires pour les pays en développement, dans le cadre de leur processus de développement en vue de la gestion des forêts et l'aménagement des terres ; préserver le potentiel de leurs forets pour séquestrer le carbone et améliorer leur connaissance du rôle des forêts dans le changement climatique».

"Dans ce contexte, l'accent a été mis sur les moyens d'assurer le contrôle, l'évaluation et la vérification des forêts dans le but de les préserver et de contrôler les émissions résultant du déboisement. Ceci sera un élément clé du programme de l'ONU-REDD ", a-t-il ajouté.

Kemal Derviş, Administrateur du PNUD, a dit: «L'ampleur du défi climatique exige que nous innovions dans la façon dont nous faisons le développement. Réduire les émissions de carbone en fournissant aux pays et aux communautés locales des incitations pour ne pas abattre les forêts est un moyen créatif et efficace pour nous aider à aborder le défi du changement climatique, protéger les écosystèmes vitaux et soutenir les moyens de subsistance. Le programme REDD de l'ONU, qui réunit les compétences de la FAO, du PNUD et du PNUE, avec de l'aide généreuse de la Norvège, est l'opportunité pour une situation "gagnant-gagnant-gagnant" ».

Pour plus d'informations, veuillez contacter

Nick Nuttall, Porte Parole du PNUE/ Chef de l'Unité Media du PNUE, au téléphone +254 (0) 733 632755, en voyage sur +41 79 596 57 37, Courriel: nick.nuttall@unep.org

Dan Shepard, Chargé de l'information au Nations Unies, Tel: +1 212 963 9495; Courriel: shepard@un.org

Siri Gjørtz, Chargé de la presse, représentant Permanent de la Norvège au Nations Unies

Tel: +1 212 421 7333, Mobile +1 646 642 9910, Courriel: siri.gjortz@mfa.no

Peter Holmgren, Directeur de la division de l'environnement, changement climatique et Bioénergie a la FAO, tel: +39 340 252 3871, Courriel: peter.holmgren@fao.org

Stanislav Saling, Chargé de l'information au PNUD, New York, Tel: +1 212 906 5296, Courriel: stanislav.saling@undp.org.