Développement d'un Cadre mondial pour les services climatologiques pour l'Afrique - United Nations Environment Programme (UNEP)
Programme des Nations Unies pour l'environnement
l'environnement au service du développement Rechercher 
Salle de presse
 
 Accueil
 Contacts Médias
 Communiqués de  presse
 A la une
 Discours
 Photos
 Audiovisuels
 Films et Vidéos
 RSS / Baladodiffusion
 Affiches
 E-Cards

 

 

 Imprimer [English]
 

Développement d'un Cadre mondial pour les services climatologiques pour l'Afrique

, Genève, le 30 juin 2009 (OMM)?Des outils permettant d'assurer l'adaptation à la variabilité et au changement climatiques, seront élaborés à la troisième Conférence mondiale sur le climat (CMC-3), qui se tiendra à Genève (Suisse) du 31 août au 4 septembre 2009.

Ce Cadre sera une tribune importante pour l'Afrique, région déjà très vulnérable aux changements climatiques, en raison de la rareté de l'eau, de la forte dépendance à l'égard de la production agricole et de la haute concentration de population le long des régions côtières. Ce Cadre intégrera les observations climatologiques, la recherche, les évaluations et les prévisions nécessaires à la fourniture des informations et des services requis pour inclure la variabilité du climat et les changements climatiques dans les processus de décisions socio-économiques.

Le continent africain est très exposé à la variabilité du climat et du changement, et les impacts augmentent de plus en plus, selon le rapport 2006 de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC), et selon les informations requises de l'OMM et du PNUE sur "les impacts, la vulnérabilité et l'adaptation en Afrique".

"La Conférence devrait aboutir à l'amélioration des réseaux d'observation météorologiques, en particulier dans les pays en développement, au renforcement des capacités des gouvernements, des sociétés et des institutions à l'accès et à l'utilisation des prévisions climatiques et de l'information pour l'adaptation au changement", a indiqué d'avance, le Premier ministre, Raila Odinga du Kenya.

Selon M. Hans-Rudolf Merz, président de la Confédération helvétique, qui ouvrira la Conférence le 31 août 2009, "le changement climatique représente un défi sans précédent pour nos sociétés, nos économies et notre environnement. Plus que jamais, la qualité des processus de planification et de prise de décisions dépend de renseignements climatologiques pertinents".

La troisième Conférence mondiale sur le climat réunira des hauts responsables de l'élaboration des politiques, des scientifiques, des dirigeants d'entreprises et des décideurs au Centre international de Conférences de Genève. Au cours du segment réservé aux experts, qui se déroulera du 31 août au 2 septembre, des scientifiques et experts de plusieurs disciplines venus du monde entier participeront à des discussions sur les besoins et les capacités actuelles en matière de services climatologiques. Les 3 et 4 septembre, le segment de haut niveau réunira des chefs d'État et de gouvernement, des ministres et d'autres hauts responsables de l'élaboration des politiques. Le segment de haut niveau se conclura par l'adoption d'une déclaration qui devrait entériner le Cadre mondial pour les services climatologiques.

L'organisation de la Conférence bénéficie de contributions extrabudgétaires alimentant un fonds d'affectation spéciale et d'un soutien en nature de la part de donateurs. À ce jour, des contributions ont été versées ou annoncées par les gouvernements d'un certain nombre de pays (Allemagne, Arabie saoudite, Australie, Canada, Chine, Danemark, Espagne, Fédération de Russie, Finlande, France, Grèce, Inde, Irlande, Italie, Japon, Kenya, Namibie, Norvège, Pakistan, Suisse et États-Unis d'Amérique), ainsi que par la Commission européenne, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture et le Programme des Nations Unies pour l'environnement.

La CMC-3 constituera un jalon critique dans les efforts d'adaptation au climat déployés au niveau mondial, efforts qui représentent le complément nécessaire aux négociations menées au plan international pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.