Un rapport expose le problème mondial de la croissance des déchets marins - United Nations Environment Programme (UNEP)
Programme des Nations Unies pour l'environnement
l'environnement au service du développement Rechercher 
Salle de presse
 
 Accueil
 Contacts Médias
 Communiqués de  presse
 A la une
 Discours
 Photos
 Audiovisuels
 Films et Vidéos
 RSS / Baladodiffusion
 Affiches
 E-Cards

 

 

 Imprimer [English][中文]
 

Un rapport expose le problème mondial de la croissance des déchets marins

, Le PNUE appelle au boycott mondial de sacs en plastique fins

Washington DC / Nairobi, le 8 Juin 2009 - Des équipements de pêche aux sacs en plastique aux mégots de cigarette, les déchets marins ne cessent de croitre et portent atteinte aux océans et aux plages du monde entier, selon un nouveau rapport.

Le rapport, la toute première tentative pour faire le bilan des déchets marins dans les 12 principales mers régionales dans le monde entier, a été lancé pendant la Journée mondiale des océans par le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) et l'Ocean Conservancy.

Achim Steiner, Secrétaire général adjoint de l'ONU et Directeur exécutif du PNUE, a déclaré: «Les déchets marins sont caractéristiques d'un malaise plus large: à savoir le gaspillage et la persistance de la mauvaise gestion des ressources naturelles. Les sacs en plastique, les bouteilles et les autres débris qui s'accumulent dans les océans et les mers pourraient être considérablement réduits par l'amélioration de la réduction des déchets, la gestion des déchets et le recyclage».

"Certains des déchets, comme les sacs en plastique fins à usage unique étouffent la vie marine et devrait être interdits ou éliminés rapidement. Il est tout simplement impossible de justifier leur fabrication. Les autres déchets peuvent être réduits en augmentant la sensibilisation du public et en proposant un éventail de mesures économiques incitatives et des mécanismes du marché qui vont faire pencher la balance en faveur du recyclage et de la réutilisation des objets plutôt que l'abandon dans la mer ", a-t-il dit.

Les conclusions du rapport indiquent, qu'en dépit des efforts de plusieurs organisations internationales, régionales et nationales visant à contrer la pollution marine, des quantités alarmantes de déchets jetés à la mer continuent à menacer la sécurité des personnes et leur santé, à piéger la faune, à endommager les équipements nautiques et à abîmer les zones côtières dans le monde entier.

«Ce rapport est un rappel que la négligence et l'indifférence se révèlent mortelles pour nos océans et ses habitants», explique Philippe Cousteau, chef de la direction de EarthEcho International Ocean Conservancy et membre du conseil d'administration. "Au-delà des faits et des chiffres, le moment est venu d'agir. Pour instaurer un véritable changement, il faudra prendre une position courageuse et audacieuse. Il y a des comportements que chacun, partout dans le monde, peut adopter pour faire un changement positif."

Les plastiques et les cigarettes en tête du "Top Ten" des débris marins

Les plastiques - notamment les sacs de plastique et les bouteilles en PET - sont les déchets marins les plus répandus dans le monde entier, représentant plus de 80 pour cent de tous les déchets collectés dans plusieurs mers régionales lors de l'évaluation.

Les débris de plastique s'accumulent dans les environnements terrestres et marins du monde entier, se décomposant lentement en petites pièces qui peuvent être consommés par les êtres vivants à la base de la chaîne alimentaire. Les plastiques ont des composés toxiques qui peuvent ensuite entrer dans le corps des organismes qui se nourrissent de la matière plastique. La production mondiale de plastique est maintenant estimée à 225 millions de tonnes par an.

Les plastiques peuvent être confondus avec les aliments par de nombreux animaux, y compris les mammifères marins, les oiseaux, les poissons et les tortues. Les tortues de mer, en particulier, peuvent confondre les sacs de plastique flottants avec des méduses, l'un de leurs plats préférées.

Une enquête de cinq ans sur les fulmars dans la région de la mer du Nord a révélé que 95 pour cent de ces oiseaux de mer contiennent du plastique dans leur estomac. Les études du plancton de l'Atlantique du Nord ont trouvé du plastique dans des échantillons datant de 1960, avec une augmentation significative au fil du temps.

Les activités liées au tabac sont également à la tête du classement quand il s'agit de sources de déchets marins. Les filtres à cigarettes, les paquets de cigarettes et les modes d'emploi pour les cigares représentent 40 pour cent de tous les déchets marins dans la Méditerranée, tandis qu'en Équateur, des déchets liés au tabac représentent plus de la moitié du total des déchets côtiers «capturés» en 2005.

«L'océan est notre système d'aide à la vie - il fournit une grande partie de l'oxygène que nous respirons, il fournit les aliments que nous consommons et le climat dont nous avons besoin pour survivre - et pourtant, les ordures continuent à menacer sa santé», a déclaré Vikki Spruill, président et chef de la direction de Ocean Conservancy. "L'impact des débris marins est évident et dramatique; la faune meurt, les plages parsemée de déchets découragent le tourisme et les écosystèmes océaniques sont étouffés. Les débris marins sont l'une des menaces les plus répandues qui polluent notre océan et le problème peut être évité facilement."

Les deux côtés du tourisme

Le secteur du tourisme et des loisirs a un impact significatif sur l'état des mers et des littoraux dans le monde:

• Dans certaines régions touristiques de la Méditerranée, plus de 75 pour cent de la production annuelle de déchets sont générés au cours de la saison estivale.

• En Thaïlande, il est reconnu que les déchets marins affectent le tourisme - un secteur à haute valeur ajoutée pour l'ensemble de la région.

• Les activités du rivage représentent 58 pour cent des déchets marins dans la région de la mer Baltique, et près de la moitié au Japon et en République de Corée.

• En Jordanie, la principale source de déchets marins sont les activités de loisirs qui représentent 67 pour cent des déchets, tandis que les activités portuaires et maritimes constituent environ 30 pour cent des déchets. L'industrie de la pêche représente trois pour cent seulement.

• Le tourisme est la troisième plus importante source de revenus en Egypte, alors que un cinquième des hôtels du pays sont situés le long de la côte de la mer Rouge.

S'il est bien géré, le tourisme peut contribuer au maintien de l'aspect immaculé des plages et des eaux, comme l'ont démontré les Seychelles et l'Ile Maurice. Bien que ces deux destinations soient très prisées par les touristes, ces deux pays jettent très peu des déchets dans l'océan Indien.

Toutefois, les vents et les courants océaniques peuvent transporter les déchets marins indésirables loin de leur point d'origine. Par exemple, les Seychelles ont fait état d'une accumulation de déchets sur la côte orientale de l'île de Mahé au sud pendant la mousson, alors que les articles jetés sur la côte ouest de l'Australie ont été récupérés sur la côte Est de l'Afrique du Sud.

De la source à la mer

Les activités terrestres sont la principale source de déchets marins. En Australie, les enquêtes à proximité des villes indiquent que jusqu'à 80 pour cent des déchets marins proviennent de sources terrestres. Les sources marines sont dans le peloton de tête dans les régions plus éloignées.

Le problème des déchets marins est susceptible d'être particulièrement grave dans les mers d'Asie orientale - région abritant 1,8 milliards de personnes et ou 60 pour cent des personnes vivent dans des zones côtières - qui connaissent la croissance simultanée de deux activités: le traffic maritime et le développement industriel et urbain.

L'économie basée sur le pétrole et le boom dans la construction sur les zones côtières de la mer Caspienne, ont fait des déchets marins une nouvelle préoccupation dans les États du littoral, en particulier l'Iran et l'Azerbaïdjan.

En Asie du Sud, l'industrie grandissante de la démolition navale est devenue une source importante de débris marins et de pollution par les métaux lourds dans les zones côtières adjacentes.

Au Gujarat, en Inde - l'un des plus grand et le plus achalandé les chantiers de déconstruction navale dans le monde - les opérations sont effectuées sur un tronçon de 10 kilomètres sur les plages de Alang, générant des éclats de peinture, de ferraille de fer et d'autres types de déchets solides non - dégradables qui se retrouvent souvent dans la mer.

Le sud-est du Pacifique a des ports et un trafic maritime intense. Dans les cinq pays riverains, des déchets d'origine marine ont été signalés, mais il y a très peu d'informations concernant l'origine et le volume de ces déchets. Selon une estimation, une flotte de pêche colombienne génère environ 273 tonnes de déchets marins chaque année.

Le manque d'installations de gestion des déchets solides facilite l'entree de déchets dangereux dans les eaux de l'océan Indien occidental, dans les mers d'Asie du Sud et dans sud de la mer Noire, entre autres.

Le coût des ordures

Inesthétiques est dangereux, les déchets marins peuvent provoquer de graves pertes économiques par le biais de bateaux endommagés, les équipements de pêche, la contamination des installations de tourisme et de l'agriculture. Par exemple:

• Le coût du nettoyage des plages à Bohuslän, sur la côte ouest de la Suède en une seule année a été d'au moins 10 millions de SEK ou 1.550.200$.

• Au Royaume-Uni, les pêcheurs dans les Shetland ont signalé que 92 pour cent d'entre eux avaient des problèmes récurrents avec des débris dans les filets, et il a été estimé que chaque bateau peut perdre entre $ 10.500 et $ 53.300 par an en raison de la présence de déchets marins. Le coût pour l'industrie locale pourrait alors être plus élevé que 4, 300,000$.

• La municipalité de Ventanillas au Pérou a calculé qu'il faudrait investir environ 400.000 dollars américains par an pour nettoyer la côte, alors que son budget annuel pour nettoyer les espaces publics n'est que la moitié de ce montant.

Dans le même temps, des incitations économiques et la dissuasion doivent être mis en place pour régler le problème grandissant des déchets marins.

À l'heure actuelle, les autorités portuaires découragent, parfois involontairement, les bateaux d'apporter leurs déchets de cuisine sur la côte - comme on l'a vu dans la région des mers d'Asie de l'Est où les navires doivent payer des frais s'ils transportent des déchets. Certains exploitants de bateaux optent donc de se débarrasser de leurs ordures dans la mer - sans frais.

Une approche qui consisterait à enlever les frais imposés aux bateaux qui ramènent les déchets au port, comme on l'a vu dans la région de la mer Baltique, peut sensiblement réduire le jet des déchets dans la mer et contribuer ainsi à luter contre la pollution de l'environnement marin par les navires.

Le niveau des amendes pour le jet des déchets en mer doit également être revu pour en faire un moyen de dissuasion suffisant. Par exemple aux États-Unis, le navire de croisière Regal Princess a reçu une amende de US $ 500.000 (environ 336.600 € ou £ 268.719) en 1993 pour avoir jeté 20 sacs d'ordures dans la mer. Des amendes de ce niveau dissuaderaient les gens de jeter leurs déchets dans la mer.

Enfin, des possibilités génératrices de revenus liées à la collecte et au recyclage de déchets marins peuvent faire une grande différence dans certaines des régions les plus pauvres du monde. Par exemple, en Afrique de l'Est, de petits projets qui créent des emplois et réduisent le niveau de déchets dans la mer doivent être encouragés.