Accueil                                          
      Contributeurs                              
      Réflexions                                    
      Livres                                    
      Produits                                    
      Prix et événements               
      Le PNUE à l’oeuvre                
      People                                
      WWW                                
      Star                                
 
 
 
Premier Ministre espagnol

 

JOSÉ LUIS RODRIGUEZ ZAPATERO
Prime Minister of Spain

Les changements climatiques représentent une menace dont les conséquences seront désastreuses pour tous si la moyenne des températures dans le monde augmente de plus de 2 °C par rapport aux niveaux de l’ère pré-industrielle.

Les causes de ce danger sont bien connues. Plus des trois quarts des émissions de gaz à effet de serre à l’origine des changements climatiques proviennent de la consommation énergétique. Il est donc nécessaire de modifier progressivement notre modèle énergétique. Reste à savoir si, à l’heure actuelle, nous disposons de moyens suffisants pour y parvenir.

Nous sommes en mesure d’affirmer que les technologies dont nous disposons actuellement permettent de passer à la production d’une forme durable d’énergie. À sa treizième session tenue à Bali en décembre 2007, la Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques a recensé des technologies respectueuses du climat qui seront les piliers du développement futur.

L’emploi de sources d’énergie produisant moins de carbone et plus efficientes sur le plan énergétique permettra de réduire considérablement les émissions. Ce changement de modèle énergétique exigera de nouveaux investissements dans les infrastructures des pays en développement comme des pays développés, de même qu’une coopération accrue et des politiques favorisant la sécurité énergétique. Tout ceci exigera un appui financier adéquat.

La crise économique ne doit en aucun cas ralentir ce changement. Elle doit, bien au contraire, stimuler le développement d’un nouveau modèle économique pour le XXIe siècle. Une occasion historique d’adopter un modèle de croissance stable et durable s’offre à nous. L’heure de la Nouvelle donne écologique mondiale, comme nous l’appelons, a sonné.

L’Union européenne joue un rôle primordial dans l’engagement pris à l’échelon mondial de lutter contre les changements climatiques en s’attaquant simultanément à la crise économique. Elle a pris, à ce jour, la tête du leadership mondial dans ce domaine en agissant de manière responsable et en demandant instamment aux autres pays d’accepter de recourir à de nouvelles politiques pour faire face au problème.

Pendant la présidence espagnole de l’Union européenne et afin de maintenir ce leadership, les États membres sont convenus d’une nouvelle Stratégie 2020 pour l’Europe, ayant pour but d’instaurer un modèle économique durable. En mettant correctement en oeuvre nos politiques, nous serons capables de transformer notre mélange énergétique et de réduire la facture de nos importations d’énergie de 60 milliards d’euros d’ici à 2020 et de 150 milliards à l’horizon 2030. Ce faisant, non seulement nous réduirons les émissions mais nous créerons des emplois et stimulerons l’activité économique. Ces perspectives parlent d’elles-mêmes : l’objectif de l’Union europénne pour 2020 concernant les énergies renouvelables devrait permettre de créer environ 2,8 millions d’emplois dans ce secteur.

Au sein de l’Union européenne, l’Espagne défend les énergies renouvelables depuis plus de 40 ans. Nous avons récemment renforcé notre engagement car nous sommes persuadés que ces énergies sont une composante essentielle de notre avenir. À cette fin, l’Espagne a été la force motrice de la création de l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA) et, au niveau national, nous avons fortement investi dans la recherche, le développement et l’innovation, en particulier dans des technologies telles que les énergies éolienne, photovoltaïque et solaire thermoélectrique.

Ceci a permis le développement rapide d’une industrie florissante fondée sur l’innovation technologique et l’utilisation des ressources énergétiques propres de notre pays où elles sont abondantes. L’incorporation des énergies renouvelables dans la production d’électricité en Espagne a été une référence pour le reste du monde, comme l’a reconnu un rapport récent de l’IRENA.

Notre cadre économique et juridique, fondé sur un système de bonus et de tarifs réglementés, en vigueur depuis 30 ans, a sans nul doute été la clé d’une intégration réussie de ces sources d’énergie. Ce cadre stable est cependant constamment amélioré et adapté à l’évolution technologique.

Fin 2009, les énergies renouvelables couvraient environ 11 % de nos besoins énergétiques. Selon les estimations pour 2020, nous arriverons probablement à dépasser l’objectif de 20 % de la consommation énergétique finale brute telle que définie par le Conseil des énergies renouvelables pour l’Espagne.

Le secteur des énergies renouvelables du pays compte maintenant plus de 4 000 entreprises – dont certaines reconnues au plan international pour leur capacité d’innovation technologique – et plus de 200 000 emplois directs ou indirects.

En conclusion:

L’ampleur inquiétante du réchauffement de la planète et ses conséquences exigent impérativement une réduction des émissions de gaz à effet de serre : seule une plus large utilisation des nouvelles technologies propres permettra d’y arriver.

L’adhésion aux énergies renouvelables est rationnelle à la fois pour l’environnement et l’économie.

L’avenir dépendra essentiellement des mesures et des politiques dont nous décidons maintenant.

Nous devons tous participer aux efforts à mener pour lutter contre le changement climatique.

Télécharger le PDF