Retrait progressif de substances chimiques dangereuses dans la région méditerranéenne d'ici 2019 - United Nations Environment Programme (UNEP)
Programme des Nations Unies pour l'environnement
l'environnement au service du développement Rechercher 
Salle de presse
 
 Accueil
 Contacts Médias
 Communiqués de  presse
 A la une
 Discours
 Photos
 Audiovisuels
 Films et Vidéos
 RSS / Baladodiffusion
 Affiches
 E-Cards

 

 

 Imprimer [English][中文][Español]
 

Retrait progressif de substances chimiques dangereuses dans la région méditerranéenne d'ici 2019

, , , , , Athènes, le 16 juin 2010 - Les pays méditerranéens ont adopté de nouvelles mesures concrètes ainsi que des échéances obligatoires contraignantes, afin de limiter l'impact de produits chimiques et de pesticides dangereux provenant d'activités industrielles ou agricoles sur l'environnement marin de la région.

Ces mesures obligatoire visant à éliminer progressivement l'utilisation de produits chimiques dangereux sont entrées en vigueur ce mercredi, en vertu de la Convention de Barcelone et du Plan d'action méditerranéen (PAM). Les produits chimiques visés comprennent ceux que l'on retrouve dans les eaux usées, une série de polluants organiques persistants utilisés comme pesticides (aldrine, chlordane, dieldrine, endrine, heptachlore, mirex, toxaphène), de même que le DDT et tous ses stocks.

« Ceci marque le début d'une nouvelle phase dans la mise en ouvre de la Convention de Barcelone, nos engagements verbaux sont dès à présent encadrés par des délais concrets pour l'action », a déclaré Maria Luisa Silva, agent du PNUE en charge du PAM." Il s'agit là d'une toute nouvelle approche dans la lutte contre les polluants chimiques, puisque les délais et les mesures concrètes prescrites permettrons d'accélérer le rythme de réduction de la pollution en Méditerranée ".

La mise en ouvre du plan d'élimination graduelle de ces substances dans les 21 pays riverains du bassin méditerranéen et dans les États membres de l'Union européenne devrait prendre place entre 2015 et 2019. Il s'agira notamment de mesures obligatoires de traitement des eaux usées dans les villes côtières et les centres urbains avant leur rejet dans la mer. Les eaux urbaines résiduaires sont la source la plus grave de pollution en Méditerranée.

Francesco Saverio Civili, Coordonnateur du MEDPOL, a déclaré: "Nous entrons dans cette nouvelle phase avec un enthousiasme renouvelé. Des mesures supplémentaires peuvent maintenant être négociées et mises en ouvre. Nous continuerons à soutenir les pays dans la mise en ouvre et le développement de leurs plans régionaux".

Les plans ont été adoptés lors de la 16e réunion des Parties de la Convention de Barcelone (à Marrakech, en novembre 2009) et sont un outil puissant de mise en ouvre de l'article 15 du Protocole de la Convention, concernant les sources terrestres de pollution (LBS). Celui-ci stipule que les pays devraient adopter des plans et des programmes contenant des mesures concrètes et un calendrier précis.

Notes pour les rédacteurs:

(1) Le Plan d'action pour la Méditerranée du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE/PAM) est l'institution régionale qui soutient et coordonne la mise en ouvre de la Convention de Barcelone et des protocoles qui ont été adoptés en 1976 par les 21 pays riverains du bassin méditerranéen et l'Union européenne, dans le but de protéger les milieux marins et côtiers de la région.

(2) Les produits chimiques visés par les trois plans régionaux incluent ceux trouvés dans les eaux usées (DBO5); une série de polluants organiques persistants (POP) utilisées comme pesticides (aldrine, chlordane, dieldrine, endrine, heptachlore, mirex, toxaphène), ainsi que le DDT et tous ses stocks