Journée mondiale de lutte contre la désertification Déclaration de Mr. Achim Steiner - United Nations Environment Programme (UNEP)
Programme des Nations Unies pour l'environnement
l'environnement au service du développement Rechercher 
Salle de presse
 
 Accueil
 Contacts Médias
 Communiqués de  presse
 A la une
 Discours
 Photos
 Audiovisuels
 Films et Vidéos
 RSS / Baladodiffusion
 Affiches
 E-Cards

 

 

 Imprimer [English][中文][Español]
 

Journée mondiale de lutte contre la désertification Déclaration de Mr. Achim Steiner

, Déclaration de Mr. Achim Steiner, Secrétaire général adjoint des Nations Unies et Directeur exécutif du PNUE

Nairobi, le 17 juin 2010 - La lutte contre la dégradation de l'environnement, par la protection et la restauration des terres arides, fait partie intégrante de la solution dans la lutte contre la désertification et dans la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement.

La dégradation des terres est un obstacle qui sous-tend toute une série de défis environnementaux et de développement, cela va du changement climatique à la perte de biodiversité, en passant par la sécurité alimentaire et la réduction de la pauvreté.

À l'échelle mondiale, la désertification a gagné 3,6 milliards d'hectares, ce qui représente 25 pour cent de la surface terrestre de la planète. La désertification menace les moyens de subsistance de près d'un milliard de personnes dans quelque 100 pays, causant 42 milliards de dollars de pertes économiques chaque année.

Si la tendance se maintient le « Millennium Ecosystem Assessment » prédit que les communautés pauvres qui vivent dans les zones arides en marge du désert seront les plus touchées.

En 1994, l'Assemblée générale des Nations Unies a déclaré le 17 Juin, « Journée mondiale de lutte contre la désertification et la sécheresse » afin de sensibiliser le public à la question, et la mise en œuvre de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (UNCCD) dans les pays gravement touchés par la sécheresse et / ou la désertification, en particulier en Afrique.

Alors que la dégradation des terres et la désertification qui en résultent pose de grands défi et entrainent des facteurs parfois effrayant dans de nombreux pays, on a observé quelques cas de succès de gestion et de conservation de l'environnement.

Dans le district de Machakos au Kenya, le gouvernement a travaillé main dans la main avec les agriculteurs locaux pour améliorer les pratiques agricoles en vue de lutter contre les effets de la désertification, conséquence de l'érosion des versants montagneux et de l'assèchement des terres forestière abattues. Des milliers de kilomètres de terrasses agricoles et des drains ont été construits. De nouveaux systèmes de culture et d'élevage ont été mis en place. En 40 ans, le phénomène de dégradation des terres a été totalement inversé. On a même observé un doublement de la production, cela alors que la population a quintuplé entre 1940 et 1980.

La Chine est un pays qui se bat contre la dégradation des terres au niveau national. Près de 400 millions de personnes vivent sous la menace de la désertification, et la moitié de la population dans les zones désertifiées vivent sous le seuil de pauvreté.

Ningxia est l'une des provinces chinoises les plus durement touchées par cette désertification. Le gouvernement local a insisté pour que la lutte contre la désertification soit sa priorité majeure et après près de cinq décennies d'efforts inlassables, le Ningxia peut maintenant se vanter avec fierté d'avoir contrôlé la tendance à la détérioration et à la désertification dans la région. Aujourd'hui, le Ningxia est la première province en Chine à parvenir à un renverser complètement la tendance à la désertification.

Les projets du district de Machakos et le succès dans la province du Ningxia ont pris du temps et ont nécessité des efforts énormes, mais les résultats positifs sont évidents, c'est une leçon cruciale à suivre pour les autres.

Le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) a, avec l'appui de la Convention des Nations Unies pour la lutte contre la désertification (UNCCD), depuis de nombreuses années, aidé les pays à renforcer la coopération dans le contrôle de la dégradation des terres et la désertification qui en résulte. Récemment, un système de déclaration en ligne a été conçu pour surveiller la performance et les impacts dans les États membres.

Le PNUE a été le chef de file des agences des Nations Unies en ce qui concerne la transmission de cette expérience à la communauté mondiale. C'est également l'agence qui se charge de l'évaluation de la dégradation des terres pour les projets des terres arides (LADA), qui est financé par les Fonds pour l'environnement mondial et mis en œuvre par la « Food and Agricultural Organization » (FAO). LADA développe des outils et des méthodes pour évaluer et quantifier la nature, l'étendue, la gravité et les impacts de la dégradation des terres sur les écosystèmes des terres arides, les bassins versants et les bassins fluviaux. Il s'appuie aussi sur les capacités nationales, régionales et internationales d'analyser, de concevoir et de mettre en œuvre des solutions pour atténuer la dégradation des terres et pour établir l'utilisation durable des terres et des pratiques de gestion.

En fin de compte, nous avons tous les outils nécessaires pour lutter contre la menace de l'avancée du désert, ce qui nous mettra aussi sur la voie de la réduction de la pauvreté. Un agriculteur dont la terre devient saine, à nouveau, peut assurer ses propres moyens de subsistance.

Encore une fois nous avons la preuve que tout est inter-reliés: la protection de l'environnement et le développement économique et social. Nous ne pouvons donc pas perdre cette bataille, mais, comme nous le savons tous, les pays doivent travailler ensemble pour gagner.