Programme des Nations Unies pour l’environnement
l'environnement au service du développement
  English
  Search
 
 
 
Changement
Climatique
  [Atténuation ]

Atténuation du changement climatique - la réponse à une opportunité

L'un des principaux objectifs du PNUE, dans le domaine de l'atténuation du changement climatique, est d'aider les gouvernements et le secteur financier à intégrer pleinement les investissements dans le domaine de l'énergie renouvelable. Il s'agit aussi de limiter les interférences du marché dans ce domaine. La branche Energie du PNUE travaille notamment sur une politique d'énergie plus propre, des technologies et des mécanismes de financement visant à créer un contexte favorable aux énergies renouvelables. Un tel contexte permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre grâce à une efficacité énergétique accrue et à l'utilisation d'énergies renouvelables.

Les activités du PNUE consistent notamment à faciliter l'accès aux marchés énergétiques ainsi qu'à accélérer le développement et la diffusion des technologies et processus nécessaires à la production d'énergies propres à un coût raisonnable. En effet, le lien entre de bonnes politiques et un financement approprié est essentiel afin de conduire le transfert de technologies qui peuvent atténuer le changement climatique. Le PNUE est devenu un acteur essentiel dans les efforts visant à atténuer le changement climatique grâce au soutien et à la collaboration d'un nombre important de centres, ainsi qu'à une implication concrète dans les efforts sans précédant d'un réseau international,.

Les politiques pour une énergie propre

Le changement climatique, les problématiques de développement et d'environnement sont fortement liées. Cette situation offre donc l'opportunité d'effectuer des progrès dans plusieurs domaines. En axant son action sur un équilibre remarquable entre les questions socio-économiques et environnementales, le programme de bioénergie du PNUE est un cas d'école. Ses activités comprennent notamment le soutien technique lors des tables rondes sur les biocarburants et dans le Partenariat mondial sur les bioénergies. Dans la même perspective, le PNUE promeut une planification favorable aux bioénergies, ainsi qu'un cadre politique propice au développement de petites agro-industries. Par ailleurs, le PNUE participe au projet Bio Top. Celui-ci cherche à identifier les opportunités techniques et les besoins en matière de recherche en Amérique Latine, à l'opposé du contexte de croissance du secteur européen des biocarburants.

Un projet financé par le Fonds pour l'environnement mondial (GEF) concernant l'Evaluation des ressources d'énergie solaire et éolienne (SWERA), a été un effort sur cinq ans, lancé en 2001, qui vise à développer des outils d'information afin de stimuler le développement des énergies renouvelables. Il couvre des domaines majeurs dans 13 pays en voie de développement en Amérique latine, dans les Caraïbes, en Afrique et en Asie. En outre, le projet permet une aide à la décision et aide à augmenter la confiance des investisseurs concernant les projets d'énergie renouvelable. Grâce au succès de ce projet, le PNUE développe son travail dans ce domaine et met à disposition des informations concernant le potentiel des énergies renouvelables, l'analyse de l'efficacité en matière de politiques d'énergies renouvelables. Il fournit également des informations par rapport à la gestion des risques concernant le développement des projets d'énergie renouvelable ainsi que données relatives aux projets utilisant les technologies d'énergies solaire et éolienne.

Le PNUE établit aussi des capacités institutionnelles relatives à la question de l'efficacité des politiques énergétiques dans les pays en voie de développement. Par exemple, certains des centres appartenant au Réseau des centres nationaux d'énergie propre du PNUE et de l'ONUDI ont testé avec succès le programme visant à améliorer l'efficacité énergétique dans l'industrie. Cet effort ne s'est pas limité aux seules agences gouvernementales. En effet, le PNUE travaille également avec des partenaires du secteur privé notamment dans le domaine du bâtiment afin de promouvoir des constructions soucieuses des principes d'efficacité énergétique, mais également avec les concessionnaires automobiles, les entreprises pétrolières ainsi que les collectivités locales afin de mettre en valeur des politiques en matière de transport plus efficaces.

Les technologies d'énergie propre

Les efforts réalisés par le PNUE visant à promouvoir le transfert de technologies, afin de soutenir les objectifs de la Convention Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, s'inscrivent dans le cadre d'un programme abordant l'évaluation des technologies environnementales. Ce travail consiste notamment à accroître les échanges commerciaux dans le secteur des services et des technologies environnementales. L'objectif est aussi de mettre en place des projets de développement, au niveau local, pour les économies des pays en transition, afin de renforcer les fonds d'énergie propre et à appuyer les entreprises travaillant dans le secteur énergétique. Si ces efforts sont tous différents, ils reposent sur des mécanismes similaires afin de remplir avec succès leurs objectifs, en l'occurrence le pouvoir de rassemblement du PNUE et sa capacité reconnue à travailler avec différents partenaires, y compris le secteur privé.

Fort de son expérience, acquise dans le cadre du Protocole de Montréal sur les substances qui appauvrissent la couche d'ozone, et fondée sur le renforcement des capacités et les expériences en réseau, le PNUE a élargi cette approche au domaine de l'atténuation du changement climatique. L'expérience a démontré que les réseaux peuvent jouer un rôle essentiel afin d'aider les autorités à acquérir des connaissances leur permettant de travailler de manière plus efficace et plus rapide.

Le financement des énergies propres

Le PNUE a pour ambition d'accroître les investissements dans le domaine de l'énergie propre au niveau mondial mais également dans des pays spécifiques. Dans cette perspective, le PNUE est à la recherche de créneaux particuliers, comme par exemple le secteur de la finance, où de petits efforts peuvent engendrer des changements majeurs. Le programme innovant de prêt bancaire, par exemple, permet aux banques d'offrir des possibilités de crédit aidant les consommateurs à financer l'achat de système électriques et de chauffe-eau solaires.

A travers le Programme de crédit solaire en Inde, le PNUE a établi un partenariat avec deux des plus grandes banques sur une durée de trois ans afin de financer plus de 20.000 systèmes d'éclairage solaire. Plus de 2.000 succursales de ces banques participent à ce programme. Celui-ci aide plus de 100.000 personnes à accéder à de l'énergie renouvelable et propre. 20 autres banques indiennes se sont inspirées de ce modèle pour développer des programmes de crédits similaires. En 2007, ce programme a reçu le "Energy Globe Award" et en 2008, il a reçu le prix ONU21 de la part du Secrétaire général des Nations Unies.

Un second programme de partenariat en Tunisie, PROSOL, a aidé 35.000 familles à financer l'installation de chauffe-eau solaires, augmentant ainsi le marché domestique pour cette énergie propre sur trois ans. Des programmes similaires ont ainsi vu le jour au Maroc et en Egypte. Des initiatives semblables sont planifiées pour le Monténégro, l'Albanie, la Macédoine, le Mexique et le Chili.

Aux confins du développement et de la finance, le PNUE aide au développement les marchés pour l'énergie propre dans les régions rurales. En mettant à disposition des services de développement des entreprises et des financement pour l'achat de graines, l'Initiative de développement des entreprises rurales dans le secteur énergétique (REED) a favorisé l'émergence de plus de 50 entreprises dans le domaine de l'énergie propre dans les pays en voie de développement, fournissant ainsi de meilleurs services dans le secteur de l'énergie à plus de 400 000 personnes. Basée sur cette expérience, le projet d'Aide à la capitalisation pour les graines, conjointement mis en place par la banque asiatique de développement et la banque de développement africaine, va aider à resserrer l'écart existant entre les retours d'investissement offerts par les entrepreneurs utilisant des énergies renouvelables dès le départ et ceux requis par la communauté d'investisseurs.

Le PNUE complète ses activités au niveau national auprès des consommateurs et financeurs de semis par un engagement financier plus large dans les nouveaux secteurs de l'atténuation du changement climatique. On peut entre autres citer, dans le cadre de ces efforts, l'Initiative de financement des énergies durables (SEFI) qui promeut les investissements dans le secteur des énergies renouvelables en fournissant notamment aux financiers, un appui, des outils, mais aussi des éléments d'information comme par exemple les tendances générales des investissements dans le domaine des énergies renouvelables pour l'année 2008. SEFI a également lancé l'alliance SEF, un réseau d'institutions publiques oeuvrant dans le secteur de la finance et collabore avec la Convention Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques afin d'examiner comment les mécanismes de finances publiques pourraient constituer une partie des futurs accords sur le climat. Le PNUE travaille aussi avec le secteur de l'assurance afin de développer des produits qui atténuent les risques concernant les projets d'énergie renouvelable, comme par exemple dans le cas où une ferme éolienne produirait moins d'électricité qu'il n'avait été envisagé.

En se concentrant aussi sur les pays les pauvres, et grâce à son Centre sur l'énergie, le climat et le développement durable de Risoe (URC), le PNUE met à disposition un soutien technique et financier dans les pays en voie de développement. Ainsi, ces Etats peuvent participer aux mécanismes de développement propre (MDP) et à l'ensemble des efforts menés au niveau international afin d'apporter des réponses à la question du changement climatique et de promouvoir le développement durable. Le CD4CDM (développement des capacités pour le mécanisme de développement propre) et les projets associés ont aidé 32 pays en voie de développement à participer aux mécanismes de développement propre (MDP). Le Centre sur l'énergie, le climat et le développement durable de Risoe assiste et facilite la participation des pays en voie de développement au marché des crédits carbone en pleine expansion. Le programme du Centre de Risoe analyse de manière constante les obstacles du marché, les actions devant être entreprises pour les surmonter et enfin les différents moyens pour renforcer les secteurs qui émergent dans le domaine des mécanismes de développement propre (MDP).

Les réseaux internationaux

Le fait de regrouper les capacités d'organisations complémentaires et différentes initiatives, au travers des efforts ciblés et conjoints de mise en réseau, a montré son efficacité en tant que mécanisme puissant permettant de générer une dynamique de changement à une grande échelle, ce qui n'aurait pas été possible sans cela, étant donné les ressources limitées du PNUE. Le PNUE est fortement impliqué dans le cadre des activités menés par deux de ses réseaux: le Réseau global sur l'énergie pour le développement durable (GNESD)et le Réseau des politiques d'énergie renouvelables pour le 21ème siècle (REN21), fondé en partenariat avec la Coopération technique allemande (GTZ). Le GNESD rassemble plus de 20 centres d'excellence réputés travaillant sur les questions environnementales, d'énergie et de développement dans les pays industrialisés et dans les pays en voie de développement. Une nouvelle étude du GNESD a étudié en détails les liens entre l'énergie et les objectifs de développement du millénaire. Quant à lui, le REN21 appuie le développement de politiques et de prises de décision aux niveaux local, national international, dans le but de faciliter une expansion rapide des énergies renouvelables. Le rapport général annuel du REN21 est devenu un standard de l'industrie.

Les efforts conduits par le PNUE en vue d'améliorer l'efficacité énergétique dans les secteurs du bâtiment et des transports comportent une composante importante de travail en réseau. Il s'agit notamment de collaborer avec les acteurs et partenaires essentiels dans le domaine de la construction, de la production automobile, des entreprises pétrolières et également avec les autorités locales.

Exemples du travail du PNUE dans le domaine de l'atténuation du changement climatique :

Le PNUE met à disposition des capacités dans 25 pays en voie de développement ce qui leur permet de participer aux mécanismes de développement propre et au marché mondial des crédits carbone. Le PNUE collabore également avec le PNUD et la banque mondiale pour développer ces activités.

Le Réseau global sur l'énergie pour le développement durable (GNESD), avec le soutien actif du PNUE, qui rassemble plus de 20 centres d'excellence dans les pays industrialisés et en voie de développement, s'est engagé à fournir des solutions politiques pour des sources énergétiques propres et plus efficaces dans les régions les plus pauvres de notre planète.

Les activités du PNUE dans le domaine des énergies renouvelables comprennent notamment le développement de critères pour une production durable de biocarburants. Dans le même ordre d'idées, le PNUE s'assure que ces critères contribuent aux objectifs climatiques, énergétiques et environnementaux.

L'Initiative pour des constructions et des bâtiments durables (SBCI) promeut l'efficacité énergétique dans les différents secteurs du bâtiment et mène des études pour étudier comment les mécanismes de marché peuvent appuyer les investissements dans le domaine de l'efficacité énergétique.

Le Programme de transports durables promeut des systèmes de transports moins polluants et des options par rapport à la mobilité.

l'Initiative de développement des entreprises rurales dans le secteur énergétique (REED) veille au développement d'entreprises nouvelles utilisant l'énergie propre dans les pays en voie de développement en fournissant des services de développement et des financements pour les semis.

L'un des principaux objectifs du PNUE, dans le domaine de l'atténuation du changement climatique, est d'aider les gouvernements et le secteur financier à intégrer pleinement les investissements dans le domaine de l'énergie renouvelable. Il s'agit aussi de limiter les interférences du marché dans ce domaine. La branche Energie du PNUE travaille notamment sur une politique d'énergie plus propre, des technologies et des mécanismes de financement visant à créer un contexte favorable aux énergies renouvelables. Un tel contexte permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre grâce à une efficacité énergétique accrue et à l'utilisation d'énergies renouvelables.

Les activités du PNUE consistent notamment à faciliter l'accès aux marchés énergétiques ainsi qu'à accélérer le développement et la diffusion des technologies et processus nécessaires à la production d'énergies propres à un coût raisonnable. En effet, le lien entre de bonnes politiques et un financement approprié est essentiel afin de conduire le transfert de technologies qui peuvent atténuer le changement climatique. Le PNUE est devenu un acteur essentiel dans les efforts visant à atténuer le changement climatique grâce au soutien et à la collaboration d'un nombre important de centres, ainsi qu'à une implication concrète dans les efforts sans précédant d'un réseau international,.

Les politiques pour une énergie propre

Le changement climatique, les problématiques de développement et d'environnement sont fortement liées. Cette situation offre donc l'opportunité d'effectuer des progrès dans plusieurs domaines. En axant son action sur un équilibre remarquable entre les questions socio-économiques et environnementales, le programme de bioénergie du PNUE est un cas d'école. Ses activités comprennent notamment le soutien technique lors des tables rondes sur les biocarburants et dans le Partenariat mondial sur les bioénergies. Dans la même perspective, le PNUE promeut une planification favorable aux bioénergies, ainsi qu'un cadre politique propice au développement de petites agro-industries. Par ailleurs, le PNUE participe au projet Bio Top. Celui-ci cherche à identifier les opportunités techniques et les besoins en matière de recherche en Amérique Latine, à l'opposé du contexte de croissance du secteur européen des biocarburants.

Un projet financé par le Fonds pour l'environnement mondial (GEF) concernant l'Evaluation des ressources d'énergie solaire et éolienne (SWERA), a été un effort sur cinq ans, lancé en 2001, qui vise à développer des outils d'information afin de stimuler le développement des énergies renouvelables. Il couvre des domaines majeurs dans 13 pays en voie de développement en Amérique latine, dans les Caraïbes, en Afrique et en Asie. En outre, le projet permet une aide à la décision et aide à augmenter la confiance des investisseurs concernant les projets d'énergie renouvelable. Grâce au succès de ce projet, le PNUE développe son travail dans ce domaine et met à disposition des informations concernant le potentiel des énergies renouvelables, l'analyse de l'efficacité en matière de politiques d'énergies renouvelables. Il fournit également des informations par rapport à la gestion des risques concernant le développement des projets d'énergie renouvelable ainsi que données relatives aux projets utilisant les technologies d'énergies solaire et éolienne.

Le PNUE établit aussi des capacités institutionnelles relatives à la question de l'efficacité des politiques énergétiques dans les pays en voie de développement. Par exemple, certains des centres appartenant au Réseau des centres nationaux d'énergie propre du PNUE et de l'ONUDI ont testé avec succès le programme visant à améliorer l'efficacité énergétique dans l'industrie. Cet effort ne s'est pas limité aux seules agences gouvernementales. En effet, le PNUE travaille également avec des partenaires du secteur privé notamment dans le domaine du bâtiment afin de promouvoir des constructions soucieuses des principes d'efficacité énergétique, mais également avec les concessionnaires automobiles, les entreprises pétrolières ainsi que les collectivités locales afin de mettre en valeur des politiques en matière de transport plus efficaces.

Les technologies d'énergie propre

Les efforts réalisés par le PNUE visant à promouvoir le transfert de technologies, afin de soutenir les objectifs de la Convention Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, s'inscrivent dans le cadre d'un programme abordant l'évaluation des technologies environnementales. Ce travail consiste notamment à accroître les échanges commerciaux dans le secteur des services et des technologies environnementales. L'objectif est aussi de mettre en place des projets de développement, au niveau local, pour les économies des pays en transition, afin de renforcer les fonds d'énergie propre et à appuyer les entreprises travaillant dans le secteur énergétique. Si ces efforts sont tous différents, ils reposent sur des mécanismes similaires afin de remplir avec succès leurs objectifs, en l'occurrence le pouvoir de rassemblement du PNUE et sa capacité reconnue à travailler avec différents partenaires, y compris le secteur privé.

Fort de son expérience, acquise dans le cadre du Protocole de Montréal sur les substances qui appauvrissent la couche d'ozone, et fondée sur le renforcement des capacités et les expériences en réseau, le PNUE a élargi cette approche au domaine de l'atténuation du changement climatique. L'expérience a démontré que les réseaux peuvent jouer un rôle essentiel afin d'aider les autorités à acquérir des connaissances leur permettant de travailler de manière plus efficace et plus rapide.

Le financement des énergies propres

Le PNUE a pour ambition d'accroître les investissements dans le domaine de l'énergie propre au niveau mondial mais également dans des pays spécifiques. Dans cette perspective, le PNUE est à la recherche de créneaux particuliers, comme par exemple le secteur de la finance, où de petits efforts peuvent engendrer des changements majeurs. Le programme innovant de prêt bancaire, par exemple, permet aux banques d'offrir des possibilités de crédit aidant les consommateurs à financer l'achat de système électriques et de chauffe-eau solaires.

A travers le Programme de crédit solaire en Inde, le PNUE a établi un partenariat avec deux des plus grandes banques sur une durée de trois ans afin de financer plus de 20.000 systèmes d'éclairage solaire. Plus de 2.000 succursales de ces banques participent à ce programme. Celui-ci aide plus de 100.000 personnes à accéder à de l'énergie renouvelable et propre. 20 autres banques indiennes se sont inspirées de ce modèle pour développer des programmes de crédits similaires. En 2007, ce programme a reçu le "Energy Globe Award" et en 2008, il a reçu le prix ONU21 de la part du Secrétaire général des Nations Unies.

Un second programme de partenariat en Tunisie, PROSOL, a aidé 35.000 familles à financer l'installation de chauffe-eau solaires, augmentant ainsi le marché domestique pour cette énergie propre sur trois ans. Des programmes similaires ont ainsi vu le jour au Maroc et en Egypte. Des initiatives semblables sont planifiées pour le Monténégro, l'Albanie, la Macédoine, le Mexique et le Chili.

Aux confins du développement et de la finance, le PNUE aide au développement les marchés pour l'énergie propre dans les régions rurales. En mettant à disposition des services de développement des entreprises et des financement pour l'achat de graines, l'Initiative de développement des entreprises rurales dans le secteur énergétique (REED) a favorisé l'émergence de plus de 50 entreprises dans le domaine de l'énergie propre dans les pays en voie de développement, fournissant ainsi de meilleurs services dans le secteur de l'énergie à plus de 400 000 personnes. Basée sur cette expérience, le projet d'Aide à la capitalisation pour les graines, conjointement mis en place par la banque asiatique de développement et la banque de développement africaine, va aider à resserrer l'écart existant entre les retours d'investissement offerts par les entrepreneurs utilisant des énergies renouvelables dès le départ et ceux requis par la communauté d'investisseurs.

Le PNUE complète ses activités au niveau national auprès des consommateurs et financeurs de semis par un engagement financier plus large dans les nouveaux secteurs de l'atténuation du changement climatique. On peut entre autres citer, dans le cadre de ces efforts, l'Initiative de financement des énergies durables (SEFI) qui promeut les investissements dans le secteur des énergies renouvelables en fournissant notamment aux financiers, un appui, des outils, mais aussi des éléments d'information comme par exemple les tendances générales des investissements dans le domaine des énergies renouvelables pour l'année 2008. SEFI a également lancé l'alliance SEF, un réseau d'institutions publiques oeuvrant dans le secteur de la finance et collabore avec la Convention Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques afin d'examiner comment les mécanismes de finances publiques pourraient constituer une partie des futurs accords sur le climat. Le PNUE travaille aussi avec le secteur de l'assurance afin de développer des produits qui atténuent les risques concernant les projets d'énergie renouvelable, comme par exemple dans le cas où une ferme éolienne produirait moins d'électricité qu'il n'avait été envisagé.

En se concentrant aussi sur les pays les pauvres, et grâce à son Centre sur l'énergie, le climat et le développement durable de Risoe (URC), le PNUE met à disposition un soutien technique et financier dans les pays en voie de développement. Ainsi, ces Etats peuvent participer aux mécanismes de développement propre (MDP) et à l'ensemble des efforts menés au niveau international afin d'apporter des réponses à la question du changement climatique et de promouvoir le développement durable. Le CD4CDM (développement des capacités pour le mécanisme de développement propre) et les projets associés ont aidé 32 pays en voie de développement à participer aux mécanismes de développement propre (MDP). Le Centre sur l'énergie, le climat et le développement durable de Risoe assiste et facilite la participation des pays en voie de développement au marché des crédits carbone en pleine expansion. Le programme du Centre de Risoe analyse de manière constante les obstacles du marché, les actions devant être entreprises pour les surmonter et enfin les différents moyens pour renforcer les secteurs qui émergent dans le domaine des mécanismes de développement propre (MDP).

Les réseaux internationaux

Le fait de regrouper les capacités d'organisations complémentaires et différentes initiatives, au travers des efforts ciblés et conjoints de mise en réseau, a montré son efficacité en tant que mécanisme puissant permettant de générer une dynamique de changement à une grande échelle, ce qui n'aurait pas été possible sans cela, étant donné les ressources limitées du PNUE. Le PNUE est fortement impliqué dans le cadre des activités menés par deux de ses réseaux: le Réseau global sur l'énergie pour le développement durable (GNESD) et le Réseau des politiques d'énergie renouvelables pour le 21ème siècle (REN21), fondé en partenariat avec la Coopération technique allemande (GTZ). Le GNESD rassemble plus de 20 centres d'excellence réputés travaillant sur les questions environnementales, d'énergie et de développement dans les pays industrialisés et dans les pays en voie de développement. Une nouvelle étude du GNESD a étudié en détails les liens entre l'énergie et les objectifs de développement du millénaire. Quant à lui, le REN21 appuie le développement de politiques et de prises de décision aux niveaux local, national international, dans le but de faciliter une expansion rapide des énergies renouvelables. Le rapport général annuel du REN21 est devenu un standard de l'industrie.

Les efforts conduits par le PNUE en vue d'améliorer l'efficacité énergétique dans les secteurs du bâtiment et des transports comportent une composante importante de travail en réseau. Il s'agit notamment de collaborer avec les acteurs et partenaires essentiels dans le domaine de la construction, de la production automobile, des entreprises pétrolières et également avec les autorités locales.

Exemples du travail du PNUE dans le domaine de l'atténuation du changement climatique :

Le PNUE met à disposition des capacités dans 25 pays en voie de développement ce qui leur permet de participer aux mécanismes de développement propre et au marché mondial des crédits carbone. Le PNUE collabore également avec le PNUD et la banque mondiale pour développer ces activités.

Le Réseau global sur l'énergie pour le développement durable (GNESD), avec le soutien actif du PNUE, qui rassemble plus de 20 centres d'excellence dans les pays industrialisés et en voie de développement, s'est engagé à fournir des solutions politiques pour des sources énergétiques propres et plus efficaces dans les régions les plus pauvres de notre planète.

Les activités du PNUE dans le domaine des énergies renouvelables comprennent notamment le développement de critères pour une production durable de biocarburants. Dans le même ordre d'idées, le PNUE s'assure que ces critères contribuent aux objectifs climatiques, énergétiques et environnementaux.


 

  Pour aller plus loin