Le marché du carbone entraine une croissance des énergies « vertes » en Afrique - United Nations Environment Programme (UNEP)
Programme des Nations Unies pour l'environnement
l'environnement au service du développement Rechercher 
Salle de presse
 
 Accueil
 Contacts Médias
 Communiqués de  presse
 A la une
 Discours
 Photos
 Audiovisuels
 Films et Vidéos
 RSS / Baladodiffusion
 Affiches
 E-Cards

 

 

 Imprimer [English]
 

Le marché du carbone entraine une croissance des énergies « vertes » en Afrique

, , Mais le continent est encore à la traîne loin derrière l'Asie et l'Amérique latine

La Conférence sur l'électricité verte se tiendra à Nairobi, les 23 et 24 Novembre

Nairobi, 17 Novembre 2009 - Un nombre croissant de projets sur l'énergie verte et les projets respectueux du climat sont en service ou en projet à travers l'Afrique, comme le montrent les nouvelles illustrations.

Les projets, des énergies renouvelables à la plantation d'arbres, font leur apparition dans le cadre du Mécanisme pour un Développement Propre (MDP) du Protocole de Kyoto, un traité de réduction des émissions des Nations unies.

Les derniers chiffres compilés par le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) indiquent qu'un total de 112 projets MDP en Afrique sont au stade de la "validation, la demande d'enregistrement ou enregistré" - soit une valeur totale de 212 millions d'euros par an.

C'est une augmentation de 78 projets en 2008 pour seulement deux en 2004. Au Total le Kenya est passé de zéro en 2004 à 5 en 2008 et 14 maintenant.

Bien que les chiffres soient optimistes, ils soulignent également à quel point les projets qui circulent actuellement en Afrique sont rares en comparaison avec plusieurs autres parties du monde.

Globalement il y a plus de 4730 projets MDP qui fonctionnent ou à proximité de l'approbation. La majorité se trouve en Asie Pacifique avec un total d'un peu plus de 3700 projets, suivie par l'Amérique latine et les Caraïbes, avec environ 820.

Les nouvelles survient alors que le gouvernement du Kenya, l'AFD - l'Agence française pour le développement et le PNUE ont annoncé la conférence sur l'électricité verte qui se tiendra à Nairobi les 23 et 24 Novembre.

Les experts disent que les nouveaux chiffres soulignent l'importance des gouvernements de l'Afrique qui font pression pour réformer le MDP dans les jours et semaines qui précèdent la réunion cruciale de la Convention de l'ONU sur le climat à Copenhague.

Ils soulignent également la nécessité pour les gouvernements de soutenir des mécanismes de marché intelligents afin de gérer certains des types particuliers de risques qui pourraient nuire aux gains de tels projets en Afrique.

A la fin du mois dernier, les gouvernements, les investisseurs et des experts réunis en Afrique du Sud en vertu de l'Initiative financière du PNUE, ont évalués précisément les moyens de stimuler le développement de l'énergie verte sur le continent.

Plusieurs recommandations, fondées sur des partenariats entre les secteurs public et privé, ont été formulées, notamment:

- Une couverture des risques que rencontrent les pays - Des assurances contre le risque liés aux pays - notamment le risque d'expropriation, rupture de contrat, guerre et troubles civils - doivent être élargies et explicitement prévus pour soutenir les fonds qui supportent le projets de faible émission de carbone.

- Une couverture liée au risques des politiques en faveur des faibles émissions de carbone - L'assurance doit être fournie lorsque les pays mettent l'accent sur les cadres politiques / systèmes d'incitation qui soutiennent les investissements à faible émissions de carbone, par exemple le commerce d'émissions, le soutien des dispositifs d'énergie renouvelables.

- Des fonds pour couvrir le risque du taux de change - Les finances publiques pourraient fournir des fonds en devises qui offriraient des couvertures de rapport coût-efficacité pour les devises locales, qui autrement ne seraient pas disponibles sur les marchés de change commercial.

- L'amélioration des flux d'échanges - Afin de fournir une série de projets commercialement intéressants et facilement exécutables, des projets de véhicules spécialisés dans les faibles émissions de carbone pourraient être développés, et l'assistance technique pourrait être fournie pour accroître la demande.

- Que le Secteur public prenne part de manière neutre dans les subventions - le secteur public pourrait investir directement dans des fonds de faibles émissions de carbone via «l'équité première perte », améliorant ainsi le profil de retour sur investissement de ces véhicules.

Les données du MDP de l'Afrique en détail

Les mises à jours du MDP jusqu'à ce jour ont étés compilées par les experts du Centre Risoe du PNUE au Danemark.

Les projets MDP offrent un moyen aux pays développés de réduire les émissions de gaz et respecter les engagements du réchauffement climatique en investissant dans des projets de réduction du carbone dans les pays en développement.

- Un total de 23 pays d'Afrique participent maintenant au MDP

- Un peu plus de 20 pour cent des projets sont en Afrique du Nord l'Egypte en ayant le plus (13 projets ou 12 pour cent du total de l'Afrique), suivie par le Maroc avec dix.

- Un peu moins de 80 pour cent sont en Afrique sub-saharienne, l'Afrique du Sud ayant 28 projets en préparation ou en cours d'exécution suivi par le Kenya avec 14, l'Ouganda, 10 pour cent et le Nigeria, six pour cent.

- L'électricité produite à partir des décharges en utilisant le méthane des déchets est en tête de liste des projets avec 20 projets représentant 18 pour cent du total du continent entier.

- Il y a huit éoliennes, trois panneaux solaires et deux projets géothermiques représentant 12 pour cent de tous les projets MDP en Afrique.

- Les projets de reboisement sont au nombre de 17, représentant 15 pour cent des projets.

- En 2012, un total de 260 projets MDP en Afrique pourrait être de fonctionnement ou en cours d'approbation

- En supposant qu'une tonne de CO2 soit à 10 euros, cette valeur pourrait rapporter à l'Afrique 500 millions d'euros par an d'ici 2012.

- Dans certains des nouveaux projets qui ont été soumis pour approbation figure un projet hydroélectrique de 6,6MW pour une rivière, dans l'ouest de l'Ouganda, et une électrification rurale par l'énergie solaire photovoltaïque en Tunisie.

- Parmi les autres projets, un projet d'enfouissement de gaz à l'île Maurice et un projet d'usine de sucre efficace en énergie a hauteur de 25MW au Sénégal.

Les améliorations du MDP pour l'Afrique soulignent également d'autres évolutions positives. Les experts affirment que l'une des raisons pour lesquelles certaines des grandes économies en développement ont organisés plus d'investissements MDP est qu'ils peuvent offrir de plus grands projets représentant de plus grandes réductions d'émissions pour les économies développées.

Une solution connue sous le nom du MDP programmatique suivant laquelle de nombreux petits projets sont regroupés en un seul grand projet.

Au cours des 12 derniers mois, plusieurs autres programmes qui concernent l'Afrique ont été soumis au conseil du MDP pour approbation.

Il s'agit notamment de deux projets de chauffage solaire de l'eau en Afrique du Sud, la promotion des ampoules éco-énergétiques dans les zones rurales du Sénégal et un projet de compostage des déchets municipaux en Ouganda.

Le continent représente environ un tiers du MDP.

Notes aux rédacteurs

La conférence sur l'éléctricité verte:

Energiser le Kenya pour un avenir vert sur l'énergie, aura lieu à l'Hôtel Hilton de Nairobi entre 23-24 Novembre 2009

UNEP Risoe CDM Pipeline www.cdmpipeline.org

Pour plus d'information s'il vous plaît contacter: Nick Nuttall, Porte-parole du PNUE / Directeur des médias, au Tel: 0733 632755 ou par e-mail: nick.nuttall@unep.org