Des centaines de millions de Sud-Asiatiques pourraient faire face à des pénuries d'eau - United Nations Environment Programme (UNEP)
Programme des Nations Unies pour l'environnement
l'environnement au service du développement Rechercher 
Salle de presse
 
 Accueil
 Contacts Médias
 Communiqués de  presse
 A la une
 Discours
 Photos
 Audiovisuels
 Films et Vidéos
 RSS / Baladodiffusion
 Affiches
 E-Cards

 

 

 Imprimer [English][中文]
 

Des centaines de millions de Sud-Asiatiques pourraient faire face à des pénuries d'eau

, Le rapport de l'ONU montre la vulnérabilité des bassins transfrontaliers de l'Asie du Sud

Bangkok/Nairobi, 6 Février 2009 -La surexploitation, le changement climatique et la coopération inadéquate entre pays menacent certains des plus grands bassins fluviaux du monde, qui alimentent environ 750 millions de personnes.

Telles sont certaines des conclusions clé du nouveau rapport : Eau douce en danger: l'Asie du Sud produit par l'Organisation des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) et l'Institut asiatique de technologie. (AIT).

Le rapport discute l'état des ressources d'eau douce dans certains grands bassins fluviaux d'Asie du Sud. Il identifie les principales menaces au développement et à la gestion des ressources d'eau, et évalue les défis auxquels la région est confrontée en faisant face à ces menaces.

Un quart de la population mondiale vit en Asie du Sud, y compris certains des plus pauvres du monde, qui ont accès à moins de 5 pour cent des ressources mondiales d'eau douce.

Les trois bassins fluviaux transfrontaliers évalués dans le rapport incluent les plus grands bassins de l'Asie du Sud: le bassin Gange-Brahmapoutre-Meghna (GBM) (qui couvre le Bangladesh, le Bhoutan, la Chine, l'Inde et le Népal), le bassin de l'Indus (en Afghanistan, en Chine, en Inde, au Népal et au Pakistan) et le bassin Helmand (qui couvre l'Afghanistan, l'Iran et le Pakistan).

Le Secrétaire général adjoint de l'ONU et Directeur exécutif du PNUE, Achim Steiner a dit: "Ces grands systèmes fluviaux sont des artères économiques importantes mais aussi des atouts sociaux et environnementaux pour l'Asie du Sud. Investir dans leur gestion durable est donc un investissement dans la prospérité actuelle et future de l'Asie et ce sera un élément central et un facteur déterminant dans la transition. »

"L'eau est une ressource vitale pour la santé et les moyens de subsistance des personnes, particulièrement en Asie du Sud, où ces trois bassins fluviaux transfrontaliers soutiennent environ la moitié de 1,5 milliards de personnes de la région, dont certaines des personnes les plus pauvres du monde», a dit M. Young-Woo Park, le directeur régional du PNUE et représentant de l'Asie et du Pacifique, qui a lancé le rapport d'aujourd'hui au Sommet du développement durable à Delhi.

Selon Mukand Babel de l'AIT, cette ressource vitale fait face à un certain nombre de menaces de la forte croissance démographique, aux modes de consommation non viables, de la mauvaise gestion a l'utilisation des ressources d'eau, de la pollution a l'insuffisance des investissements dans l'infrastructures, ainsi que le changement environnemental, et particulièrement du changement climatique. "Cette situation est exacerbée car les pauvres sont particulièrement vulnérables", a-t-il ajouté.

Le rapport utilise un indice de vulnérabilité basé sur le manque de ressources, la pression du développement, la santé écologique et les défis de gestion afin d'évaluer la vulnérabilité de chacun des bassins hydrographiques. Les principales conclusions de l'étude incluent :

- Le changement climatique est susceptible de conduire à de graves pénuries d'eau dans tous les bassins dans le long terme, car environ 67 pour cent des glaciers himalayens sont en train de diminuer, réduisant ainsi le ruissellement glaciaire qui alimentent ces rivières.

- Les ressources d'eau des bassins fluviaux de l'Indus et de Helmand, sont particulièrement vulnérables ? Ceci est causés principalement par l'insécurité écologique illustrée par la diminution du couvert végétal et la baisse de la qualité d'eau.

- Le bassin de l'Indus est le plus affecté au niveau des ressources, basé sur la disponibilité d'eau par personne et la variation des précipitations, ce bassin est également le plus exploité des trois bassins fluviaux.

- Les bassins GBM et Helmand ne sont pas actuellement en pénurie d'eau, mais la dotation et l'exploitation inégales montrent la nécessité de développer et de gérer le bassin. Les défis de gestion présentent le plus grand risque pour le bassin GBM, qui est également très vulnérable.

- Les niveaux des eaux souterraines sont en baisse au rythme de deux à quatre mètres par an dans de nombreuses parties du GBM et des bassins de l'Indus a cause des pompages intense ; ceci menace la qualité du sol et de l'eau, conduisant à l'intrusion d'eau salée dans les nappes souterraines.

Selon le rapport, une attention urgente et une recherche accélérée sur l'impact du changement climatique sur les ressources d'eau, l'infrastructure et les pratiques de gestion sont nécessaires pour éviter de graves vulnérabilités liées à l'eau, à l'avenir. Le rapport appelle à une amélioration de la coopération entre les pays riverains et la gestion intégrée du bassin.

Eau douce en danger: Asie du Sud est le premier rapport dans une série produite par le PNUE, qui couvrira les trois sous-régions du Nord-est de l'Asie, de l'Asie du Sud et du Sud-est de l'Asie. Une évaluation similaire a été achevée pour certains bassins fluviaux en Afrique. Le but des rapports est de compléter les efforts des gouvernements, des organisations non gouvernementales et des agences de développement engagées dans l'amélioration des systèmes d'eau en Asie. En outre, ils fournissent la connaissance et la compréhension nécessaires à une coopération visionnaire entre États riverains en ce qui concerne les demandes d'eau.

,