About UNEP UNEP Offices News Centre Publications Events Awards Milestones UNEP Store
GEO-3: GLOBAL ENVIRONMENT OUTLOOK  
UNEP Website GEO Home Page

Développement économique

L'économie mondiale a dans l'ensemble connu une expansion considérable au cours des 30 dernières années en dépit d'importantes fluctuations. Le produit brut mondial a plus que doublé, passant de 14 300 milliards de dollars en 1970 environ à 29 995 milliards de dollars en 1999 selon les estimations (Costanza et autres, 1997 ; Banque mondiale, 2001). Cependant, ces chiffres ne comprennent pas la valeur des biens et services environnementaux, d'une importance pourtant décisive pour la préservation des systèmes de soutien de la vie sur la Terre, et qui contribuent au bien-être des hommes tout en étant en dehors du marché. L'estimation de la valeur économique de ces services rendus par les écosystèmes se situerait entre 16 000 milliards de dollars et 54 000 milliards de dollars par an, avec une moyenne de 33 000 milliards de dollars. Cette estimation doit être considérée comme minimale, en raison de la nature des incertitudes qui entourent ces chiffres (Costanza et autres, 1997).

Produit intérieur brut par habitant (en dollars de 1995), 1972-1999

En dépit d'une croissance économique mondiale, l'écart entre les riches et les pauvres s'est élargi entre les pays développés et les pays en développement ; sauf en Europe et en Amérique du Nord, les revenus par habitant n'ont que très peu augmenté

Source : Données établies d'après des chiffres de la Banque mondiale, 2001

L'économie mondiale a connu une croissance de 3,1 % par an du produit brut réel entre 1980 et 1990, puis de 2,5 % par an entre 1990 et 1998, avec des taux de croissance annuelle par habitant respectivement de 1,4 et 1,1 % (CNUCED, 2000). Cependant, on constate une très grande diversité régionale au cours de cette période, les taux de croissance étant de très loin les plus élevés en Asie et dans le Pacifique, où vit plus de la moitié de la population mondiale. Le PIB par habitant (en dollars constants de 1995) a pratiquement doublé dans les pays de l'Asie de l'Est et du Pacifique du Nord-Ouest entre 1972 et 1999, avec une croissance annuelle moyenne de 2,4 % par an (d'après les chiffres de la Banque mondiale, 2001) ; par contraste, il a diminué en Afrique subsaharienne.

Malgré la croissance économique mondiale, l'écart entre les riches et le pauvres s'est élargi à la fois entre les pays développés et les pays en développement, et dans les pays, en particulier en Amérique latine et en Afrique subsaharienne (PNUD, 2001). Les revenus par habitant n'ont que très peu augmenté dans la plupart des régions, à l'exception de l'Europe et de l'Amérique du Nord (voir la figure). Actuellement, 3,5 milliards d'habitants des pays à faible revenu se partagent moins de 20 % du revenu mondial, tandis que le milliard d'habitants des pays développés s'en partage 60 % (ONU, 2000). Le rapport entre le revenu dans les pays où habitent les 20 % les plus riches de la population mondiale et celui des 20 % les plus pauvres s'est encore accru, passant de 30 à 1 en 1960 à 60 en 1990 et à 74 en 1997 (PNUD, 1999).

L'augmentation de l'utilisation d'énergie (voir encadré) et la croissance des transports sont des indicateurs du développement économique et l'une et l'autre ont des effets graves sur l'environnement. Le transport en voiture particulière est devenu un élément pratiquement obligatoire du mode de vie de ceux qui peuvent se le permettre. Depuis les années 70, ce sont environ 16 millions de nouveaux véhicules qui ont pris la route chaque année dans le monde (PNUD, PNUE, Banque mondiale et WRI, 1998) et les voitures particulières absorbent 15 % de la consommation totale d'énergie dans le monde (Jepma et autres, 1995).

Évolution de la production et de la consommation mondiale d'énergie

L'énergie est l'une des conditions du développement socioéconomique. Elle est également essentielle pour atteindre les objectifs économiques, sociaux et environnementaux du développement durable. La maîtrise de l'énergie a spectaculairement élargi les choix individuels, permettant à ceux qui en disposent de jouir d'une mobilité et d'un confort remarquables et d'atteindre une productivité exceptionnelle. Mais l'utilisation de l'électricité par habitant illustre une très forte disparité dans la consommation d'énergie. La moyenne annuelle dans les pays de l'OCDE est 8 053 kWh par habitant, soit près de 100 fois plus que dans les pays les moins avancés, où la consommation moyenne ne dépasse pas 83 kWh par habitant (PNUD/ONU/CME, 2000).

Le taux de croissance annuelle de l'utilisation totale d'énergie entre 1972 et 1999 a été de 2 % par an, mais il a fluctué, de 2,8 % durant les années 70 à 1,5 % durant les années 80, puis 2,1 % dans les années 90 (AIE, 1999). La diminution s'explique par la fragilité des résultats économiques dans les pays en transition, en Europe, durant les années 90, à quoi il faut ajouter la crise financière mondiale de 1997-98 (PNUD/ONU/CME, 2000).

Les avantages concrets de la production et de la consommation d'énergie ont, cependant, souvent, de graves inconvénients pour l'environnement, qui à leur tour peuvent compromettre la santé publique et la qualité de la vie. Les effets sur l'atmosphère, le déboisement qui entraîne une érosion des sols et l'envasement des masses d'eau, l'élimination des déchets nucléaires et, occasionnellement, des catastrophes telles que celle de Tchernobyl figurent parmi les problèmes largement reconnus.

À l'échelle mondiale, la consommation par habitant a assez peu changé au cours des 30 dernières années, bien que la consommation totale ait augmenté de 70 % environ entre 1972 et 1999. Au niveau régional, la consommation par habitant a diminué en Amérique du Nord, le plus gros consommateur, et a fortement augmenté en Asie occidentale. La réduction de la consommation de combustibles fossiles dans les régions à forte consommation et la réalisation d'un meilleur équilibre de la consommation par habitant dans les pays et entre les pays sont des impératifs environnementaux pour l'avenir.

Consommation d'énergie par habitant (tonnes d'équivalent pétrole - tep/an)
Consommation d'énergie totale (tonnes d'équivalent pétrole - tep/an)
Source : D'après les chiffres fournis par l'AIE, 1999, et la Division de la population du Secrétariat de l'ONU, 2001

Les inégalités de revenu se reflètent également dans des disparités similaires de la consommation matérielle (voir « L'empreinte écologique, p. 36). On estime que les 20 % les plus riches de la population mondiale représentent 86 % de la consommation privée totale, consomment 58 % de l'énergie, 45 % de la viande et du poisson, 84 % du papier et possèdent 87 % des automobiles et 74 % des téléphones. Réciproquement, les 20 % les plus pauvres de la population mondiale ne consomment que 5 % ou moins de chacun de ces biens et services (PNUD, 1998).

L'empreinte écologique

Ce qu'on appelle « l'empreinte écologique » est une estimation de la pression de l'homme sur les écosystèmes mondiaux, exprimée en « unités de surface ». Chaque unité correspond au nombre d'hectares de terre biologiquement productive nécessaire pour produire les aliments et le bois que consomment les habitants, l'équipement qu'ils utilisent, et pour absorber le CO2 produit par les combustibles fossiles. Ainsi, cette empreinte tient compte de l'impact total des habitants sur l'environnement.

L'empreinte écologique mondiale est donc fonction de la population, de la consommation moyenne de ressources par habitant, de l'intensité de la consommation de ressources et de la technologie utilisée. Entre 1976 et 1996, l'empreinte écologique mondiale est passée de 11 000 millions d'unités de surface à plus de 16 000 millions. L'empreinte moyenne mondiale est restée assez constante entre 1985 et 1996, à 2,85 unités de surface par habitant.

L'empreinte écologique au niveau régional (unité de surface par habitant en 1996)

Note : les régions ne correspondent pas exactement à celles des régions retenues par le GEO

Source : WWF et autres, 2000

Dans de nombreux pays en développement, la pauvreté, le chômage et la faible productivité sont des préoccupations majeures. Dans les pays en développement pris ensemble, le secteur non structuré assure 37 % de l'emploi, et jusqu'à 45 % en Afrique (CNUEH, 2001). Dans les années 80, les programmes d'ajustement structurel ont été introduits par la Banque mondiale pour corriger les déséquilibres économiques profonds et améliorer, par des réformes, l'efficacité de l'économie. Les programmes d'ajustement structurel ont eu des effets économiques, sociaux et environnementaux, en particulier des répercussions sur la stabilité sociale et la durabilité environnementale (Reed, 1996). La pauvreté, le chômage, la baisse des niveaux de vie sont aussi devenus des problèmes importants dans les pays en transition durant les années 90.

L'un des problèmes critiques est celui de la dette extérieure, qui en 1999 atteignait 2 572 614 millions de dollars (Banque mondiale, 2001). L'Initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE) a été lancée en 1996 et, en novembre 2001, les programmes de réduction de la dette concernaient 36 000 millions de dollars dans 24 pays, surtout en Afrique (FMI, 2001). Cependant, l'Initiative est quelque peu décevante et de nombreux pays qui obtiennent une atténuation de la dette au titre de l'Initiative PPTE consacrent toujours plus de fonds au service de la dette qu'à l'enseignement élémentaire ou à la santé publique (Oxfam, 2001).