Coordonner l'action mondiale de lutte contre la désertification et la dégradation des sols - United Nations Environment Programme (UNEP)
Programme des Nations Unies pour l'environnement
l'environnement au service du développement Rechercher 
Salle de presse
 
 Accueil
 Contacts Médias
 Communiqués de  presse
 A la une
 Discours
 Photos
 Audiovisuels
 Films et Vidéos
 RSS / Baladodiffusion
 Affiches
 E-Cards

 

 

 Imprimer [English]
 

Coordonner l'action mondiale de lutte contre la désertification et la dégradation des sols

, , , Bonn, Nairobi 2011 - Une vidéo d'information concernant l'initiative PRAIS a été lancée hier. L'initiative PRAIS, un modèle unique issus de la Convention de Rio, utilise un portail interactif en ligne pour recueillir des informations pertinentes, venant de 194 pays différents, concernant le plan-cadre stratégique décennal visant à renforcer la mise en oeuvre de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (2008-2018).

La désertification, la dégradation des terres et la sécheresse touchent actuellement plus d'un milliard et demi de personnes dans plus de 110 pays, soit un tiers de la population mondiale, dont 90% issus de zones très pauvres. Or, les moyens existants pour éradiquer la pauvreté dépendent souvent de ressources perdues ou inaccessibles: terre, eau et forêts.

Près d'un quart de la surface terrestre totale a été fortement dégradée entre 1981 et 2003. Tous les dix ans, une zone de la taille de la France, l'Allemagne et la Suisse réunies est détruite. En 1993, le PNUE avait déjà estimé le coût financier annuel d'une telle perte à plus de 42 milliards de dollars par an, cette somme équivaut à l'ensemble des aides financières accordées dans le continent africain tout entier en 2009.

La Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (UNCCD), vise à améliorer la condition des terres arides, à rétablir et à maintenir la productivité des sols, et à atténuer les effets nocifs de la sécheresse dans le monde. Pour pouvoir réaliser cette mission correctement, il est nécessaire de disposer d'informations scientifiques solides et établies en vue de prendre des décisions éclairées concernant les investissements à prévoir dans les zones touchées.

Le plan-cadre stratégique décennal visant à renforcer la mise en oeuvre de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (2008-2018) définit des objectifs spécifiques à atteindre, à l'aide d'un ensemble d'indicateurs d'impact et de performance pour mesurer les progrès en la matière.

Le projet PRIAS est un nouveau système de suivi de l'information et des rapports, mis en place pour renforcer la capacité des membres de l'UNCCD à coordonner la collecte de données en vue d'évaluer les progrès accomplis. Les résultats de ces phases initiales devraient une base à partir de laquelle les progrès futurs pourront être mesurés et comparés.

La pierre angulaire de ce projet est le portail en ligne. Ce dernier permet une surveillance de l'effectivité du plan stratégique à long terme, en offrant au public un accès mondial instantané à l'information concernant les avancées de la mise en ?uvre de la Convention. Ce portail contient actuellement des informations issues du cycle 2010 des rapports sur les indicateurs de rendement pour la période 2008-2009, ainsi que sur les flux financiers et sur l'amélioration des pratiques dans ce domaine.

L'initiative PRAIS marque un changement de paradigme en ce qui concerne les efforts intergouvernementaux pour assurer le respect de la Convention. Il s'agit là d'une étape primordiale car elle prouve qu'il est possible de parvenir à un consensus intergouvernemental sur la façon de mesurer les niveaux de conformité. C'est un pas important, car la mesure des phénomènes complexes menée à l'échelle locale en vue de déterminer les tendances mondiales est un défi en soi. Or, vous ne pouvez pas améliorer ce que vous ne pouvez pas mesurer. Le projet PRAIS nous permet enfin de mesurer l'effectivité du plan en fournissant les fondations sur lesquelles nous pouvons évaluer les progrès accomplis et définir les objectifs que nous voulons atteindre dans la lutte contre la désertification, la dégradation des terres et l'atténuation des effets de la sécheresse dans le monde », a commenté Mr. Gnacadja, Secrétaire exécutif de la Convention.

Mesurer les performances n'est qu'une première étape. À partir de 2012, les données et informations issues du projet "PRAIS" seront complétées par des données concernant l'impact de la Convention, et ce au moins sur deux dimensions: l'évolution de l'état des terres et l'évolution du taux de population vivant au-dessus du seuil de pauvreté. Ces deux dimensions, ainsi que neuf autres indicateurs d'impact facultatifs, fourniront une base solide pour accroître la sensibilisation et la mobilisation des ressources dans la lutte contre les conséquences dévastatrices de la dégradation des sols.

La vidéo a été lancée simultanément à Bonn, en Allemagne, et à Nairobi, au Kenya, à l'occasion de deux événements parallèles qui ont eu lieu le 21 février 2011. La 26e session du Conseil d'administration des Nations Unies pour l'environnement (PNUE)/Forum ministériel mondial sur l'environnement aura lieu à Nairobi, parallèlement à la 9ème session du Comité chargé de l'examen de la mise en ?uvre de la Convention qui aura lien en même temps à Bonn. L'initiative PRAIS a été financée par les Fonds pour l'environnement mondial (FEM). Le PNUE s'est chargé de la mise en place du projet. Le Centre mondial de surveillance pour la conservation gère désormais l'initiative, en étroite collaboration avec le Secrétariat et le Mécanisme mondial de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification.

www.unccd-prais.com

Pour plus d'informations, veuillez contacter:

Wagaki Mwangi , Secrétariat de la Convention UNCCD, par E-mail: wmwangi@unccd.int

Notes pour les rédacteurs:

Le système des Fonds pour l'environnement mondial (FEM), créé en 1991, réunit 178 pays, les grandes institutions internationales, les organisations non gouvernementales principales et le secteur privé pour traiter des questions environnementales mondiales, tout en soutenant les initiatives nationales en matière de développement durable. Actuellement, il s'agit de l'organisation la plus importante en ce qui concerne le financement de projets visant à améliorer l'état de l'environnement mondial. Le FEM est une organisation financière indépendante qui accorde des subventions aux projets liés à la protection de ka biodiversité, à la lutte contre le changement climatique, à la protection des eaux internationales, à la lutte contre la dégradation des terres, à la protection de la couche d'ozone et la lutte contre les polluants organiques persistants. Depuis 1991, le FEM a atteint une solide expérience dans les pays en voie de développement et dans les pays à émergents. L'organisation a versé plus de 8,3 milliards de dollars sous forme de subventions, avec l'aide des États-Unis qui ont fourni plus de 33,7 milliards de dollars en co-financement de plus de 2.200 projets, dans plus de 165 pays.

Le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), créé en 1972, est la voix de l'environnement au sein du système des Nations Unies. Le PNUE agit comme un catalyseur, défenseur, et éducateur pour promouvoir une gestion avisée des ressources naturelles et un développement durable. Pour ce faire, le PNUE travaille avec un large éventail de partenaires, dont d'autres agences des Nations Unies, des organisations internationales, des gouvernements nationaux, des organisations non gouvernementales, le secteur privé et la société civile.

Le Centre mondial de surveillance pour la conservation du PNUE est chargé de l'évaluation de la biodiversité et est le bras armé du PNUE en matière de soutien politique à diversité biologique. Le Centre est opérationnel depuis plus de 25 ans, offrant des produits et des services scientifiquement objectif et rigoureux pour aider les décideurs politiques à reconnaître la valeur de la biodiversité et à appliquer cette connaissance à tout ce qu'ils accomplissent. L'activité principale du Centre est la recherche de données sur la biodiversité et sa conservation, l'interprétation et l'analyse de ces données pour fournir des évaluations et des analyses pour les décideurs politiques. Le Centre rend les résultats disponibles à la fois pour les décideurs nationaux et internationaux et pour les entreprises.

Fondée en 1994, la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (UNCCD) est le seul accord international juridiquement contraignant liant les questions d'environnement et de développement à l'ordre du jour concernant les questions territoriales. La Convention concerne toutes les terres arides du monde (qui abritent plus de 2 milliards de personnes, 50% des animaux d'élevage dans le monde et qui représentent 44% de tous les écosystèmes cultivés). La Convention et ses 194 membres se consacrent à la lutte contre la dégradation des terres et à l'atténuation des effets de la sécheresse dans les zones arides (en essayant d'améliorer les conditions de vie des populations touchées).

 
Nearly a quarter of the Earth became degraded between 1981 and 2003 © Kushal Gangopadhyay