About UNEP UNEP Offices News Centre Publications Events Awards Milestones UNEP Store
GEO-3: GLOBAL ENVIRONMENT OUTLOOK  
UNEP Website GEO Home Page

Produits chimiques

Il y a 30 ans, nombreux étaient les produits toxiques persistants qui étaient considérés non seulement comme des ressources mais aussi comme des polluants affectant la santé publique et l'environnement, en particulier là où ils s'accumulaient dans la chaîne alimentaire ou étaient transportés dans le monde entier. Actuellement, les produits chimiques sont considérés comme plus importants encore pour le développement, et aussi comme une ressource qu'il faut gérer afin de protéger ou d'améliorer la santé publique et l'environnement. La bonne gestion des produits chimiques s'applique aussi bien aux produits fabriqués par l'homme qu'aux produits d'origine naturelle, y compris ceux qui sont engendrés par des processus biologiques.

La communauté internationale a récemment adopté une importante convention dont le but est de contrôler l'utilisation d'un groupe particulier de composés organiques toxiques persistants (voir encadré). En décembre 2000, les représentants de 122 gouvernements, réunis à Johannesburg (Afrique du Sud) ont adopté le texte définitif d'un traité légalement contraignant relatif à la mise en ouvre d'une action internationale portant sur certains polluants organiques persistants (POP). La Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants, signée en mai 2001, comptait, en décembre 2001, 111 signataires et deux parties ; elle porte sur des mesures de contrôle de 12 produits chimiques. Les dispositions de contrôle appellent une élimination de la production et de l'utilisation des POP dont la production est délibérée, et l'élimination des POP dont la production est non délibérée, chaque fois que cela est possible (PNUE, 2001).

Polluants organiques persistants

La Convention sur les polluants organiques persistants couvre une liste initiale de 12 produits chimiques :

  • Huit pesticides - aldrine, chlordane, dichlorodiphényltrichloroéthane (DDT), dieldrine, endrine, heptachlore, mirex et toxaphène ;
  • Deux produits chimiques industriels - biphényls polychlorés (PCB) et hexachlorobenzène (qui est également un pesticide) ;
  • Deux sous-produits indésirables de la combustion et de divers procédés industriels (les dioxines et les furanes).

Une exemption à caractère sanitaire a été accordée, jusqu'en 2025, au DDT, toujours nécessaire dans beaucoup de pays pour lutter contre les moustiques vecteurs du paludisme. Les gouvernements peuvent également maintenir en fonctionnement des équipements existants contenant des PCB, mais en veillant à empêcher les fuites, pour avoir assez de temps pour remplacer les PCB. Les PCB étaient largement utilisés dans les transformateurs électriques et autres matériels.

La Convention désigne également le FEM comme principal mécanisme financier provisoire par lequel les pays développés achemineront des ressources nouvelles et additionnelles pour aider les pays en transition et les pays en développement à s'acquitter de leurs obligations en vertu de la Convention. Elle prévoit aussi un processus scientifique, intégrant le principe de précaution, portant sur l'examen d'autres produits chimiques que la Conférence des parties pourrait ajouter à la première liste.

PNUE, 2001

Depuis la Conférence de Stockholm en 1972, l'industrie chimique, dans le monde, a vu sa production multipliée pratiquement par neuf, et on s'attend à ce qu'un taux annuel de croissance de 3 % environ continue encore au cours des 30 prochaines années, avec une considérable augmentation des échanges internationaux (OCDE, 2001). Cela ne pourra qu'accroître le risque d'une exposition d'un nombre grandissant de personnes et de l'environnement à de nouveaux produits chimiques, avec le risque de l'apparition de nouvelles maladies d'origine chimique.

L'information au sujet des rejets de produits chimiques dans l'environnement est désormais beaucoup plus largement accessible que par le passé. L'Amérique du Nord fait office de chef de file à cet égard, en particulier avec l'adoption de l'Inventaire des rejets toxiques aux États-Unis (TRI, 2001), en vertu de l'EPCRA (loi sur la prévention des urgences et le droit de savoir des collectivités locales) aux États-Unis en 1986. L'objet de cette loi est d'informer les collectivités locales et les citoyens des risques existant dans leur voisinage immédiat. Cette loi fait obligation aux entreprises de signaler à l'État et aux autorités locales l'emplacement et la quantité des produits chimiques stockés localement. Aux termes de la loi EPCRA, le Congrès américain a rendu obligatoire la publication d'un inventaire des rejets toxiques. Cet inventaire donne aux citoyens des informations sur les produits chimiques potentiellement dangereux et sur leur utilisation, de sorte que les collectivités locales sont mieux armées pour obliger les entreprises à assumer leurs responsabilités et pour prendre des décisions en connaissance de cause sur la façon de gérer ces produits toxiques.