Accueil                                        
      Contributeurs                                 
      Reflections
      Livres                                  
      Produits                                    
      Prix et événements              
      Le PNUE à l’oeuvre              
      People                                
      Star                                
 
 
 
Reflections

Achim Steiner
Secrétaire général adjoint de l’ONU et Directeur exécutif du PNUE

Cette année marque une première dans les relations de longue date entre l’Inde et l’Organisation des Nations Unies. Pour la toute première fois, l’Inde accueillera les célébrations de la Journée mondiale de l’environnement. Peuplée de 1,2 milliard de personnes, dotée d’une économie rapidement croissante et caractérisée par un passé, un présent et un avenir culturels variés, l’Inde dispose d’un potentiel considérable pour catalyser et promouvoir le développement durable aux niveaux national et international.

Cette année, le thème la Journée mondiale de l’environnement s’intitule « Les forêts : la nature à votre service ». Il souligne le lien intrinsèque entre les conditions de vie et le bien-être humain et la santé des forêts et des écosystèmes forestiers.

L’Inde a joué un rôle de chef de file, par exemple, en instituant un système de plantation d’arbres pour lutter contre la dégradation des sols et la désertification par l’utilisation de brise-vent et de rideaux-abris pour protéger les terres agricoles. La « Mission pour une Inde verte », récemment lancée dans le cadre du Plan d’action national sur les changements climatiques, vise à améliorer le couvert forestier, sur plus de 10 millions d’hectares, tant sur le plan qualitatif que sur le plan quantitatif, avec un investissement d’environ 10 milliards de dollars au cours des dix prochaines années.

L’Inde a lancé avec succès des projets permettant de suivre la santé des plantes, des animaux, des ressources en eau et d’autres ressources naturelles du pays, dont notamment les Sundarbans — la plus grande forêt deltaïque de mangroves du monde qui abrite l’une des espèces fauniques les plus emblématiques de l’Inde : le tigre. Parallèlement, le pays est de plus en plus à l’avant-garde de certaines initiatives favorisant la transition vers une économie verte qui émergent dans le monde entier.

De la fabrication de turbines à énergie solaire et éolienne à l’adoption de la Rural Employment Guarantee Act assurant un travail rémunéré à des millions de ménages par le biais d’investissements dans des domaines allant de la conservation de l’eau à la gestion durable des terres, les fondations sont en train d’être posées pour une nouvelle voie de développement fondamentale et ambitieuse.

Dans son récent rapport intitulé « A Transition to Green Economy: Pathway to Sustainable Development and Poverty Eradication », le PNUE souligne qu’une telle transition est non seulement possible mais appropriée pour les pays en développement comme pour les pays développés.

La Journée mondiale de l’environnement 2011 a lieu avant la tenue de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable (Rio+20) en 2012 qui portera sur les deux thèmes que sont l’économie verte dans le contexte du développement durable et de l’élimination de la pauvreté, et le cadre institutionnel pour le développement durable.

Rio+20 se déroulera dans un contexte marqué par l’épuisement rapide des ressources naturelles et l’accélération du changement climatique, depuis la perte des récifs coralliens et des forêts jusqu’à la pénurie croissante de terres productives, la nécessité urgente de nourrir les populations et de stimuler les économies, et les incidences probables d’un changement climatique non maîtrisé.

L’Inde compte parmi la série de pays mettant en lumière différents choix qui représentent une occasion de tenir les promesses du Sommet « Planète Terre » de Rio de 1992 afin d’assurer un développement pouvant répondre aux besoins de 7 milliards d’individus, qui atteindront 9 milliards d’ici à 2050.

Un développement qui favorise la croissance, une plus grande équité et des possibilités d’emploi : un développement qui tente de garder l’empreinte carbone de l’humanité dans des limites acceptables pour la planète afin que la Nature demeure à notre service pour le bien des générations présentes et futures.

JAIRAM RAMESH
..............................................................................
Ministre indien de l’environnement et des forêts

« Nous avons besoin de solides fondements éthiques en matière de conservation et la Journée mondiale de l’environnement peut, à cet égard, jouer un puissant rôle de catalyseur et de plaidoyer. Nous devons fixer des limites à la manière dont nous empiétons sur la nature, car sans elle les habitats seront bétonnés, les fleuves pollués, les coraux blanchis et les forêts inconsidérément détruites pour faire place à l’agriculture ».

Download PDF