Les tendances mondiales dans le secteur de l'énergie verte en 2009: les nouvelles capacités d'alimentation en énergie à partir de sources renouvelables rattrapent celles basées sur des combustibles fossiles - United Nations Environment Programme (UNEP)
Programme des Nations Unies pour l'environnement
l'environnement au service du développement Rechercher 
Salle de presse
 
 Accueil
 Contacts Médias
 Communiqués de  presse
 A la une
 Discours
 Photos
 Audiovisuels
 Films et Vidéos
 RSS / Baladodiffusion
 Affiches
 E-Cards

 

 

 Imprimer [English][中文]
 

Les tendances mondiales dans le secteur de l'énergie verte en 2009: les nouvelles capacités d'alimentation en énergie à partir de sources renouvelables rattrapent celles basées sur des combustibles fossiles

, Les investissements mondiaux dans les énergies renouvelables surpassent ceux dans le secteur des énergies non renouvelables pour la deuxième année consécutive.

Les politiques en faveur de l'énergie renouvelable, indispensable pour le maintien du secteur, continuent de se multiplier.

Les investissements dans l'énergie propre persistent malgré la récession.

La croissance de l'énergie éolienne en Chine est un élément clé de l'année 2009, du secteur de l'énergie verte.

En 2009, pour la deuxième année consécutive, les États-Unis et l'Europe ont augmenté leur capacité d'approvisionnement énergétique à partir de sources renouvelables, telle que l'énergie éolienne ou solaire, au détriment des sources conventionnelles comme le charbon, le gaz et le nucléaire. Ce sont là les conclusions des rapports lancés aujourd'hui par le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) et le Réseau d'action pour les énergies renouvelables au 21e siècle (REN21).

En 2009, les installations de production d'énergies renouvelables ont représenté 60 pour cent des nouvelles installations construites en Europe et plus de 50 pour cent aux Etats-Unis. Cette année, les experts prédisent que cette tendance deviendra mondiale, les infrastructures neuves servant à produire de l'énergie « verte » seront beaucoup plus nombreuses que celles produisant de l'énergie à base de sources dites « classiques ».

Les rapports détaillent les tendances dans le secteur de l'énergie « verte » mondiale, ils reprennent notamment les sources d'énergie renouvelables qui ont attiré le plus l'attention des investisseurs et des gouvernements, dans différentes régions du monde.

Les investissements dans les énergies propres principales (les nouvelles énergies renouvelables, les biocarburants et l'optimisation de l'efficacité énergétique) ont diminué de 7% en 2009, soit une diminution équivalente à 162 milliards de dollars. La somme d'argent investie dans de nombreux sous-secteurs a diminué de façon significative, y compris dans celui de l'énergie solaire à grande échelle et dans celui des biocarburants.

Cependant, des investissements record dans le domaine de l'énergie éolienne ont été observés. Si les dépenses occasionnées par les chauffe-eau solaires ainsi que les frais d'installation de panneaux solaires photovoltaïques sur les toits ont été inclus dans le calcul, l'investissement total en 2009 a en fait nettement augmenté en 2009, ce qui va à l'encontre de la tendance économique (crise).

En 2009, les nouveaux investissements dans l'énergie propre, venant aussi bien du secteur public que privé, ont bondit de 53 pour cent en Chine. Ce pays a étendu sa capacité de production d'énergies renouvelables à 37 gigawatts (GW), soit une augmentation nettement plus élevée que tout autre pays.

Dans le monde, la capacité de production d'énergies renouvelables a été augmentée d'environ 80 GW, dont 31 GW sont produits par des centrales hydroélectriques et 48 GW par d'autres modes de production.

La Chine a désormais dépassé les Etats-Unis, elle est actuellement le pays ayant le taux d'investissement dans les énergies propres le plus élevé. Le développement du parc éolien chinois a été, sans conteste, l'investissement le plus fort de l'année, même d'autres initiatives se sont illustrées dans le monde entier en 2009, notamment les investissements dans un parc éolien offshore en mer du Nord, dans le financement du stockage énergétique électrique, et enfin dans les sociétés de développement technologique du transport.

La capacité de production de l'énergie éolienne et des panneaux solaires installés cette année a atteint le niveau record de 38 GW et de 7 GW, respectivement. Les investissements totaux dans l'installation de panneaux solaires d'utilité d'échelle ont diminués par rapport à 2008, c'est en partie dû à la forte diminution des coûts de l'énergie solaire photovoltaïque. Toutefois, cette baisse a été compensée par des investissements record dans les petites exploitations de projets solaires photovoltaïques (comme les panneaux installés sur les toits).

Ces deux rapports montrent aussi que le nombre de pays qui ont mis en place des politiques encourageant les énergies renouvelables a presque doublé, passant de 55 en 2005 à plus de 100 aujourd'hui. La moitié de ces derniers sont des pays en voie de développement qui ont joué un rôle crucial dans la croissance rapide du secteur.

Les deux rapports, « Tendances mondiales des investissements dans le secteur de l'énergie durable en 2010 » du PNUE et « Renewables 2010 Global Status Report » de REN21, ont été lancés par Achim Steiner, Secrétaire général adjoint de l'ONU et Directeur exécutif du PNUE, et Mohamed El-Ashry, Président du groupe REN21. Le rapport du PNUE a été préparé par l'agence « Bloomberg New Energy Finance », basée à Londres. Celui du groupe REN21 a été produit par une équipe d'auteurs et en collaboration avec un réseau mondial de partenaires de recherche.

Le rapport du PNUE met l'accent sur les tendances mondiales de l'investissement dans le secteur de l'énergie durable, couvrant à la fois les domaines de l'énergie renouvelable et de l'efficacité énergétique. Le rapport du groupe REN21 offre un vaste aperçu de l'état du secteur des énergies renouvelables dans le monde d'aujourd'hui, couvrant ainsi les thèmes de la régénération de l'énergie, du chauffage et de la climatisation, du transport et des carburants. Il dépeint également le paysage des objectifs et des politiques mises en place à travers le monde pour promouvoir les énergies renouvelables.

Achim Steiner a déclaré à ce sujet: «L'historique des investissement dans le secteur de l'énergie durable pour l'année 2009, a été rempli de résilience, de frustration et de détermination. Résilience face à la crise financière qui a frappé tous les secteurs de l'économie mondiale de plein fouet. Frustration par rapport à la Conférence sur le climat de Copenhague organisée par l'ONU qui si elle n'a pas été le désastre attendu, n'a pas été non plus la grande percée tant espérée. Détermination de la part de nombreux acteurs du secteur de l'industrie et des gouvernements, en particulier dans les économies en développement, pour transformer la crise économique et financière en une opportunité pour construire une croissance plus verte. "

"Il reste, toutefois, un écart important entre l'ambition et les objectifs scientifiques que le monde doit atteindre d'ici à 2020, pour éviter un changement climatique dangereux. Cependant ce que ces cinq années de recherche soulignent, c'est que cet écart n'est pas insurmontable. En effet, le développement des énergies renouvelables contredit et surpasse les prévisions de manière constante et persistante et peut jouer un grand rôle dans la réalisation d'une économie « verte », à faible émission de carbone, dans le cas où la politique des gouvernements envoie des signaux de marché de plus en plus difficiles aux investisseurs ", a-t-il ajouté.

Mohamed El-Ashry ajoute: "les politiques favorables mises en place dans plus de 100 pays, ont récemment joué un rôle crucial en ce qui concerne l'intensité des investissements mondiaux dans le secteur des énergies renouvelables. Pour que cette tendance à la hausse dans le secteur des énergies renouvelables se poursuive, des mesures politiques doivent maintenant être prises à un niveau supérieur en vue d'encourager un développement massif des technologies renouvelables. "

Michael Liebreich, Directeur général de l'agence « New Energy Finance Bloomberg », conclu: «La performance relativement résistante du secteur au cours de la crise économique actuelle montre que l'énergie propre n'est pas une bulle spéculative créée par les derniers stades de l'explosion du crédit, mais plutôt un domaine d'investissement stable qui restera important dans les années à venir. "

Quelques chiffres:

En 2009, les sources d'énergies renouvelables représentaient:

- 25 pour cent de la capacité de production mondiale d'énergie (soit 1.230 GW sur un total 4.800 provenant de toutes les sources confondues, y compris le charbon, le gaz et le nucléaire).

- 18 pour cent de la production mondiale actuelle d'énergie.

- 60 pour cent de la capacité de puissance provient de nouvelles infrastructures installées en Europe, et plus de 50 pour cent aux Etats-Unis.

- D'ici à 2011, le monde devrait globalement atteindre un taux de 50 pour cent (ou plus) de capacité de puissance produite par des infrastructures nouvellement installées et se basant sur des sources d'énergies renouvelables.

Contact:

Nick Nuttall, Porte-parole / Responsable des relations médias, Tél: + 254-2-07623084, Mobile + 254-733-632755 / +41-79-596-5737; nick.nuttall @ unep.org

O'Brien Moira-Malone, Chef de la Division des communications du PNUE, de la Technologie, Industrie et Economie, Paris, Tél. +33-1-4437-7612; Mobile: +33-6-8226-9373; moira.obrien-Malone @ unep.org

Secrétaire Virginie Sonntag-O'Brien, exécutif, REN21, Paris, Tél. +33-1-4437-5092; Mobile: +49-151-1218-3865; virginia.sonntagob @ ren21.org

Terry Collins, Tél: +1-416-538-8712; Mobile: +1-416-878-8712, courriel: TerryCollins@rogers.com

Jim Sniffen, Administrateur de programme PNUE, New York, Tel: +1-212-963-8094 ou 8210;

info@nyo.unep.org