Action 21 - Chapitre 35: LA SCIENCE AU SERVICE D'UN DEVELOPPEMENT DURABLE - United Nations Environment Programme (UNEP)
Ressources pour:
  Gouvernements
  Scientifiques et chercheurs
  Journalistes
  ONG/Société Civile

 

 Imprimer [English]
 

Chapitre 35: LA SCIENCE AU SERVICE D'UN DEVELOPPEMENT DURABLE

INTRODUCTION

35.1 Le prsent chapitre est essentiellement consacr au rle et l'usage attribuer aux sciences pour les mettre au service d'une gestion avise de l'environnement et du dveloppement et, partant, de la survie quotidienne et du dveloppement futur de l'humanit. Les lments de programme proposs ici ont t conus comme suffisamment gnraux pour prendre en charge les impratifs scientifiques spcifiques consigns dans les autres chapitres du programme Action 21. Les sciences devraient notamment fournir l'information ncessaire pour amliorer la formulation et la slection des politiques d'environnement et de dveloppement en vue de la prise de dcisions. Pour satisfaire cette exigence, il sera indispensable de promouvoir l'intelligence des questions scientifiques, d'amliorer les valuations scientifiques long terme, de renforcer les capacits scientifiques de tous les pays et de faire en sorte que les sciences sachent s'adapter aux besoins naissants.

35.2 Les scientifiques sont en train d'affiner leur comprhension de domaines tels que les changements climatiques, la croissance des taux de consommation de ressources, les tendances dmographiques et la dgradation de l'environnement. Les changements affectant ces domaines, entre autres, doivent tre pris en considration lorsqu'il s'agit d'laborer des stratgies de dveloppement long terme. Afin d'asseoir ces stratgies sur des bases scientifiques plus solides, il est essentiel, dans un premier temps, de mieux comprendre les terres, les ocans, l'atmosphre, l'interdpendance de leurs cycles hydrologiques, nutritifs et biogochimiques et leurs changes d'nergie, qui font tous partie du systme plante Terre, afin d'en tirer une estimation plus prcise de la capacit limite de la plante et de sa capacit de rsistance aux nombreuses contraintes qui lui sont imposes par les activits humaines. Les sciences peuvent permettre d'expliquer ces phnomnes grce un dveloppement de la recherche sur les processus cologiques fondamentaux et grce l'application des outils modernes, efficaces et rentables dont on dispose actuellement, notamment les instruments de tldtection et de surveillance automatique, et les capacits de calcul et de modlisation. Les sciences jouent un rle essentiel en tablissant un lien entre l'importance fondamentale de ce systme plante Terre en tant que systme d'entretien de la vie et les stratgies appropries de dveloppement qui misent sur son fonctionnement continu. Les sciences devraient continuer jouer un rle de plus en plus important pour permettre d'utiliser plus efficacement les ressources et de trouver de nouvelles mthodes, ressources et modalits de dveloppement. Il faut que les sciences visent constamment contrler l'utilisation des ressources et favoriser les efforts tendant les utiliser de faon moins intensive, notamment rduire la consommation d'nergie dans l'industrie, l'agriculture et les transports. On considre donc de plus en plus les sciences comme un lment indispensable pour dcouvrir les voies les plus ralistes du dveloppement durable.

35.3 Les connaissances scientifiques doivent tre appliques la formulation des objectifs et mises au service des buts du dveloppement durable sous la forme d'valuations scientifiques de la situation actuelle et des perspectives d'avenir du systme plante Terre. Ces valuations, fondes sur les innovations actuelles et les dcouvertes venir dans le domaine scientifique, doivent tre utilises lors de la prise des dcisions et dans le cadre de l'interaction entre les sciences et l'laboration des politiques. Les sciences doivent fournir une contribution accrue afin d'largir les connaissances et de faciliter l'interaction entre science et socit. Il faudra galement accrotre les capacits et les moyens scientifiques permettant d'atteindre ces objectifs, en particulier dans les pays en dveloppement. Il est indispensable que les scientifiques des pays en dveloppement participent pleinement aux programmes internationaux de recherche scientifique consacrs aux problmes mondiaux lis l'environnement et au dveloppement afin que tous les pays puissent participer sur un pied d'galit aux ngociations concernant les questions mondiales d'environnement et de dveloppement. Face la menace d'une dgradation irrversible de l'environnement, on ne saurait s'autoriser de l'absence d'une connaissance scientifique absolue pour remettre plus tard des mesures qui sont justifies en elles-mmes. Le principe de la prcaution pourrait servir de base des politiques touchant des systmes complexes qui ne sont pas encore bien compris et dont on ne peut encore prvoir quelles consquences auront leurs perturbations.

35.4 Les lments du programme, qui correspondent aux conclusions et recommandations de la Confrence internationale sur un programme d'action scientifique pour l'environnement et le dveloppement (ASCEND 21), sont les suivants :

a) Renforcer la base scientifique d'une gestion durable;

b) Promouvoir l'intelligence des questions scientifiques;

c) Amliorer l'valuation scientifique long terme;

d) Renforcer les capacits scientifiques.

DOMAINES D'ACTIVITE

A. Renforcer la base scientifique d'une gestion durable

Principes d'action

35.5 Le dveloppement durable invite envisager des perspectives plus long terme, intgrer les incidences du changement mondial aux niveaux local et rgional dans le processus de dveloppement, et utiliser les meilleures connaissances scientifiques disponibles. Le processus de dveloppement doit tre constamment rvalu, la lumire des rsultats de la recherche scientifique, de faon limiter les incidences de l'utilisation des ressources sur le systme plante Terre. Malgr cela, l'avenir est incertain et rserve des surprises. Les politiques de gestion de l'environnement et du dveloppement doivent donc tre solides sur le plan scientifique, tout en intgrant une gamme d'options permettant de multiplier les types d'intervention possibles. Le principe de la prcaution s'impose. On observe souvent un dfaut de communication entre les scientifiques, les dcideurs et le grand public, dont les intrts sont reprsents par des organisations tant gouvernementales que non gouvernementales. Il est ncessaire d'amliorer la communication entre les scientifiques, les dcideurs et le grand public.

Objectifs 35.6 L'objectif primordial consiste pour chaque pays, au besoin avec l'appui d'organisations internationales, dfinir l'tat de ses connaissances scientifiques et de ses besoins et priorits en matire de recherche en vue d'apporter le plus rapidement possible des amliorations sensibles dans les domaines suivants :

a) Elargissement grande chelle de la base scientifique et renforcement des capacits et moyens scientifiques et de recherche - en particulier ceux des pays en dveloppement - dans les secteurs lis l'environnement et au dveloppement;

b) Formulation de politiques d'environnement et de dveloppement fondes sur les meilleures connaissances et valuations scientifiques et tenant compte de la ncessit de renforcer la coopration internationale et des incertitudes relatives que comportent les diffrents processus et options en cause;

c) Interaction entre les sciences et la prise de dcisions, en appliquant, au besoin, le principe de la prcaution, pour modifier les schmas actuels de production et de consommation et pour gagner du temps en vue de rduire l'incertitude concernant les options politiques retenir;

d) Renforcement des connaissances, surtout des connaissances autochtones et locales, et leur application aux capacits des diffrents milieux et cultures, afin d'atteindre des niveaux durables de dveloppement, compte tenu des interactions aux chelons national, rgional et international;

e) Amlioration de la coopration entre les scientifiques grce la promotion de programmes et activits de recherche interdisciplinaires;

f) Participation de la population la dfinition des priorits et la prise de dcisions concernant le dveloppement durable.

Activits

35.7 Les pays, avec l'assistance, le cas chant, des organisations internationales, devraient :

a) Dresser un inventaire de leurs ressources bibliographiques dans le domaine des sciences naturelles et sociales se rapportant la promotion du dveloppement durable;

b) Identifier leurs propres besoins et priorits en matire de recherche dans le cadre des efforts internationaux dploys dans ce domaine;

c) Concevoir des mcanismes institutionnels appropris et renforcer ceux qui existent dj aux plus hauts niveaux local, national, sous-rgional et rgional, ainsi qu'au sein du systme des Nations Unies, afin de mettre en place une base scientifique plus solide permettant d'amliorer la formulation de politiques relatives l'environnement et au dveloppement compatibles avec les objectifs de dveloppement long terme. Il faudra largir le champ de la recherche actuellement mene dans ce domaine de telle sorte que le public participe davantage la dfinition d'objectifs de socit long terme permettant d'laborer des stratgies de dveloppement durable;

d) Concevoir, appliquer et institutionnaliser les outils ncessaires un dveloppement durable, et en particulier :

i) Des indicateurs de la qualit de la vie touchant notamment la sant, l'ducation, la protection sociale, l'tat de l'environnement et l'conomie;

ii) Des approches conomiques compatibles avec un dveloppement cologiquement rationnel ainsi que la mise en place de mcanismes nouveaux et plus efficaces d'incitation une gestion plus rationnelle des ressources;

iii) La formulation de politiques d'environnement long terme, la gestion des risques et l'valuation des cotechnologies;

e) Procder la collecte, l'analyse et la synthse des donnes relatives aux relations entre l'tat des cosystmes et la sant des communauts humaines, afin d'avoir une meilleure connaissance du cot et des avantages des diffrentes politiques et stratgies de dveloppement du point de vue de la sant et de l'environnement, notamment dans les pays en dveloppement;

f) Raliser des tudes scientifiques sur les approches adoptes aux niveaux national et rgional pour parvenir un dveloppement durable, en utilisant des mthodes comparables et complmentaires. Ces tudes, qui seraient coordonnes par un organisme scientifique international, feraient largement appel des spcialistes locaux et seraient ralises par des quipes pluridisciplinaires reprsentant des rseaux ou des centres de recherche rgionaux, selon le cas et selon les capacits nationales et les ressources disponibles;

g) Amliorer les moyens permettant de dterminer les priorits adopter en matire de recherche scientifique aux niveaux national, rgional et mondial afin de rpondre aux impratifs du dveloppement durable. Il s'agit l d'un processus qui suppose des jugements scientifiques concernant les avantages court et long terme et les ventuels cots et risques long terme. Il devrait pouvoir s'adapter et rpondre aux besoins perus, et faire appel des mthodes d'valuation des risques transparentes et "conviviales";

h) Mettre au point des mthodes permettant de relier les sciences officielles avec les connaissances propres aux diffrentes cultures locales. Ces mthodes, qu'il faudrait valuer dans le cadre d'tudes pilotes, devraient tre labores au niveau local et axes sur les liens existant entre les connaissances traditionnelles des populations autochtones et les connaissances scientifiques modernes dans le domaine correspondant, l'accent tant mis en particulier sur la diffusion et l'application des rsultats aux fins de la protection de l'environnement et du dveloppement durable.

Moyens d'excution

a) Financement et valuation des cots

35.8 Le secrtariat de la Confrence a estim que le montant total des dpenses affrentes la mise en oeuvre des activits relevant du prsent domaine pour la priode 1993-2000 se chiffrerait en moyenne environ 150 millions de dollars par an, montant qui serait financ concurrence d'environ 30 millions de dollars par la communaut internationale sous forme de dons ou des conditions concessionnelles. Il ne s'agit que d'estimations approximatives donnes titre indicatif qui n'ont pas t examines par les gouvernements. Les dpenses effectives et les conditions financires, y compris les conditions non concessionnelles, dpendront notamment des stratgies et programmes spcifiques que les gouvernements dcideront de mettre en oeuvre.

b) Moyens scientifiques et techniques

35.9 Les moyens scientifiques et techniques sont les suivants :

a) Appuyer l'laboration de nouveaux programmes de recherche scientifique, y compris leurs aspects socio-conomiques et leur dimension humaine, au niveau de la collectivit ainsi qu'aux niveaux national, sous-rgional, rgional et mondial, afin de complter et de favoriser les synergies entre connaissances et pratiques scientifiques traditionnelles et classiques, et renforcer la recherche interdisciplinaire dans le domaine de la dgradation et de la rgnration de l'environnement;

b) Mettre au point des modles exprimentaux de diffrents types (concernant, par exemple, la situation socio-conomique ou cologique) afin d'tudier des mthodes et de formuler des principes directeurs;

c) Etayer la recherche en laborant des mthodes d'valuation des risques relatifs afin d'aider les responsables des choix politiques classer par ordre d'importance les priorits de la recherche scientifique.

B. Promouvoir l'intelligence des questions scientifiques

Principes d'action

35.10 Afin de promouvoir le dveloppement durable, il convient de mieux connatre la capacit limite de la Terre et, notamment, les processus qui pourraient freiner ou stimuler sa capacit d'entretenir la vie. L'environnement mondial change plus vite qu'il ne l'a fait pendant des sicles; on peut donc s'attendre des surprises et il se pourrait qu'on assiste des changements cologiques sans prcdent au sicle prochain. Paralllement, la consommation d'nergie, d'eau et d'autres ressources non renouvelables s'accrot, tant au total que par habitant, ce qui pourrait provoquer des pnuries dans de nombreuses rgions, mme si les conditions du milieu ne devaient pas changer. Les activits de la socit connaissent des variations multiples dans le temps et dans l'espace, selon les rgions et les cultures. Elles influencent et subissent tout la fois l'volution du milieu. Le facteur humain est la principale force qui dtermine ce jeu complexe de relations et influe directement sur les changements l'chelle plantaire. Il est donc essentiel d'tudier la dimension humaine des causes et des consquences de l'volution du milieu, et d'explorer les voies conduisant un dveloppement plus durable.

Objectifs

35.11 L'un des principaux objectifs est d'accrotre et d'approfondir la connaissance fondamentale des liens qui existent entre milieu humain et milieu cologique naturel, ainsi que de perfectionner les outils analytiques et prvisionnels qui permettront de mieux comprendre les consquences cologiques des options de dveloppement. A cet effet, on devra :

a) Excuter des programmes de recherche visant mieux comprendre comment la capacit limite de la Terre est conditionne par ses systmes naturels, tels que les cycles biogochimiques, le systme atmosphre/ hydrosphre/lithosphre/cryosphre, la biosphre et la diversit biologique, le systme agro-cologique et autres cosystmes terrestres et aquatiques;

b) Mettre au point et appliquer de nouveaux outils analytiques et prvisionnels permettant d'tudier avec plus de prcision l'influence croissante de l'intervention de l'homme, dlibre ou non, et des tendances dmographiques sur les systmes naturels de la Terre, et de mesurer les effets et les consquences de cette intervention et de cette dynamique;

c) Regrouper l'tude des phnomnes physiques, conomiques et sociaux afin de mieux comprendre les effets des comportements conomiques et sociaux sur l'environnement, notamment la dgradation de l'environnement, tant au niveau des conomies nationales qu'au niveau de l'conomie mondiale.

Activits

35.12 Il faudrait entreprendre les activits ci-aprs :

a) Appuyer la mise en place d'un rseau largi de surveillance pour dcrire les cycles (notamment les cycles biogochimiques et hydrologiques mondiaux) et vrifier les hypothses concernant leur comportement. Approfondir la recherche mene sur l'interaction entre les diffrents cycles mondiaux et ses consquences aux niveaux national, sous-rgional, rgional et mondial, pour les indications qu'elle peut fournir sur la tolrance et la vulnrabilit;

b) Appuyer des programmes nationaux, sous-rgionaux, rgionaux et internationaux d'observation et de recherche appliques l'tude de la chimie de l'atmosphre mondiale et des rgions sources et rceptrices des gaz effet de serre, et veiller ce que les rsultats soient prsents sous une forme accessible et intelligible pour le grand public;

c) Appuyer des programmes nationaux, sous-rgionaux, rgionaux et internationaux de recherche sur les systmes marins et terrestres, toffer les bases de donnes mondiales sur leurs composantes, largir les systmes de surveillance continue de ces composantes et amliorer la modlisation prvisionnelle du systme plante Terre et de ses sous-systmes, notamment la modlisation du fonctionnement de ces systmes en fonction de diffrents niveaux d'intensit d'impact de l'intervention de l'homme. Les programmes de recherche devraient inclure ceux qui sont mentionns dans les autres chapitres d'Action 21 et qui appuient la mise en place de mcanismes de coopration et d'harmonisation entre les programmes de recherche sur les modifications du climat mondial;

d) Encourager la coordination des missions satellitaires et le fonctionnement des rseaux, systmes et mthodes qui permettent de traiter et de diffuser les donnes ainsi obtenues; mettre en relation les utilisateurs des donnes d'observation de la Terre avec le Plan Vigie de l'ONU;

e) Mettre en place les capacits ncessaires pour prvoir la faon dont les cosystmes terrestres, dulaquicoles, ctiers et marins ainsi que la diversit biologique ragissent des perturbations court et long terme de l'environnement, et dvelopper l'cologie de la rgnration;

f) Etudier le rle de la diversit biologique et de la disparition d'espces dans le fonctionnement des cosystmes et le systme mondial d'entretien de la vie;

g) Instituer un systme mondial d'observation des paramtres dont dpend la gestion rationnelle des zones ctires et montagneuses et renforcer sensiblement les systmes de surveillance de la quantit et de la qualit de l'eau douce, en particulier dans les pays en dveloppement;

h) Dvelopper les systmes d'observation de la Terre depuis l'espace pour comprendre la plante Terre en tant que systme, et obtenir ainsi en permanence et long terme un ensemble intgr de donnes permettant de mesurer les interactions de l'atmosphre, de l'hydrosphre et de la lithosphre, et mettre en place un systme de diffusion de l'information pour faciliter l'utilisation des donnes obtenues par observation;

i) Mettre au point et appliquer des systmes et des techniques qui automatisent la collecte, l'enregistrement et la transmission des informations aux bases de donnes et aux centres d'analyse, afin de surveiller les systmes marins, terrestres et atmosphriques et de prvoir les catastrophes naturelles;

j) Accrotre la contribution des sciences de l'ingnieur aux programmes de recherche pluridisciplinaire sur le systme plante Terre, en vue notamment d'amliorer l'tat de prparation aux situations d'urgence et d'attnuer les consquences des catastrophes naturelles;

k) Acclrer la recherche pour coordonner les sciences physiques, conomiques et sociales afin de mieux comprendre les effets du comportement conomique et social sur l'environnement et ceux de la dgradation de l'environnement sur l'conomie aux niveaux local et mondial, et en particulier :

i) Etudier le comportement humain en tant qu'lment indispensable pour comprendre les causes et les consquences des modifications de l'environnement et de l'exploitation des ressources naturelles;

ii) Promouvoir la recherche sur les ractions humaines, conomiques et sociales aux modifications du climat de la plante;

l) Appuyer la mise au point de nouveaux systmes et techniques simples utiliser et permettant de coordonner les processus multidisciplinaires - physiques, chimiques, biologiques et socio-humains - qui fournissent ensuite des informations et des connaissances aux dcideurs et au grand public.

Moyens d'excution

a) Financement et valuation des cots

35.13 Le secrtariat de la Confrence a estim que le montant total des dpenses affrentes la mise en oeuvre des activits relevant du prsent domaine pour la priode 1993-2000 se chiffrerait en moyenne environ 2 milliards de dollars par an, montant qui serait financ concurrence d'environ 1,5 milliard de dollars par la communaut internationale sous forme de dons ou des conditions concessionnelles. Il ne s'agit que d'estimations approximatives donnes titre indicatif qui n'ont pas t examines par les gouvernements. Les dpenses effectives et les conditions financires, y compris les conditions non concessionnelles, dpendront notamment des stratgies et programmes spcifiques que les gouvernements dcideront de mettre en oeuvre.

b) Moyens scientifiques et techniques

35.14 Les moyens scientifiques et techniques sont les suivants :

a) Appuyer et utiliser les activits de recherche pertinentes menes l'chelon national par les tablissements d'enseignement, les instituts de recherche, les organismes publics et les organisations non gouvernementales, et encourager la participation active de ces derniers aux programmes rgionaux et mondiaux, en particulier dans les pays en dveloppement;

b) Accrotre l'utilisation des systmes et techniques de facilitation tels que les super-ordinateurs, les techniques d'observation spatiale, terrestre ou ocanique et les techniques de gestion des donnes et, en particulier, mettre au point et renforcer le systme mondial d'observation du climat.

C. Amliorer l'valuation scientifique long terme

Principes d'action

35.15 La satisfaction des besoins en matire de recherche scientifique applique l'environnement et au dveloppement n'est que le premier stade de la contribution que les sciences peuvent apporter au processus de dveloppement durable. Les connaissances acquises doivent servir tablir des valuations scientifiques (analyses) de la situation actuelle ou des projections concernant des situations futures. Cela veut dire que la biosphre doit tre maintenue en bonne sant et qu'il faut ralentir la disparition des espces biologiques. De nombreux changements cologiques long terme susceptibles d'affecter l'homme et la biosphre concernent naturellement l'ensemble de la plante, mais des changements essentiels peuvent se produire aux niveaux national et local. Inversement, les activits humaines aux chelons local et rgional contribuent souvent menacer l'environnement mondial, comme dans le cas de l'appauvrissement en ozone stratosphrique. Il faut donc tablir des valuations et des projections scientifiques aux niveaux mondial, rgional et local. De nombreux pays et organisations prparent d'ores et dj des rapports sur l'environnement et le dveloppement, dans lesquels sont exposes la situation actuelle et les tendances futures. Les valuations l'chelle rgionale et mondiale pourraient mettre ces rapports profit, mais doivent avoir une porte plus vaste et inclure les rsultats d'tudes dtailles sur les conditions futures, en vue d'en tirer un certain nombre d'hypothses sur les mesures d'intervention auxquelles l'homme pourrait recourir, en utilisant les meilleurs modles disponibles. Ces valuations devraient permettre de dresser le plan d'un dveloppement raliste compte tenu de la capacit limite de chaque rgion du point de vue de l'environnement et de la situation conomique et sociale. Il faudrait utiliser pleinement les connaissances traditionnelles ayant trait l'environnement local.

Objectifs

35.16 L'objectif principal est d'tablir des valuations de l'tat des connaissances et des tendances concernant les principales questions d'environnement et de dveloppement aux niveaux national, sous-rgional, rgional et mondial, en s'appuyant sur les meilleures connaissances scientifiques disponibles, en vue de mettre au point diverses stratgies, dont des pratiques traditionnelles locales, appliquer, dans le temps et dans l'espace, l'chelle que ncessite la formulation de politiques long terme.

Activits

35.17 Il faudrait entreprendre les activits suivantes :

a) Coordonner les systmes existants de collecte de donnes et de statistiques concernant les questions de dveloppement et d'environnement de faon faciliter la prparation des valuations scientifiques long terme : par exemple des donnes sur l'puisement des ressources, les courants d'importation et d'exportation, l'utilisation de l'nergie, les effets sur la sant et les tendances dmographiques; appliquer les donnes obtenues dans le cadre des activits identifies dans le domaine d'activit B aux valuations concernant l'environnement et le dveloppement aux niveaux mondial, rgional et local; et veiller ce que ces valuations soient largement diffuses sous une forme facilement accessible au public et qui rponde ses besoins;

b) Mettre au point une mthode permettant d'tablir, en les coordonnant, des audits nationaux et rgionaux et un audit mondial tous les cinq ans. Etablis dans une prsentation uniforme, ces audits permettraient de mieux dfinir la structure et les modalits du dveloppement, d'tudier en particulier la mesure dans laquelle les systmes mondiaux et rgionaux d'entretien de la vie rpondent aux besoins de toutes les formes de vie, humaine et autres, et d'identifier les secteurs et les ressources dont la situation risque de se dgrader encore davantage. Cette activit ferait appel toutes les sciences se rapportant la question, aux niveaux national, rgional et mondial, et serait organise par des organismes d'Etat, des organisations non gouvernementales, des universits et des instituts de recherche, avec l'aide, le cas chant, d'organisations internationales, publiques et non gouvernementales, et des organismes des Nations Unies. Ces audits devraient ensuite tre ports la connaissance du grand public.

Moyens d'excution

Financement et valuation des cots

35.18 Le secrtariat de la Confrence a estim que le montant total des dpenses affrentes la mise en oeuvre des activits relevant du prsent domaine pour la priode 1993-2000 se chiffrerait en moyenne environ 35 millions de dollars par an, montant qui serait financ concurrence d'environ 18 millions de dollars par la communaut internationale sous forme de dons ou des conditions concessionnelles. Il ne s'agit que d'estimations approximatives donnes titre indicatif qui n'ont pas t examines par les gouvernements. Les dpenses effectives et les conditions financires, y compris les conditions non concessionnelles, dpendront notamment des stratgies et programmes spcifiques que les gouvernements dcideront de mettre en oeuvre.

35.19 En ce qui concerne les besoins existants en matire de donnes dans le cadre du domaine d'activit A, il faudrait fournir un appui la collecte nationale de donnes et aux systmes d'alerte. Il pourrait y avoir lieu cette fin de crer des systmes de base de donnes, d'information et de notification, notamment aux fins d'valuation des donnes et de diffusion d'informations dans chaque rgion.

D. Renforcer les capacits scientifiques

Principes d'action

35.20 Etant donn le rle croissant que doivent jouer les sciences dans la solution des problmes d'environnement et de dveloppement, il faudrait dvelopper et renforcer la capacit scientifique de tous les pays - en particulier des pays en dveloppement - afin de leur permettre de participer pleinement aux travaux de recherche-dveloppement scientifique et l'application des rsultats obtenus un dveloppement durable. Il y a plusieurs faons de renforcer les capacits scientifiques et techniques. Parmi les plus importantes, on peut citer la formation thorique et pratique aux sciences et aux techniques, l'assistance aux pays en dveloppement pour amliorer l'infrastructure de la recherche-dveloppement, qui permettrait aux scientifiques de travailler de faon plus productive, la mise en place de systmes d'incitations pour encourager la recherche-dveloppement et une plus grande utilisation des rsultats ainsi obtenus dans les secteurs productifs de l'conomie. Un tel renforcement des capacits servirait galement de base pour mieux sensibiliser le grand public et populariser les sciences. Il convient d'insister particulirement sur la ncessit d'aider les pays en dveloppement renforcer leur capacit d'tudier leurs propres bases de ressources et leurs propres systmes cologiques et de mieux les grer de faon mieux faire face aux problmes qui se posent aux niveaux national, rgional et mondial. En outre, tant donn les dimensions et la complexit des problmes cologiques mondiaux, on a besoin d'un plus grand nombre de spcialistes dans diverses disciplines dans le monde entier.

Objectifs

35.21 L'objectif essentiel est de renforcer les capacits scientifiques de tous les pays - en particulier celles des pays en dveloppement -, notamment pour :

a) Amliorer l'enseignement, la formation et les moyens locaux de recherche-dveloppement et la mise en valeur des ressources humaines dans les disciplines scientifiques de base et dans les sciences intressant l'environnement, en utilisant le cas chant les connaissances traditionnelles et locales en matire de durabilit;

b) Augmenter sensiblement d'ici l'an 2000 le nombre de scientifiques - en particulier en ce qui concerne les femmes - dans les pays en dveloppement o ce nombre est actuellement insuffisant;

c) Rduire considrablement l'exode des scientifiques des pays en dveloppement, et encourager ceux qui sont partis retourner dans leur pays;

d) Amliorer l'accs des scientifiques et des dcideurs aux informations pertinentes, l'objectif tant galement ici de sensibiliser le public et d'accrotre sa participation la prise de dcisions;

e) Faire participer les scientifiques aux programmes de recherche sur l'environnement et le dveloppement aux niveaux national, rgional et mondial, y compris la recherche multidisciplinaire;

f) Permettre aux scientifiques des pays en dveloppement de se mettre priodiquement au courant des innovations dans leurs domaines de connaissances respectifs.

Activits

35.22 Il conviendrait d'entreprendre les activits suivantes :

a) Promouvoir l'enseignement et la formation des scientifiques non seulement dans leurs disciplines, mais galement pour dvelopper leur capacit d'identifier, de grer et d'incorporer des considrations d'ordre cologique dans les projets de recherche-dveloppement; veiller ce qu'il existe une base solide pour la gestion des systmes naturels, de l'environnement et des ressources; et former des spcialistes capables de travailler des programmes interdisciplinaires lis l'environnement et au dveloppement, y compris dans le domaine des sciences sociales appliques;

b) Renforcer l'infrastructure scientifique dans les coles, les universits et les tablissements de recherche - en particulier dans les pays en dveloppement - en fournissant le matriel scientifique voulu et en facilitant l'accs la littrature scientifique courante aux fins d'obtenir et de maintenir une masse critique de scientifiques hautement qualifis dans ces pays;

c) Etablir et dvelopper des banques de donnes scientifiques et techniques nationales, qui traitent et prsentent les donnes dans des systmes uniformes, et faciliter l'accs aux bibliothques dpositaires des rseaux rgionaux d'information scientifique et technique; promouvoir la communication d'informations et de bases de donnes scientifiques et techniques des centres de donnes et des rseaux mondiaux et rgionaux;

d) Mettre en place et dvelopper des rseaux d'information scientifique et technique rgionaux et mondiaux, fonds sur des banques de donnes scientifiques et techniques nationales et relis ces derniers; et rassembler, traiter et diffuser les informations obtenues grce aux programmes scientifiques rgionaux et mondiaux; dvelopper les activits visant rduire les obstacles aux changes d'informations dus aux diffrences de langue. Dvelopper, en particulier dans les pays en dveloppement, l'application de systmes de recherche documentaire informatiss pour faire face au volume croissant de littrature scientifique;

e) Etablir, renforcer et forger de nouvelles alliances entre les services comptents nationaux, rgionaux et mondiaux pour promouvoir l'change libre et complet de donnes et d'informations scientifiques et techniques, ainsi que pour faciliter l'assistance technique lie un dveloppement durable et cologiquement rationnel. Il faudrait pour cela mettre en place des mcanismes d'change de donnes de recherche fondamentale, d'autres donnes et d'informations, et amliorer et dvelopper les rseaux et les centres internationaux, notamment tablir des liaisons rgionales avec les banques de donnes scientifiques nationales pour la recherche, la formation et le contrle. Ces mcanismes devraient tre conus de faon encourager la coopration technique entre spcialistes dans tous les pays et tablir de solides alliances nationales et rgionales entre l'industrie et les tablissements de recherche;

f) Amliorer et dvelopper les liens entre les rseaux existants de spcialistes des sciences naturelles et sociales et les universits au niveau international, afin de renforcer les moyens dont disposent les pays pour formuler des options politiques dans le domaine de l'environnement et du dveloppement;

g) Rassembler, analyser et publier l'information sur les connaissances autochtones en matire d'environnement et de dveloppement et aider les collectivits qui les possdent en tirer profit.

Moyens d'excution

a) Financement et valuation des cots

35.23 Le secrtariat de la Confrence a estim que le montant total des dpenses affrentes la mise en oeuvre des activits relevant du prsent domaine pour la priode 1993-2000 se chiffrerait en moyenne environ 750 millions de dollars par an, montant qui serait financ concurrence d'environ 470 millions de dollars par la communaut internationale sous forme de dons ou des conditions concessionnelles. Il ne s'agit que d'estimations approximatives donnes titre indicatif qui n'ont pas t examines par les gouvernements. Les dpenses effectives et les conditions financires, y compris les conditions non concessionnelles, dpendront notamment des stratgies et programmes spcifiques que les gouvernements dcideront de mettre en oeuvre.

b) Moyens scientifiques et techniques

35.24 Parmi les moyens scientifiques et techniques, il faudra multiplier et renforcer les rseaux et centres rgionaux de recherche et de formation multidisciplinaires en utilisant au mieux les facilits existantes, ainsi que les systmes connexes dont le rle est de promouvoir un dveloppement durable et la disponibilit des techniques dans les pays en dveloppement. Il y aura lieu aussi de promouvoir et d'utiliser le potentiel que reprsentent les initiatives indpendantes ainsi que les innovations et l'esprit d'entreprise autochtones. Ces rseaux et centres pourraient remplir les fonctions ci-aprs :

a) Appui la coopration scientifique entre tous les pays de la rgion, et coordination dans ce domaine;

b) Liaison avec les centres de surveillance et valuation de la situation en matire d'environnement et de dveloppement;

c) Appui et coordination des tudes effectues l'chelon national, concernant les voies pouvant conduire un dveloppement durable;

d) Organisation de l'enseignement et de la formation dans le domaine scientifique;

e) Mise en place et entretien de bases de donnes et de systmes d'information, de suivi et d'valuation.

c) Renforcement des capacits

35.25 Les mesures suivantes contribueront au renforcement des capacits :

a) Cration des conditions voulues (salaires, quipement, bibliothques, etc.) pour permettre aux scientifiques de travailler effectivement dans leur pays d'origine;

b) Renforcement de la capacit nationale, rgionale et mondiale de mener des recherches scientifiques et d'appliquer l'information scientifique et technique la promotion d'un dveloppement durable et cologiquement rationnel. Il convient notamment d'accrotre, selon que de besoin, les ressources financires consacres aux rseaux mondiaux d'information scientifique et technique, pour leur permettre de rpondre de manire efficace et rentable aux besoins des pays en dveloppement dans le domaine scientifique. Renforcement des capacits des femmes en les orientant en plus grand nombre vers les activits de recherche et en les formant ces activits.