About UNEP UNEP Offices News Centre Publications Events Awards Milestones UNEP Store
GEO-3: GLOBAL ENVIRONMENT OUTLOOK  
UNEP Website GEO Home Page

Prospective 2002-2032

GEO-3 souligne bien que les 30 prochaines années seront aussi décisives que les 30 années qui viennent de s'écouler dans la détermination de l'avenir de l'environnement. Les vieux problèmes ont continué à se poser, mais de nouvelles difficultés vont apparaître à mesure que s'alourdira le tribut prélevé sur des ressources qui, dans de nombreux cas, sont déjà dans un état fragile. Le rythme accéléré du changement et le degré d'interaction entre les régions et entre les problèmes font qu'il est plus difficile que jamais de regarder l'avenir avec confiance. GEO-3 utilise quatre scénarios différents pour explorer ce que l'avenir peut nous réserver, selon les différentes politiques mises en ouvre. Ces scénarios englobent les évolutions que l'on peut constater dans de nombreux domaines qui se recoupent comme la population, l'économie, la technologie, l'exercice du pouvoir. Ces scénarios , Marchés d'abord, Politiques d'abord, Sécurité d'abord, Durabilité d'abord, sont décrits dans les quatre encadrés qui suivent.

Le scénario Marchés d'abord
La plupart des pays adoptent les valeurs et les attentes qui règnent actuellement dans les pays industrialisés. La richesse des nations et le jeu optimal des forces du marché dominent l'action sociale et politique. La mondialisation et la libéralisation sont envisagées avec confiance car elles encouragent la création de richesses dans les entreprises, créent de nouvelles entreprises, de nouveaux moyens d'existence et ainsi aident les hommes et leur communauté à s'assurer contre les effets des problèmes sociaux et environnementaux ou à payer le prix de leur résolution. Des investisseurs soucieux d'éthique, s'alliant à des associations et des groupes de consommateurs, s'efforcent d'exercer une influence corrective mais sont réduits au silence par les impératifs économiques. Les pouvoirs des représentants de l'État, des législateurs et des responsables des politiques de réglementer la société, l'économie et l'environnement continuent d'être dépassés par une demande toujours plus grande.
Le scénario Politiques d'abord
Les gouvernements prennent des initiatives décisives pour tenter d'atteindre les objectifs sociaux et environnementaux fixés. Une action coordonnée pour préserver l'environnement et éliminer la pauvreté équilibre la poussée du développement économique à tout prix. Les avantages et les coûts environnementaux et sociaux sont pris en considération dans les politiques suivies, les cadres réglementaires mis en place et les processus de planification. Tous ces aspects sont renforcés par des incitations fiscales telles que la taxe sur le carbone et divers dégrèvements. Des codes de conduite internationaux et des instruments légalement contraignants prenant pour objet l'environnement et le développement sont intégrés dans des plans d'action unifiés, leur statut en droit est amélioré bien que des dispositions nouvelles soient prévues pour l'organisation de consultations afin de permettre l'intégration de variantes régionales ou locales.
Le scénario Sécurité d'abord
Ce scénario part de l'hypothèse d'un monde où il existe encore des disparités frappantes, de fortes inégalités et des conflits persistants. Les tensions socioéconomiques et environnementales donnent lieu à des vagues de protestation et de contre-mesures. Comme les troubles s'étendent, les groupes les plus puissants et les plus riches pensent avant tout à leur propre protection, créant des enclaves semblables à ce qu'on connaît aujourd'hui sous le nom de « groupes de résidences à accès restreint ». Ces îlots privilégiés offrent une certaine sécurité et des avantages économiques aux communautés qui en dépendent, dans leurs environs immédiats, mais ils rejettent à l'extérieur la masse désavantagée. Les services de protection sociale et les services publics réglementaires tombent en désuétude, tandis que les forces du marché continuent à fonctionner en dehors de ces murs.
Le scénario Durabilité d'abord
Un nouveau paradigme de l'environnement et du développement apparaît en réponse au problème de la durabilité, et est soutenu par des valeurs et institutions nouvelles et plus équitables. Une conception plus visionnaire de l'avenir s'impose, où les changements radicaux de la façon dont les gens communiquent les uns avec les autres et avec le monde qui les entoure encouragent l'adoption de politiques de développement durable et un comportement responsable des grandes entreprises. Il existe une collaboration beaucoup plus riche entre les gouvernements, les citoyens et les autres acteurs, dans les décisions prises sur les questions d'intérêt étroitement commun. Un consensus se dégage sur ce qu'il convient de faire pour satisfaire les besoins fondamentaux et réaliser les objectifs individuels sans compromettre le sort d'autrui ni les perspectives de la postérité.

Certaines des conséquences des quatre scénarios pour l'environnement mondial et régional sont exposées ici.

L'absence de politiques efficaces de réduction des émissions de dioxyde de carbone et autres gaz à effet de serre, dans les scénarios Marchés d'abord et Sécurité d'abord amènent d'importantes augmentations des émissions au cours des 30 prochaines années. Cependant, les décisions prises dans le scénario Politiques d'abord, notamment l'imposition de taxes sur le carbone et des investissements dans des sources d'énergie ne faisant pas appel aux combustibles fossiles, limitent avec succès l'augmentation mondiale des émissions, et parviennent vers 2030 à réduire effectivement celles-ci. Les changements de comportement qu'implique le scénario Durabilité d'abord, avec une amélioration de l'efficacité de la production et de la conversion de l'énergie, amènent une rapide cessation de l'augmentation des émissions, puis leur baisse dès le milieu des années 2020.

La diversité biologique demeure menacée s'il n'est pas pris de mesures énergiques pour ralentir l'activité humaine. La poursuite de l'urbanisation et de la construction d'infrastructures, à quoi s'ajoutent les effets intensifiés du changement climatique, contribue à épuiser gravement la diversité biologique dans la plupart des régions dans tous les scénarios. Les pressions s'exerçant sur les écosystèmes côtiers augmentent aussi dans la plupart des régions et des scénarios.

Les scénarios comportent d'importantes conséquences pour ce qui est de la satisfaction des besoins humains fondamentaux. L'augmentation de la population et de l'activité économique, en particulier l'agriculture, amène une augmentation de la demande d'eau douce dans la plupart des scénarios. De même, le besoin de denrées alimentaires et la capacité de les satisfaire dans les différents scénarios reflètent une combinaison de changements intervenus dans l'offre et la demande, sous l'influence de politiques sociales, économiques et environnementales. Dans le scénario Marchés d'abord, même avec une diminution du pourcentage de la population qui souffre de la faim, le nombre total de personnes affectées change relativement peu et même augmente dans certaines régions, avec l'augmentation de la population. Dans les scénarios Politiques d'abord et Durabilité d'abord, l'objectif de la réduction de l'emprise de la faim, comme objectif essentiel, et la place donnée à un développement plus équilibré entre les régions, aident à réaliser des réductions spectaculaires de la proportion et du nombre total de personnes sous-alimentées. Dans le scénario Sécurité d'abord, la forte augmentation de celles-ci dans la plupart des régions montre le caractère non viable à terme de ce scénario du point de vue de son acceptabilité sociale.

L'expansion des grandes infrastructures affecte 72 % des superficies émergées dans le monde (les zones en noir et en rouge étant les plus affectées) en 2032 dans le scénario Marchés d'abord - voir carte.
En Afrique, le risque de dégradation des terres augmente. Dans les scénarios Politiques d'abord et Durabilité d'abord, un accès plus large aux services d'appui aide les agriculteurs à mieux gérer les sols et les politiques de gestion intégrée des sols se généralisent dans la région. À l'autre extrémité, dans le scénario Sécurité d'abord, alors que des conditions raisonnables sont préservées dans les zones protégées qui desservent l'élite propriétaire des terres, les fortes concentrations de population ailleurs contribuent à une grave dégradation des terres et à une forte érosion des sols. Des problèmes similaires apparaissent dans le scénario Marchés d'abord, car les terres agricoles de meilleure qualité sont affectées à la production de matières premières et à des cultures commerciales.

Dans le scénario Marchés d'abord, en Asie et dans le Pacifique, les prélèvements d'eau augmentent dans tous les secteurs, amenant une expansion des zones souffrant de stress hydrique grave en Asie du Sud et du Sud-Est. Le ralentissement de la croissance économique dans le scénario Sécurité d'abord réduit la croissance de la demande. Avec des politiques efficaces et avec un changement des modes de vie, dans les scénarios Politiques d'abord et Durabilité d'abord, les prélèvements d'eau restent à leur niveau actuel ou même diminuent dans la plus grande partie de la région.

La possibilité pour l'Europe de résoudre les problèmes de la pollution de l'air à grande échelle et des émissions de gaz à effet de serre dépendra largement des évolutions de l'utilisation de l'énergie et des transports. Des politiques très actives de développement des transports en commun et d'amélioration des rendements énergétiques sont à prévoir dans les scénarios Politiques d'abord et Durabilité d'abord mais non dans les scénarios Sécurité d'abord ou même Marchés d'abord.

La dégradation des terres et des forêts et la fragmentation des forêts demeure l'un des problèmes environnementaux les plus importants en Amérique latine et dans les Caraïbes, dans tous les scénarios. Dans le scénario Marchés d'abord, on voit une importante perte de forêts. Dans le scénario Sécurité d'abord, le contrôle des ressources forestières par les sociétés transnationales qui créent des cartels, en association avec des groupes nationaux au pouvoir, encourage la croissance de certaines zones boisées, mais cela ne suffit pas pour enrayer la diminution nette de surface couverte de forêts. Une gestion plus efficace améliore certains aspects de ces problèmes dans le scénario Politiques d'abord. La déforestation aveugle s'arrête presque complètement dans le scénario Durabilité d'abord.

Légende des
graphiques
Pourcentage, dans les quatre scénarios, de terres arables en 2002 qui seront tellement dégradées en 2032 qu'elles ne seront plus cultivées - voir diagramme
L'Amérique du Nord, qui est la région qui émet le plus de gaz à effet de serre, joue un rôle majeur dans la détermination du climat futur. Dans le scénario Marchés d'abord, le refus de la région de participer à des efforts internationaux pour lutter contre les émissions de ces gaz entrave sérieusement ces efforts, et les émissions par habitant et en termes absolus demeurent élevées. L'effondrement de plusieurs éléments de l'infrastructure de transport et les restrictions mises à la propriété des véhicules utilisant des combustibles fossiles, dans le scénario Sécurité d'abord, entraînent en fait une augmentation plus grande encore des émissions dans ce scénario. Dans le scénario Politiques d'abord, les émissions sont réduites par un meilleur rendement des moteurs et une utilisation plus grande des transports en commun, mais c'est dans le scénario Durabilité d'abord que l'on observe les résultats les plus spectaculaires.

L'Asie occidentale est l'une des régions où sévit le stress hydrique le plus grave, plus de 70 millions d'habitants de la région y étant exposés. Dans les scénarios Marchés d'abord et Sécurité d'abord, l'augmentation de la population et la croissance économique amènent une forte augmentation des prélèvements d'eau par les ménages et les industries, aggravant encore l'extension des zones subissant un stress hydrique grave, et affectant plus de 200 millions d'habitants en 2032. Un ensemble d'initiatives, dans les scénarios Politiques d'abord et Durabilité d'abord, aide à réduire un peu l'augmentation de la demande d'eau liée à la croissance économique. Alors que les prélèvements totaux d'eau dans ces deux scénarios diminuent, la pénurie d'eau persiste et la demande continue à dépasser les ressources hydriques disponibles.

Dans les régions polaires, le problème des stocks de poissons et autres animaux marins demeure préoccupant. Dans le scénario Marchés d'abord, l'augmentation massive des prises commerciales de poissons et l'abandon de certaines pêcheries aboutit à un effondrement des stocks. Les activités de pêche illégales, non réglementées et non signalées cessent dans le scénario Sécurité d'abord du fait des pressions directes exercées par les puissants intérêts soucieux de réglementer la pêche, mais l'exploitation contrôlée atteint des niveaux très élevés. Dans le scénario Politiques d'abord, on parvient à éviter un effondrement total de chaque zone de pêche en appliquant des quotas rigoureux de prises et d'autres moyens de réglementation. Dans le scénario Durabilité d'abord, les populations de poissons et de mammifères marins sont rigoureusement défendues contre la surexploitation.

Les conséquences environnementales des divers scénarios illustrent l'héritage des décennies antérieures et montrent le niveau de l'effort qui doit être entrepris pour inverser de puissantes tendances. L'une des principales leçons concrètes de ces scénarios est qu'il peut s'écouler d'importants délais entre une modification des comportements, notamment des choix de politique, et leurs effets sur l'environnement, plus précisément :

  • Une grande partie du changement environnemental qui se produira au cours des 30 prochaines années sera le résultat de mouvements déjà commencés en raison d'actions passées ou de décisions actuelles.
  • Une grande partie des effets des politiques de protection de l'environnement mises en place au cours des 30 prochaines années ne deviendront apparents que beaucoup plus tard.