Le Kenya va élaborer un programme de développement grâce à un nouvel atlas - United Nations Environment Programme (UNEP)
Programme des Nations Unies pour l'environnement
l'environnement au service du développement Rechercher 
Salle de presse
 
 Accueil
 Contacts Médias
 Communiqués de  presse
 A la une
 Discours
 Photos
 Audiovisuels
 Films et Vidéos
 RSS / Baladodiffusion
 Affiches
 E-Cards

 

 

 Imprimer [English]
 

Le Kenya va élaborer un programme de développement grâce à un nouvel atlas

,

La 25ème Session du Conseil d'Administration du PNUE/ Forum Mondial des Ministres de l'Environnement 16-20 février

Nairobi, 13 Février 2009 -De la diminution des plantations de thé à la dégradation des sols ou à la multiplication des lieux de reproduction des moustiques, la destruction environnementale entrave les possibilités de développement présentes et à venir du Kenya.

La mise en place de Vision 2030, un ambitieux programme de développement au Kenya, dépendra beaucoup d'une gestion durable des ressources naturelles du pays.

C'est ce que conclut le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) dans son nouvel atlas de 150 pages, préparé à la demande du gouvernement kenyan.

Kenya : Le ministre kenyan de l'environnement, John Michuki, et le Secrétaire général Adjoint des Nations Unies et Directeur exécutif du PNUE, Achim Steiner, ont lancé aujourd'hui cet "Atlas of our Changing Environment"( Atlas d'un environnement en mutation). C'est la première publication de ce genre à montrer les changements environnementaux d'un pays grâce à l'utilisation d'images fournies par les nombreux satellites en orbite autour de la terre depuis trente ans.

Achim Steiner a dit : « Cet Atlas du Kenya montre à la fois la diversité et la fragilité des ressources naturelles du pays, qui sont au coeur de son développement socioéconomique. Il illustre certaines réussites de la gestion environnementale du pays, tout en mettant en lumière les principaux défis environnementaux parmi lesquels la déforestation, l'érosion des sols et la dégradation des côtes.

Il prouve que l'investissement dans une infrastructure verte peut favoriser l'économie nationale pour que le pays réalise les Objectifs du millénaire pour le développement. Ainsi, l'Atlas doit servir de guide politique pour le gouvernement kenyan, qui pourra, grâce à lui, prendre en compte ces menaces et utiliser le potentiel de développement du pays » a-t-il ajouté.

Cet Atlas a permis de tirer plusieurs conclusions :

- La part des terres protégées en raison de leur diversité biologique a augmenté de 12,1 % en 1990 à 12,7 % en 2007.

- La superficie des terres disponibles est tombée de 9,6 hectares par personne en 1950 à 1,7 hectare à peine en 2005 en raison d'une augmentation rapide de la population au cours de ces dernières décennies. Le pays compte actuellement 38 millions d'habitants, contre juste 8 millions en 1960. Cette augmentation devrait se poursuivre et la superficie des terres disponibles devrait tomber à 0,3 ha par personne d'ici 2050.

- Avec une augmentation de la température d'à peine de 2° Celsius, la culture du thé, qui représente 22 % des revenus à l'exportation du pays, deviendrait impossible dans de nombreuses régions. Près de 400 000 petits propriétaires agricoles produisent 60 % du thé kenyan.

- La valeur des terres perdues à cause de l'érosion représente trois à quatre fois les revenus annuels tirés du tourisme. En 2006, près de 10 % du PIB kenyan provenait du tourisme, secteur qui a généré un total de 56,2 milliards de shillings kenyans (soit plus de 700 millions de dollars au cours actuel).

- La déforestation augmente les risques sanitaires comme le paludisme. Des recherches menées dans le district occidental de Kisii montrent que dans les vieux habitats naturels, les moustiques ont beaucoup de prédateurs (libellules et coléoptères) et sont moins nombreux. Ils ont aussi de moins de zones de reproduction dans les forêts préservées. Ainsi, la conservation des forêts présente de nombreux intérêts économiques (stabilisation des sols, amélioration des ressources en eau, fiabilité des centrales hydroélectriques et tourisme) et sanitaires (réduction des risques de paludisme).

De Maasai Mara au lac Turkana : des écosystèmes sous pression

Les images par satellite « avant et après » montrent les changements environnementaux du Kenya depuis 1973, notamment :

- Dans l'Aberdare Range et le complexe de la forêt de Mau, deux importants points de prélèvement d'eau, les forêts sont détruites à une vitesse alarmante en raison de la production de charbon, l'exploitation du bois, les installations et les implantations humaines. Un quart de la forêt de Mau, soit près de 100 000 hectares, a été détruit depuis 2000. L'Atlas montre les types de choix économiques et environnementaux que devront faire les responsables politiques. Par exemple, il note que l'important potentiel de l'écotourisme du Parc national d'Aberdare reste largement sous-exploité, avec seulement 50 000 visiteurs par an en moyenne.

- Les grandes exploitations mécanisées de blé autour de Maasai Mara se sont étendues de 1 000 pour cent entre 1975 et 1995, essentiellement dans les plaines de Loita, réduisant fortement la taille des pâturages naturels de nombreuses bêtes sauvages, qui ont une grande valeur économique en termes de tourisme.

- Entre 1973 et 2006, près de la moitié du couvert végétal naturel autour du lac Nakuru, un autre centre touristique important notamment parce qu'il abrite des flamants roses, a été perdu. Les images par satellite montrent une nette dégradation du couvert forestier à l'ouest du lac, en partie due à l'abattage de 350 kilomètres carrés de forêts en 2001.

- La pression qui s'exerce sur les différents lacs du pays continue d'augmenter. Le lac Naivasha doit faire face aux installations et à des fermes horticoles plus nombreuses dans les villes de Naivasha et Karagita ; le niveau des eaux du lac Turkana baisse en raison d'une diminution des précipitations, la hausse des prélèvements en amont et une plus forte évaporation provoquée par la hausse des températures ; les rives du lac Baringo sont menacées par un arbrisseau envahissant, prosopis, depuis les années 1980.

Selon certaines estimations, environ la moitié des mangroves des côtes kenyanes a été perdue au cours des cinquante dernières années en raison de la surexploitation des produits du bois, leur transformation en marais salants, en terres agricoles ou pour d'autres utilisations.

Les Objectifs du millénaire pour le développement et Vision 2030

Selon les données présentées dans l'Atlas, le Kenya a fait un grand pas vers la réalisation de certains Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), notamment en matière de lutte contre la pauvreté, la mise en place d'une éducation universelle et le combat contre le VIH/SIDA, le paludisme et d'autres maladies.

Cependant, le pays doit encore relever plusieurs défis pour garantir un environnement durable, entravé par de faibles capacités de gestion de l'environnement et l'insuffisance des cadres institutionnels et légaux de mise en ?uvre et de coordination.

L'Atlas note que la déforestation, la dégradation des terres et la pollution des eaux sont les principaux défis que devra relever le pays pour réaliser l'OMD 7 « Assurer un environnement durable ».

Il montre avant tout qu'un environnement durable est la clé de la réalisation de tous les OMD. Les ressources et les conditions environnementales jouent un rôle important dans de nombreux aspects de la pauvreté et du développement.

Selon les auteurs, « l'un des meilleurs moyens de réaliser le premier OMD (réduction de l'extrême pauvreté et de la faim) c'est de maintenir la qualité et la quantité environnementale à long terme. »

Par exemple, les personnes pauvres tirent souvent leurs revenus des ressources et des écosystèmes naturels ; les enfants qui doivent chercher de l'eau ou ramasser du bois de chauffage peuvent passer moins de temps à l'école ; et les maladies liées à l'environnement comme la diarrhée, les infections respiratoires aigues, la leucémie et les cancers des enfants sont les premières causes de mortalité infantile.

« Vision 2030, et son ambitieux programme de développement, est une formidable opportunité pour que le gouvernement kenyan réponde aux défis environnementaux, qui garantit la viabilité et le développement du pays » conclut l'Atlas.

Notes aux Editeurs

Kenya: Atlas of Our Changing Environment présente de nombreuses images satellites prise autour du Kenya, ainsi que 65 cartes, 26 graphiques et 229 photographies illustrant les problèmes environnementaux auquel le pays est confronté.

L'Atlas apporte des preuves visuelles indiscutables sur les changements qui concernent 30 sites du pays et leurs écosystèmes gravement touchés par les pressions des activités humaines.

Les présentation avant-après d'images satellites prises sur trois décennies soulignent la perte forestière, l'assèchement des zones humides, le drainage des lacs et la dégradation des côtes, ainsi que des exemples de bonne gestion et des stratégies environnementales couronnées de succès.

L'Atlas analyse les liens entre les activités majeures socio-économiques du pays et ses ressources naturelles clé - illustrant, par exemple, le lien entre productivité agricole et forêts, qui régulent les micro-climats qui rendent les cultures possibles.

L'Atlas du Kenya fait suite à Africa: Atlas of Our Changing Environment publié par le PNUE publié en juin 2008, qui donnait un aperçu des changements environnementaux qui ont marqués le continent.

Tout le matériel dans l'Atlas n'est pas soumis aux droits d'auteur et peut être utilisé librement et gratuitement.

Les images individuelles satellites, les cartes, les graphiques et les photographies, peuvent être téléchargés à partir de http://na.unep.net/

La version numérique de l'Atlas sortira aussi sur Google Earth et d'autres site Internet.

Le livre est le fruit d'un travail collaboratif entre le PNUE et ses partenaires comprenant le gouvernement du Kenya, le Centre Régional de Cartographie des Ressources pour le Développement, le Bureau Géologique des Etats-Unis, et le gouvernement de Norvège.

La 25ème Session du CA-PNUE/FMME http://www.unep.org/gc/gc25/french/

 
Kenya Atlas of Our Changing Environment