Économie verte: le rapport

Vers une économie verte: pour un développement durable et une éradication de la pauvreté

Le rapport a été compilé par l'Initiative Économie verte du PNUE, en collaboration avec des économistes et des experts du monde entier. Il a pour but de démontrer que l'écologisation de l'économie n'est pas un frein à la croissance, mais plutôt un nouveau moteur de la croissance qui génère de nouveaux emplois, et qui favorise l'élimination de la pauvreté. Le rapport vise aussi à motiver les décideurs politiques, pour qu’ils créent des conditions propices aux investissements écologique.

 

Remerciements, Préface, Contenu
PARTIE I: Investir dans le capital naturel
Ce chapitre offre toute une série de preuves qui pourraient pousser les décideurs politiques à soutenir l'augmentation des investissements dans les secteurs « verts ». On y trouve aussi des conseils pour activer un processus de transformation écologique qui permettrait de renforcer la sécurité alimentaire, de réduire la pauvreté, d’améliorer la santé, de créer des emplois en milieu rural et de réduire la pression sur l'environnement.
Ce chapitre illustre la valeur économique et sociale de la pêche maritime au niveau mondial. Il offre également une évaluation des bénéfices potentiels qu’une gestion durable de ce secteur apporterait aux différents acteurs concernés. Enfin, il explore les différentes pistes pour favoriser la mise en place de réformes indispensables et pour canaliser les investissements qui aideront à écologiser le secteur de la pêche maritime.
Ce chapitre identifie le rôle de l’eau dans la transition vers une économie verte. Il plaide pour un investissement rapide dans la gestion des ressources hydrauliques et des infrastructures, et ce afin de mieux gérer la biodiversité et de sauvegarder les services écosystémiques. Enfin, il fournit également des conseils aux gouvernements concernant les réformes politiques qui peuvent soutenir et accroître les bénéfices liés à une telle transition.
Le chapitre sur les forêts évalue l'écart de perception entre la gestion actuelle, du secteur forestier et le rôle des forêts dans une économie verte. Il passe en revue l’éventail des investissements écologiques dans le secteur et la façon dont ils sont susceptibles d'affecter à la fois l'industrie du bois et les services écosystémiques rendus par les forêts (dont les plus pauvres dépendent directement).
PARTIE II: Investir dans l'efficacité énergétique et la gestion durable des ressources naturelles
Ce chapitre aborde la question de l’écologisation du secteur de l'énergie et met l’accent sur l'approvisionnement en énergie renouvelable. Il décrit l'offre énergétique mondiale actuelle et le rôle croissant des sources d'énergie renouvelables en son sein. Enfin, il décrit les défis et les opportunités auxquels sont confrontés les gouvernements et le secteur de l'énergie.
Ce chapitre se penche sur les coûts pour le secteur, dans le cas d’une évoluant selon un scénario "business-as-usual", et propose un certain nombre d'approches stratégiques pour encourager les investissements dans les technologies de production écologiques. Il stipule que l'investissement dans l’écologisation du secteur manufacturier peut, dans bien des cas, être profitable pour les entreprises et accroître le taux d’emploi, tout en réduisant les pressions sur l'environnement.
Le chapitre identifie les différentes contributions que le secteur des déchets peut apporter à une transition verte. Il fournit des pistes d’orientations aux décideurs politiques, et identifie les impacts économiques, environnementaux et sociaux des investissements écologiques dans le secteur de la gestion des déchets.
Le chapitre liste toutes une série d’arguments économiques pertinents en faveur de l’écologisation du secteur du bâtiment, et fournit des conseils sur les politiques et les instruments nécessaires pour réaliser cette transformation. Le chapitre englobe à la fois la problématique des nouvelles constructions, ainsi que celle de la rénovation de bâtiments existants. Il met l’accent sur les zones urbaines, qui sont en pleine expansion. En effet, elles abritent maintenant plus de la moitié de la population mondiale.
Ce chapitre examine le rôle des transports dans une économie verte. S'appuyant sur une stratégie que l’on peut résumer en trois mots « éviter, changer et améliorer », il met en lumière les défis et les opportunités d’un système de transport plus écologique. Il examine également les différentes options et les conditions nécessaires pour permettre une telle transition.
Ce chapitre aborde la question des investissements verts dans le secteur du tourisme. Il démontre que ce type d’investissements contribuerait à créer une croissance économique viable et robuste, tout en favorisant la création d’emplois décents et la réduction de la pauvreté. Cela permettrait d’améliorer la gestion des ressources naturelles, tout en minimisant la dégradation de l'environnement. Ce chapitre défend donc l’investissement dans «l'écologisation» du secteur et fournit des conseils sur la façon de mobiliser de tels investissements.
Le chapitre défend l’idée de villes vertes. Il décrit les résultats environnementaux, sociaux et économiques de l'écologisation des systèmes et des infrastructures urbaines. Il fournit des pistes d’orientation aux décideurs politique sur la façon de rendre les villes plus écologiques. Ce chapitre comprend un résumé des pratiques écologiques et examine les conditions permettant de favoriser l’émergence de villes vertes, dont nous avons tant besoin.
PARTIE III: Soutenir la transition vers une économie mondiale verte
L'analyse effectuée dans le rapport est axée sur la transition vers une économie verte. Cette transition est caractérisée par une diminution des émissions de carbone et une amélioration de la gestion des ressources naturelles. Ce chapitre analyse les besoins pour favoriser une transition verte à moyen terme, et il évalue les impacts d’un développement économique plus écologique à long terme.
Le rapport démontre que certaines conditions favorables doivent être créées et maintenues pour attirer les investissements dans les secteurs d'activités économiques verts. Ce chapitre se concentre sur les mesures que les gouvernements pourraient introduire à court et à moyen terme. Il explore une série d'options politiques et recense les outils actuellement disponibles pour promouvoir une transition économie mondiale verte.
Le chapitre explore la problématique du financement de l’économie verte. Il décrit les différents types de financement qui existent actuellement et définit les priorités et les méthodes qui pourraient accroître ces investissements. Enfin, il plaide pour une augmentation des financements, et ce afin d’aider à renforcer la transition verte en amplifiant le rôle du secteur financier comme acteur du changement.

 

Synthèse pour les décideurs politiques
[عربي中文Français
 - Português - РусскийEnglishEspañol]

Résumé des conclusions
[عربي中文GermanFrançais  - 日本語PortuguêsРусский - EspañolEnglish]


Communiqué de presse
16 novembre 2011 [English中文Français]


Télécharger le rapport complet en anglais
(626 pages - 21MB)


Multimédia