About UNEP UNEP Offices News Centre Publications Events Awards Milestones UNEP Store
GEO-3: GLOBAL ENVIRONMENT OUTLOOK  
UNEP Website GEO Home Page

L'évolution démographique

Population mondiale (en millions) par région, 1972-2000

La population mondiale augmente actuellement de 77 millions par an, les deux tiers de cet accroissement ayant lieu en Asie et dans le Pacifique

Source : Données établies d'après des chiffres de la Division de la population du Secrétariat de l'ONU, 2001

La population mondiale a augmenté, passant de 3,85 milliards environ en 1972 à 6,1 milliards au milieu de l'année 2000 (voir chiffres) et augmente actuellement de 77 millions par an (FNUAP, 2001). La croissance est concentrée surtout dans les pays en développement, et pour deux tiers en Asie et dans le Pacifique. Six pays sont à l'origine de 50 % de cette croissance annuelle de la population mondiale : l'Inde (21,1 %), la Chine (13,6 %), le Pakistan (4,8 %), le Nigéria (3,9 %), le Bangladesh (3,7 %) et l'Indonésie (3,6 %) (Nations Unies, 2001).

La population des régions industrialisées, soit actuellement 1,2 milliard, devrait peu changer au cours des 50 prochaines années, alors que celle des régions en développement passerait de 4,9 milliards en 2000 à 8,1 milliards en 2050 (Nations Unies, 2001). Cette différence s'explique surtout par les niveaux de fécondité. Les pays moins développés ont une forte fécondité, de 3,1 enfants par femme entre 1995 et 2000, tandis que dans les pays développés, la fécondité constatée est de 1,57 enfant par femme au cours de la même période - bien en dessous du niveau de remplacement, qui est de 2,1 enfants par femme (FNUAP, 2001).

Les différences de l'espérance de vie entre les pays en développement et les pays développés se sont réduites, puisqu'elles étaient de 22 ans en 1960 et de moins de 12 ans en 2000. Entre 1995 et 2000, l'espérance de vie dans les pays industrialisés était estimée à 75 ans, contre 63 ans dans les pays en développement (Nations Unies, 2001). Comme la fécondité mondiale continue à diminuer et l'espérance de vie à s'élever, la population mondiale vieillira plus vite au cours des 50 prochaines années que durant le dernier demi-siècle (Nations Unies, 2001). Néanmoins, l'apparition du sida durant les années 70 a réduit l'espérance de vie dans les pays les plus touchés et la maladie est désormais la quatrième cause de décès dans le monde. Plus de 60 millions de personnes ont été infectées par le VIH depuis les années 70, et l'on compte 20 millions de morts. Sur les 40 millions de personnes vivant avec le VIH ou le sida dans le monde, 70 % vivent en Afrique subsaharienne, où c'est la première cause de décès (ONUSIDA, 2001). Comparé à l'Afrique, l'impact relatif de l'épidémie du sida dans la plupart des autres régions du monde demeure faible.

Au cours des 30 dernières années, on a observé d'importants mouvements de population, en raison de l'urbanisation rapide, des migrations internationales et de l'augmentation du nombre des réfugiés et des personnes déplacées. Le nombre de personnes vivant en dehors de leur pays est passé de 84 millions en 1975 à, sans doute, 150 millions à la fin du XXe siècle (PNUD, 1999 ; HCR, 2000). Le nombre des réfugiés est passé de 2,7 millions en 1972 à un maximum de 18,3 millions en 1992, et il était à la fin de 1999 de 11,7 millions (HCR, 2000). En 2001, on estimait que 22 millions de personnes en situation préoccupante existaient dans le monde, parmi les réfugiés, les personnes revenues chez elles et les personnes déplacées dans leur pays (HCR, 2001). Le solde net des migrations internationales devrait rester positif dans les régions développées, qui gagneraient ainsi environ deux millions de personnes par an au cours des 50 prochaines années. En raison de la faible fécondité des pays qui reçoivent les migrants, cette migration aura un important impact sensible sur l'accroissement démographique des pays développés (Nations Unies, 2001).