About UNEP UNEP Offices News Centre Publications Events Awards Milestones UNEP Store
GEO-3: GLOBAL ENVIRONMENT OUTLOOK  
UNEP Website GEO Home Page

Action 21

Action 21 est un programme d'action. Il repose partiellement sur une série de contributions spécialisées venant des gouvernements et des organes internationaux, comme le rapport Prenons soin de la Terre (UICN, PNUE et WWF, 1991). Action 21 est désormais l'instrument non contraignant le plus important et le plus influent dans le domaine de l'environnement, et il sert d'ensemble de directives pour la gestion environnementale dans la plupart des régions du monde (voir encadré à gauche).

Action 21
Action 21 pose solidement les bases de la notion de développement durable en termes de progrès social, économique et environnemental. Le programme comprend 40 chapitres et ses recommandations sont réparties entre quatre grands domaines :
  • Les questions sociales et économiques telles que la coopération internationale pour accélérer le développement durable, lutter contre la pauvreté, modifier les modes de consommation, la dynamique démographique, améliorer la durabilité, et protéger et promouvoir la santé publique ;
  • La conservation et la gestion des ressources pour le développement, telles que la protection de l'atmosphère, la lutte contre le déboisement, la lutte contre la désertification et la sécheresse, une agriculture et un développement rural durables, la conservation de la diversité biologique, la protection des ressources des eaux douces et des océans, et la bonne gestion des produits chimiques toxiques et des déchets dangereux.
  • Le renforcement du rôle des « grands groupes », notamment les femmes, les enfants et les jeunes, les peuples autochtones et leurs collectivités, les ONG, les initiatives des autorités locales à l'appui d'Action 21, les travailleurs et leurs syndicats, les entreprises et l'industrie, la communauté scientifique et technologique, et les agriculteurs.
  • Les moyens d'exécution, notamment les ressources et les mécanismes financiers, le transfert des écotechnologies, la promotion de l'éducation, d'une sensibilisation et d'une formation du public, des dispositions internationales, des instruments et des mécanismes juridiques internationaux, et une information pour la prise des décisions.

Le coût de l'application d'Action 21 dans les pays en développement a été estimé par le secrétariat du Sommet de la Terre à 625 milliards de dollars par an, les pays en développement devant trouver 80 % de ce montant, soit 500 milliards de dollars. Les pays développés étaient censés fournir le reste, soit 20 %, ou encore 125 milliards de dollars par an, en atteignant enfin l'objectif, fixé de longue date, de consacrer 0,7 % de leur produit national brut (PNB) à l'aide publique au développement (APD).

La CNUED portait sur les perspectives mondiales, mais l'un de ses résultats importants a été l'adoption de nombreux programmes Action 21 aux niveaux national et régional pour le développement durable. Ainsi, les pays de l'Afrique australe ont adopté la stratégie pour l'environnement et le développement durable dans la région de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) en 1996. L'Union européenne a de son côté adopté le cinquième Plan d'action environnemental intitulé « Vers la durabilité » (Union européenne, 1993).