Ban appelle à rejeter les thèses des sceptiques - United Nations Environment Programme (UNEP)
Programme des Nations Unies pour l'environnement
l'environnement au service du développement Rechercher 
Salle de presse
 
 Accueil
 Contacts Médias
 Communiqués de  presse
 A la une
 Discours
 Photos
 Audiovisuels
 Films et Vidéos
 RSS / Baladodiffusion
 Affiches
 E-Cards

 

 

 Imprimer [English]
 

Ban appelle à rejeter les thèses des sceptiques

, Bali, 24 février 2010 – A l'ouverture du Forum ministériel mondial sur l'environnement à Bali mercredi, le Secrétaire général des Nations unies, Ban Ki Moon, a fermement rejeté les thèses développées par ceux qui expriment leur scepticisme sur le réchauffement climatique et leurs tentatives pour faire dérailler les négociations sur le climat.

En réponse à la polémique suscitée par le quatrième rapport du Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (GIEC), Ban Ki-moon a exhorté dans un message à l'adresse des participants de ce forum à ignorer les thèses de ceux qui doutent des dangers du changement climatique.

Le GIEC a été accusé de catastrophisme et de sensationnalisme, après notamment avoir reconnu avoir considérablement surestimé la vitesse à laquelle les glaciers de l'Himalaya disparaissent.

« Dites au monde que vous considérez unanimement que le changement climatique est un danger évident et actuel, et que vous travaillez pour mettre en œuvre les accords déjà faits et que vous continuez les négociations », a dit M. Ban aux ministres et experts de l'environnement présents à Bali pour ce forum organisé par le Programme des nations unies pour l'environnement (PNUE).

La fenêtre d'opportunité pour préserver la faune et la flore de la Terre diminue rapidement, a déploré le Secrétaire général, en soulignant la nécessité d'améliorer la gouvernance internationale pour combler l'écart entre les résultats atteints et les objectifs fixés.

M. Ban a suggéré aux gouvernements de s'inspirer de la réussite de la Convention de Vienne et du Protocole de Montréal sur la protection de la couche d'ozone. Le succès de ces traités internationaux repose sur la coexistence d'une volonté politique, sur la création d'outils juridiques et sur l'implication d'acteurs publics et privés, a pointé M. Ban.

Les problèmes liés à l'environnement ne pourront être réglés sans la mise en place d'un partenariat global solide, a-t-il souligné, invitant les participants « à être audacieux et créatifs pour amener de nouvelles idées ».

De nouvelles négociations internationales sur le changement climatique se dérouleront du 9 au 11 avril 2010 à Bonn, en Allemagne, sous l'égide de la Convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique (CCNUCC). Deux autres sessions de négociations sur le climat sont également prévues cette année. L'une du 31 mai au 11 juin et l'autre du 29 novembre au 10 décembre à Cancun, au Mexique.