CITIES : Des initiatives pour démanteler les réseaux criminels impliqués dans le braconnage du tigre et du rhinocéros - United Nations Environment Programme (UNEP)
Programme des Nations Unies pour l'environnement
l'environnement au service du développement Rechercher 
Salle de presse
 
 Accueil
 Contacts Médias
 Communiqués de  presse
 A la une
 Discours
 Photos
 Audiovisuels
 Films et Vidéos
 RSS / Baladodiffusion
 Affiches
 E-Cards

 

 

 Imprimer [English][中文]
 

CITIES : Des initiatives pour démanteler les réseaux criminels impliqués dans le braconnage du tigre et du rhinocéros

,

CITIES : des initiatives pour démanteler les réseaux criminels impliqués dans le braconnage du tigre et du rhinocéros

Doha, 15 Mars 2010-Les délégués et les experts qui participent à la Convention sur le commerce international des espèces menacées (CITIES) à Doha, au Qatar vont discuter cette semaine de l'état critique de l'espèce du tigre sauvage et de la nature du braconnage et du commerce illégal de l'espèce. Le secrétariat de la convention, en collaboration avec INTERPOL, appelle les pays à rassembler et soumettre des informations à propos des crimes commis à l'encontre des tigres, pour que celles-ci puissent être analysées et que des stratégies efficaces contre le braconnage puissent être développées.


Au début du 19e siècle, on trouvait des tigres partout en Asie, la population était estimée à 100 000 têtes, les estimations actuelles indiquent qu'il ne reste plus que 3200 de ces tigres dans la nature. Aujourd'hui les tigres sont principalement tués pour leur peau, mais toutes les parties du corps de l'animal peuvent être utilisées à des fins décoratives ou médicinales (médecine traditionnelle). L'habitat des tigres se réduit de manière constante, ils sont obligés de vivre sur des surfaces de plus en plus réduites, dès lors certaines populations sont littéralement au bord du gouffre de la disparition.


La communauté pour la conservation du tigre, présente à la convention, sera avertie des progrès qui ont été faits par l'association " Global Tiger". Il s'agit d'un partenariat entre les gouvernements, les agences internationales et les ONG, dans le but de sauver les tigres. Le prochain événement majeur organisé par l'association aura lieu en septembre 2010, à Vladivostok, en Russie. Le Premier ministre, Vladimir Putin, présidera une réunion de chefs d'Etats dans le but d'engager les politiques en faveur la conservation du tigre.


Cela fait près de 40 ans que le monde a réalisé que la population de tigre chutait de manière alarmante. Depuis 1970, les gouvernements et la Communauté pour la conservation ont dépensés des dizaines de millions de dollars pour essayer de sauver ce magnifique animal. Des millions de dollars, d'euros, de pounds, de roupies et de yen continuent d'être dépensés actuellement.


"Si nous utilisons le nombre de tigres comme indicateur de performance", a dit le Secrétaire général de la Convention, Willem Wijnstekers, "alors, nous devons admettre que nous avons misérablement échoué et que nous continuons à perdre notre combat. Comment avons-nous pu laisser cela arriver ? Alors que le tigre a été adoré à travers toute l'histoire, qu'il est un symbole d'une incroyable importance dans de nombreuses cultures et de religions, il est maintenant au bord de l'extinction. 2010 est l'Année chinoise du tigre et l'Année internationale de la biodiversité : cette année doit donc être l'année ou nous renverserons la tendance, si nous ne le faisons pas ce sera pour nous une honte éternelle".

,