Création d'un nouveau laboratoire pour sauvegarder les ports maritimes clés d'Afrique de l'Ouest - United Nations Environment Programme (UNEP)
Programme des Nations Unies pour l'environnement
l'environnement au service du développement Rechercher 
Salle de presse
 
 Accueil
 Contacts Médias
 Communiqués de  presse
 A la une
 Discours
 Photos
 Audiovisuels
 Films et Vidéos
 RSS / Baladodiffusion
 Affiches
 E-Cards

 

 

 Imprimer [English][中文]
 

Création d'un nouveau laboratoire pour sauvegarder les ports maritimes clés d'Afrique de l'Ouest

, , , , , Genève, le 24 juin 2010 - Afin de protéger l'environnement côtier de l'Afrique occidentale de la pollution causée par les déchets dangereux, un laboratoire moderne a été créé à Abidjan, en Côte d'Ivoire. Celui-ci aura pour but d'améliorer les normes de suivi des déchets au sein des ports maritimes.

Fournit par le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), ce laboratoire est équipé pour tester les déchets dangereux provenant des navires entrant dans les ports d'Afrique de l'Ouest. Le laboratoire fournira un nouveau service pour améliorer les normes de suivi des déchets du port. Ce dernier est l'aboutissement d'un important projet mené par le PNUE et le Secrétariat de la Convention de Bâle qui avait pour but de renforcer les systèmes nationaux de gestion des déchets en Côte d'Ivoire.

Dirigé par la section « désastres et conflits » du PNUE, le projet a été initié suite à un incident à Abidjan en 2006, alors que plusieurs personnes sont mortes et des milliers d'autres ont signalé des problèmes de santé suite aux déversement de substances dans les cours d'eau locaux par le navire Probo koal.

L'incident a attiré l'attention de la communauté internationale sur la nécessité de renforcer la capacité de nombreux pays africains à détecter et à gérer les déchets dangereux, surtout les mouvements transfrontières de produits chimiques et autres déchets dangereux.

Le projet a débuté en 2008, avec le soutien du ministère néerlandais de la Coopération au développement, la municipalité d'Amsterdam, le gouvernement suédois, le Gouvernement danois, et enfin avec une aide en nature du Laboratoire Spiez du gouvernement suisse.

Aujourd'hui opérationnelle, la nouvelle installation scientifique est basée au Centre Ivoirien Anti-pollution (CIAPOL) à Abidjan. Le personnel du CIAPOL a reçu une formation intensive sur des techniques comme l'analyse du sol et des échantillons d'eau pour la recherche de contamination potentielle, dans le cadre de modules de renforcement des capacités livrés par le PNUE et le Laboratoire de Spiez.

Le ministre de l'Environnement de la Côte d'Ivoire, Mr. Karime Fadiga, des représentants du PNUE et ainsi que des représentants du Laboratoire de Spiez ont assisté à la cérémonie d'ouverture symbolique du centre, la semaine dernière.

Parmi les autres résultats du projet, on retrouve une évaluation globale du port maritime, menée conjointement par l'Organisation maritime internationale (OMI), de même qu'une élaboration d'un Plan de gestion des déchets dangereux pour le district d'Abidjan. Celui-ci a nécessité des consultations approfondies avec les secteurs de gestion des déchets dangereux du pays, diverses organismes du gouvernement, l'industrie et des organisations non gouvernementales.

Le modèle pour la Côte d'Ivoire, qui vise à améliorer la mise en ouvre de la Convention de Bâle, de Rotterdam, de Stockholm et de les Conventions MARPOL, sera présenté au Gabon, au Maroc et à Madagascar par le Secrétariat Convention de Bâle.,