CCAC Logo UNEP Logo

Polluants de courte durée de vie


  Search

Les polluants climatiques de courte durée, c'est quoi?

Les polluants climatiques de courte durée (SLCPs) sont des agents qui ont une durée de vie relativement courte dans l'atmosphère – de quelques jours à quelques décennies – et qui influent fortement sur le réchauffement du climat. Les principaux polluants de courte durée de vie sont le carbone noir (suie), le méthane et l'ozone troposphérique. Ces polluants sont les plus importants contributeurs de  l'effet de serre d’origine humaine après le CO 2 . Ces polluants climatiques de courte durée de vie sont également des polluants atmosphériques dangereux, qui ont de nombreux impacts néfastes sur la santé humaine, l'agriculture et les écosystèmes. Parmi les autres polluants climatiques de courte durée on retrouve les hydrofluorocarbures (HFC). Bien que les HFC soient actuellement présents en petite quantité dans l'atmosphère, leur contribution au réchauffement  climatique devrait atteindre l'équivalent de 19% des émissions mondiales de CO 2 d'ici 2050.

Pourquoi devons-nous agir?

Les polluants climatiques de courte durée ont un impact sur la santé publique, la qualité de la nourriture et de l'eau, et sur l'économie des populations.  Cet impact est à la fois direct, par le biais  es effets négatifs sur la santé humaine, l'agriculture et les écosystèmes, et indirect à cause de leurs effets sur le climat. Les polluants climatiques de courte durée de vie sont devenues un enjeu majeur de développement qui demande une action mondiale rapide et importante.

Ralentir le réchauffement climatique à court terme...

De nombreuses régions souffrent déjà d'un changement climatique accéléré. Alors que les glaciers du monde sont en train de fondre, que les conditions météorologiques changent, et que le niveau des mers augmente, la menace de dépasser  la cible des 2°C au cours du 21e siècle est imminente. En raison de leur durée de vie relativement courte (par rapport au CO2 qui reste dans l'atmosphère pendant environ un siècle), les actions pour réduire les émissions de polluants climatiques de courte durée de vie auront un effet rapide sur leurs concentrations atmosphériques, ce qui devrait entrainer une réponse climatique relativement rapide. Une action rapide, en particulier en ce qui concerne le méthane et le carbone noir, a le potentiel de ralentir le réchauffement de climatique de 0,5°C d'ici à 2050. Toutefois, si l'atténuation de ce type de polluants peut aider à réduire la vitesse du réchauffement de la planète et éviter de dépasser la cible des 2°C à court terme, la protection du climat à long terme exige une réduction profonde et rapide des émissions de dioxyde de carbone.

Fig 02

Figure 1 : bénéfices de l'atténuation des émissions de méthane et du carbone noir sur la température.

Avantages potentiels sur la température des 16 mesures identifiées dans le rapport "Integrated Assessment of Black Carbon and Tropospheric Ozone". L'incertitude des projections concernant les fluctuations de la température d'ici 2070 est représentée par les lignes situées à droit du graphique.

Source :PNUE/OMM, (2011), "Integrated Assessment of Black Carbon and Tropospheric Ozone", résumé à l'intention des décideurs, page 12.
Disponible ici

Éviter des millions de décès prématurés

Chaque année, 3,1 millions de personnes meurent prématurément à cause de la pollution de l'air, aussi bien intérieure qu' l'extérieure. Les polluants climatiques de courte durée de vie sont en grande partie responsable. Les actions rapides sur les polluants climatiques de courte durée de vie, telles que l'adoption généralisée de cuisinières écologiques et de carburants propres, ont le potentiel de prévenir plus de 2 millions de décès prématurés par an.

Augmenter le rendement des cultures

Nourrir une population mondiale croissante est devenu l'un des enjeux majeurs du 21e siècle et nous ne pouvons pas nous permettre de gaspiller des millions de tonnes de produits agricoles chaque année en raison de la pollution de l'air. Actuellement, les pertes de rendement dues à la forte exposition à l'ozone troposphérique fluctuent entre 7 et 12% pour le blé, 6 et 16% pour le soja, 3 et 4% pour le riz, et entre 3 et 5% pour le maïs. En outre, le carbone noir influe sur la formation de nuages qui ont un effet négatif sur la photosynthèse, ce qui par conséquent a une incidence sur la croissance des plantes. La réduction rapide des polluants climatiques de courte durée de vie, par exemple à travers la collecte des gaz issus de décharges ou à travers la récupération du méthane des mines de charbon, a le potentiel d'éviter la destruction de plus de 30 millions de tonnes de produits agricoles par an. 

Bénéfices résultant de l'atténuation des émissions d'hydrofluorocarbures (HFC)

Les HFC sont des gaz fluorés à effet de serre émis par l'homme. Ils sont utilisés comme substituts aux substances nocives pour la couche d'ozone (SAO). Ces produits chimiques ne sont présents tels quels dans la nature, et ils sont utilisés pour les mêmes applications que celles pour lesquelles les SAO ont été utilisés dans le passé : la climatisation, la réfrigération, l'extinction des incendies, les solvants, les agents gonflants contenus dans les mousses, et les aérosols. Plus important encore, les taux de HFC sont en augmentation rapide dans l'atmosphère. Bien que les HFC ne représentent actuellement qu'une petite fraction du total des gaz à effet de serre, leur impact sur le réchauffement est particulièrement important. Malheureusement, leurs émissions devraient ête de près de vingt fois supérieures au cours des trois prochaines décennies (si la croissance actuelle des émissions ne se réduit pas). Le HFC le plus couramment utilisé est le HFC-134a, ce dernier est 1430 fois plus dommageables pour le système climatique que le dioxyde de carbone.

Les émissions de HFC augmentent de manière rapide. En conséquence, cela pourrait détruire une grande partie des bénéfices climatiques engendrés par le Protocole de Montréal. Or, il existe des nombreuses options disponibles pour éviter ou pour remplacer l'utilisation de HFC, et ce dans de nombreux secteurs. Il existe aussi des moyens de réduire les émissions de manière significative.

Figure 2: bénéfices de l'atténuation des émissions d'hydrofluorocarbures (HFC)

Fig 01

Source : PNUE, 2011, "HFCs: A Critical Link in Protecting Climate and the Ozone Layer", page 16
disponible ici

Plus...

En savoir plus sur les pollutants climatiques de courte durée de vie
En savoir plus sur les actions de la Coalition

Informations connexes

Short-Lived Climate Pollutants

Carbone noir

Maximize

Méthane

Maximize

Hydrofluorocarbures

Maximize

Ozone troposphérique

Maximize

Pour de plus amples informations sur la Coalition, veuillez contacter: ccac_secretariat@unep.org

© Climate and Clean Air Coalition 2012