Le PNUE se joint à l'initiative mondiale pour des fours écologiques - United Nations Environment Programme (UNEP)
Programme des Nations Unies pour l'environnement
l'environnement au service du développement Rechercher 
Salle de presse
 
 Accueil
 Contacts Médias
 Communiqués de  presse
 A la une
 Discours
 Photos
 Audiovisuels
 Films et Vidéos
 RSS / Baladodiffusion
 Affiches
 E-Cards

 

 

 Imprimer [English][中文]
 

Le PNUE se joint à l'initiative mondiale pour des fours écologiques

, 21 septembre 2010 – Une campagne soutenue par le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) doit permettre de décupler l'efficacité de 3 milliards de fourneaux utilisés pour la cuisine à travers l'Afrique, l'Asie et l'Amérique latine.

L'objectif de cette initiative, lancée à New York par la Fondation des Nations Unies, le fonds Clinton Global Initiative et le PNUE, en marge du Sommet de l'ONU sur les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), est à la fois de sauver des vies, d'améliorer la santé des utilisateurs, de limiter la déforestation, de réduire les émissions de gaz carbonique et d'aider le développement économique local.

On estime en effet que les fourneaux à bois traditionnels utilisés pour la cuisine sont responsables de 1,6 à 1,8 million de décès prématurés par intoxications, en raison des émissions toxiques à l'intérieur des maisons.

Cette initiative contribuera également à la réduction de la déforestation, en limitant d'une part la quantité de bois et de biomasse utilisés par ces fourneaux traditionnels, et en poussant les ménages à adopter des combustibles de remplacement, y compris l'énergie solaire.

« En plus de satisfaire aux objectifs de santé des OMD, en particulier chez les femmes et chez les enfants qui sont les plus exposés aux fumées toxiques à l'intérieur, l'initiative a des avantages à l'échelle mondiale », a indiqué le Directeur exécutif du PNUE, Achim Steiner.

Selon lui, les fourneaux inefficaces sont responsables de près de 25% des émissions de « carbone noir », des particules de suie, qui une fois rejetées dans l'atmosphère participent au réchauffement climatique en absorbant les rayons du soleil et en les convertissant en rayonnement infrarouge, un processus qui produit aussi de la chaleur dans l'atmosphère.

Des recherches réalisées dans le cadre du projet « Nuage brun » (Brown Cloud project) soulignent que le « carbone noir » pourrait être responsable de 10 à 40% du changement climatique actuel. Contenu dans les glaces et les icebergs, il est aussi l'une des causes de la fonte des glaces et du réchauffement climatique. En outre, le «carbone noir » contribue à réduire la quantité de lumière dans les régions les plus polluées du globe. A titre d'exemple, certaines grandes villes d'Asie connaissent une luminosité 25% inférieure à celles qu'elles connaissaient il y a un demi-siècle.

Avec l'appui financier de l'African Rural Energy Enterprise Development (AREED) une entreprise du Ghana appelée Toyola Energie a développé un fourneau à charbon qui consomme en moyenne 40% de combustible en moins que les fourneaux traditionnels.

« Au départ, c'était un petit atelier installé dans la banlieue d'Accra, la capitale du Ghana, aujourd'hui Toyola Energie s'est considérablement développé, grâce à l'augmentation des ventes passées de 3.000 unités par an à plus de 35.000 en quatre ans », a expliqué Achim Steiner. « En 2010, la société avait fourni plus de 50.000 foyers dans six régions du Ghana, avec des fourneaux améliorés à haut rendement énergétique, tout en commençant à arriver sur les marchés des pays voisins ».

Toyola Energie a également généré 200 emplois, directement et indirectement, tandis que ses poêles ont évité près de 15.000 tonnes d'émissions de CO2 par an. L'un des facteurs clé de son succès est aujourd'hui son partenariat avec le PNUE, capable de sensibiliser les bailleurs de fonds et de trouver des cofinancements permettant d'aider les petites et moyennes entreprises.

Sans cet appui financier, les fourneaux à bois, et plus généralement tous les systèmes domestiques écologiques, sont trop coûteux pour les populations rurales pauvres, même s'ils permettent des économies de carburant et offrent des avantages multiples pour la santé et l'environnement. Sans les subventions du PNUE, un fourneau écologique coûterait en effet jusqu'à 5 dollars, prix inabordable pour une personne vivant avec moins de 2 dollars par jour.

 
Inefficient cook stoves damage human health and are a major contributor to global warming through emissions of "black carbon" (c) Lundgren