About UNEP UNEP Offices News Centre Publications Events Awards Milestones UNEP Store
GEO-3: GLOBAL ENVIRONMENT OUTLOOK  
UNEP Website GEO Home Page

Les années 70 : la naissance de l'écologie moderne

En 1972, le monde était très différent de ce qu'il est aujourd'hui. La guerre froide divisait encore la plupart des nations industrialisées, la décolonisation n'était pas encore terminée et, si le courrier électronique venait juste d'être inventé (Campbell, 1998), il faudrait encore plus de 20 ans avant qu'il soit largement répandu. L'ordinateur individuel n'existait pas, le réchauffement planétaire venait juste d'être mentionné pour la première fois (SCEP, 1970) et la menace pesant sur la couche d'ozone paraissait devoir être imputée surtout à une vaste flotte d'appareils supersoniques qui ne s'est jamais matérialisée. Alors que les sociétés transnationales existaient déjà et devenaient de plus en plus puissantes, la notion de mondialisation devait attendre encore 20 ans avant de se propager. En Afrique du Sud, l'apartheid régnait encore et en Europe le mur de Berlin était encore debout.

Les principes de la Déclaration de Stockholm
  1. Les droits de l’homme doivent être affirmés, l’apartheid et le colonialisme condamnés
  2. Les ressources naturelles doivent être sauvegardées
  3. La capacité de la terre de produire des ressources renouvelables doit être préservée
  4. La flore et la faune sauvages doivent être sauvegardées
  5. Les ressources non renouvelables doivent être partagées et non pas épuisées
  6. La pollution ne doit pas dépasser la capacité de l’environnement de se nettoyer lui-même
  7. Il faut prévenir une pollution dommageable des océans
  8. Le développement est nécessaire pour améliorer l’environnement
  9. Les pays en développement ont donc besoin d’aide
  10. Les pays en développement doivent recevoir, pour leurs exportations, un prix raisonnable leur permettant de s'occuper de l'environnement
  11. La politique de l’environnement ne doit pas compromettre le développement
  12. Les pays en développement ont besoin d'argent pour appliquer des normes environnementales
  13. Une planification cohérente du développement est nécessaire
  14. Une planification rationnelle devrait concilier environnement et développement
  15. Les établissements humains doivent être conçus pour éliminer les problèmes d'environnement
  16. Les gouvernements doivent adopter une politique appropriée en matière de population
  17. Les institutions d’un pays doivent planifier le développement de ses ressources naturelles
  18. La science et la technique doivent être utilisées pour améliorer l’environnement
  19. Un enseignement de l’écologie est essentiel
  20. La recherche écologique doit être encouragée, en particulier dans les pays en développement
  21. Les États peuvent exploiter leurs ressources comme ils le veulent, mais ne doivent pas mettre en danger d'autres États
  22. Les États ainsi mis en danger doivent être indemnisés
  23. Chaque pays doit établir ses propres normes
  24. Il doit exister une coopération sur les questions internationales
  25. Les organisations internationales doivent aider à améliorer l’environnement
  26. Il faut éliminer les armes de destruction massive
Clarke et Timberlake, 1982

Le monde du début des années 70 était violemment polarisé, de maintes façons différentes. Devant cette toile de fond, il est assez surprenant que l'idée d'une conférence internationale sur l'environnement ait même été évoquée par la Suède (en 1968) ; il est plus surprenant encore qu'elle ait eu lieu effectivement (à Stockholm en 1972) ; et il est étonnant que cette conférence ait pu donner naissance à ce qui, plus tard, a été appelé « l'esprit de compromis de Stockholm », dans lequel les représentants des pays développés et en développement ont trouvé des moyens de concilier les vues profondément différentes qui les séparaient. La Conférence a été accueillie par la Suède, qui venait de constater les graves dommages causés aux milliers de lacs du pays par la pluie acide, résultat d'une grave pollution de l'air en Europe de l'Ouest.

« L'une des principales responsabilités de cette conférence est de diffuser une déclaration internationale sur l'environnement ; un document qui n'aurait pas force de loi mais qui, nous l'espérons, aurait une autorité morale, qui mettrait dans le cour des hommes le désir de vivre en harmonie les uns avec les autres et avec leur environnement. »

- Professeur Mostafa K. Tolba, Chef de la délégation égyptienne à la Conférence de Stockholm, puis Directeur exécutif du PNUE de 1975 à 1993