Programme des Nations Unies pour l’environnement
l'environnement au service du développement
中文 English Español
  Search
 
 
 
Désastres
et conflits

  [Maldives ]

Enter Title

Minimize

Immédiatement après le tsunami de 2004, le PNUE travailla avec les autorités environnementales en Indonésie, aux Maldives, au Sri Lanka, en Thaïlande, au Yémen et en Somalie afin d’effectuer des évaluations environnementales des impacts du tsunami et proposer des recommandations pour la reconstruction. Quelques-unes des plus importantes conclusions de l’évaluation, réunies dans After the Tsunami: UNEP's Rapid Environmental Assessment Report, portent sur :

le besoin de réhabiliter les écosystèmes côtiers, qui procurent une première ligne de défense contre les risques naturels;

la contamination des puits des nappes phréatiques par les eaux salées et les eaux usées;

la menace des débris dangereux sur la santé publique;

les conséquences environnementales des dommages aux infrastructures, notamment sur des sites industriels ;

l’impact du tsunami sur les moyens d’existence des populations ; et

la tension sur les capacités de gestion environnementale dans l’après-tsunami.


Évaluation environnementale
Dans le cas des Maldives, l’évaluation trouva qu’environ 290’000 mètres cube de déchets du tsunami furent générés sur les 69 îles habitées du pays. En outre, les zones côtières s’étaient érodées et la végétation, y compris les récoltes, furent détruites. Le PNUE poursuivit ses travaux d’évaluation avec des projets de réhabilitation des écosystèmes côtiers.

À la requête du gouvernement, le PNUE effectua également une évaluation environnementale détaillée des impacts de la houle marine inhabituellement puissante qui frappa les Maldives entre le 15 et le 18 mai 2007. L’évaluation comprit :

Une évaluation de terrain détaillée des impacts sur l’environnement de la houle;

Le développement de propositions relatives aux activités de réponse prioritaire visant à remédier aux impacts environnementaux;

Le développement à long-terme de capacités, politiques, évaluations et plans en matière d’environnement et de gestion du risque de catastrophes.

Intégration des considérations environnementales dans la reconstruction

Afin de traiter des impacts du tsunami de 2004, le PNUE entreprit la réhabilitation des mangroves et autres écosystèmes côtiers sur l’Île de Huraa en collaboration avec l’UICN et Wetlands International. Les travaux furent appuyés par le plan de gestion de la conservation du Ministère de l’environnement, de l’énergie et de l’eau.

Le PNUE finalisa ses travaux dans le cadre du programme de reconstruction post-tsunami à la fin de 2007.