Les pays de la Coupe du Monde s'unissent contre les Changements Climatiques - United Nations Environment Programme (UNEP)
Programme des Nations Unies pour l'environnement
l'environnement au service du développement Rechercher 
Salle de presse
 
 Accueil
 Contacts Médias
 Communiqués de  presse
 A la une
 Discours
 Photos
 Audiovisuels
 Films et Vidéos
 RSS / Baladodiffusion
 Affiches
 E-Cards

 

 

 Imprimer [English][中文]
 

Les pays de la Coupe du Monde s'unissent contre les Changements Climatiques

, Plus de la moitié des équipes qualifiées s'engagent à compenser les émissions de leurs voyages en Afrique du Sud

Copenhague, 7 Décembre 2009 ? Alors que les négociations sur le climat à Copenhague débutent, les principales nations du football font équipe pour la planète lors du plus grand événement sportif de 2010.

Plus de la moitié des pays qui sont qualifiés pour la Coupe du Monde 2010 se sont engagés ou ont promis de compenser les émissions des vols de leurs équipes et des accompagnateurs pour la compétition en Afrique du Sud.

L'Argentine, le Brésil, le Cameroun, le Chili, la Côte d'Ivoire, l'Angleterre, la Grèce, l'Italie, le Japon, la République de Corée, les Pays-Bas, la Nouvelle-Zélande, le Nigéria, la Serbie, les Etats-Unis, l'Uruguay et le pays hôte, l'Afrique du Sud sont parmi les équipes déterminées à évaluer des objectifs écologiques pour l'environnement en 2010.

La lutte contre le transport est au c?ur de l'écologisation de la Coupe du monde, les émissions générées par les équipes et les spectateurs en voyages internationaux pour l'Afrique du Sud représentant plus de 67 pour cent, des émissions totales de gaz à effet de serre de l'événement.

La nouvelle a été annoncée à Copenhague lors du premier jour des négociations sur le climat de l'ONU, au cours d'une conférence de presse avec les représentants des dix-sept équipes de la Coupe du monde et le Secrétaire général adjoint des Nations Unies et Directeur exécutif du Programme des Nations Unies pour l'environnement M. Achim Steiner.

Achim Steiner a déclaré: "Aujourd'hui, les nations du football, représentant des millions voire des milliards de fans et sont comptés comme des ambassadeurs de l'environnement pour un des événements les plus important à venir en termes de spectateurs. Chacune des équipes est déterminée à avoir un impact sportif en Afrique du Sud, tout en réduisant leur impact sur l'environnement mondial. J'espère que les autres nations participant à la coupe du monde en Afrique du Sud voudront bien nous rejoindre pour évaluer leurs propres objectifs écologiques en 2010 ».

La nouvelle arrive alors que le PNUE et le Fond pour l'Environnement Mondial (FEM) ont annoncé un soutien supplémentaire pour l'écologisation de la Coupe du monde avec un financement d'un million de dollars.

Grâce à un financement du FEM, le PNUE soutient le programme « Green Goal 2010 », qui vise à faire en sorte que la Coupe du monde ait un impact durable sur le pays et la région.

Le projet permettra d'aider six des villes hôtes à réduire leurs consommation d'énergies grâce à l'installation de lampadaires de feux de circulation et de panneaux publicitaires à énergies solaire et économes en énergies, à Pretoria, Johannesburg, Le Cap, Polokwane, Rustenburg et Nelson Mandela Metropolitan Municipality.

Le FEM soutient également une initiative de tourisme responsable à travers le passeport vert, qui sera largement distribué aux visiteurs pendant la Coupe du Monde et fournira aux gens des conseils sur les façons de voyager durablement.

Monique Barbut, Directrice générale et présidente du FEM, a déclaré: «Le FEM s'est engagé à agir localement pour un impact mondial. Ce projet vise à laisser un héritage environnemental en Afrique du Sud, longtemps après le dernier coup de sifflet. Nous sommes impatients de travailler avec nos partenaires pour aider à offrir des façons nouvelles et novatrices d'atténuer et de compenser les émissions générées par les manifestations de masse. "

Le financement du FEM viendra compléter les initiatives écologiques par les organisateurs de l'Afrique du Sud 2010 comme les investissements dans les transports publics, la récolte des eaux pluviales, le recyclage et les initiatives de plantation d'arbres dans des villes d'accueil à travers l'Afrique du Sud.

Au Cap, qui s'est fixé comme objectif 50% des supporters qui feront le trajet vers le stade en transports publics, la Coupe du monde a servi de catalyseur important pour les investissements de la ville dans les transports publics et les moyens de transports non motorisés. Le nouveau système intégré de transport urbain rapide sera opérationnel en Juin 2010, et des nouvelles pistes cyclables et trottoirs seront construits autour de la ville.

D'autres initiatives par les organisateurs sud-africains incluent les systèmes de poubelles multiples pour le recyclage dans les zones de restauration des lieux de la Coupe du monde, le nettoyage des déchets de points chauds comme Mangaung, les programmes d'éducation sur le football et l'environnement pour 40 écoles à Cape Town, et la plantation de 200.000 arbres près de Johannesbourg.

 
From L to R: Jelena Cvetkovic, Assistant Environment Minister, Serbia; Achim Steiner, UNEP Executive Director; Robert Dixon, Team Leader, Climate Change and Chemicals, GEF