About UNEP UNEP Offices News Centre Publications Events Awards Milestones UNEP Store
GEO-3: GLOBAL ENVIRONMENT OUTLOOK  
UNEP Website GEO Home Page

La science et la technologie

Les miracles de la science et de la technologie ont apporté à l'homme des niveaux de santé toujours plus élevés, une vie toujours plus longue, des emplois meilleurs, une instruction meilleure et une existence plus confortable que ne connaissaient ses ancêtres il y a 100 ans.

Commission pour l'étude de l'organisation de la paix, 1972

Nombre de pays reliés à l'Internet

Cette appréciation qui date des années 70 demeure vraie aujourd'hui. La science et la technologie ont permis des percées majeures au cours des 30 dernières années dans des domaines, par exemple, comme l'information et les communications, la médecine, l'alimentation, l'agriculture, le développement économique et les biotechnologies. Quarante-six plaques tournantes mondiales de l'innovation technologique ont été recensées dans le monde, mais elles se trouvent surtout en Europe et en Amérique du Nord (Hillner, 2000).

Les techniques de l'information et de la communication (TIC, ou télématique) ont en particulier révolutionné les modes de vie, la façon dont on apprend, on travaille, on se rencontre (Charte d'Okinawa, 2000). L'Internet, les téléphones cellulaires, les réseaux de satellites ont rapetissé le temps et l'espace. Les communications par satellite, depuis le milieu des années 80, ont donné naissance à de nouveaux médias puissants, d'ampleur mondiale. La convergence, au début des années 90, des ordinateurs et des télécommunications a suscité une véritable explosion de la communication, de son traitement et de son stockage, et la distribution de quantités énormes d'informations. En 2001, plus d'informations pouvaient être envoyées par un simple câble en une seconde que tout ce qui est passé par la totalité de l'Internet en 1997 (PNUD, 2001).

La télématique progresse rapidement, offrant d'immenses possibilités pour le développement humain, en facilitant beaucoup la façon dont on accède à l'information, depuis les endroits les plus reculés, rapidement et à très peu de frais. Cependant, la diffusion inégale de la télématique signifie que l'accès au développement technologique constituera un avantage pour une petite minorité seulement. À ce jour, les utilisateurs de l'Internet habitent surtout les villes, et 70 % sont des habitants des pays de l'OCDE, qui ne comptent pourtant que 14 % de la population mondiale. Néanmoins, même dans les pays en développement, l'augmentation de l'utilisation de l'Internet a été spectaculaire - par exemple, en Chine, entre 1998 et 2002 le nombre d'internautes est passé de 3,9 millions à 33 millions (PNUD, 2001 ; CNNIC, 2002).

Avec le téléphone cellulaire, il n'est plus nécessaire d'installer des lignes de téléphone fixes, et le nombre des abonnés a augmenté, passant d'un peu plus de 10 millions dans le monde au début des années 90 à plus de 725 millions au début de 2001, soit un téléphone cellulaire pour huit habitants (UIT, 2001).

Nombre d'internautes (millions)
Abonnés au téléphone fixe et cellulaire (en millions)

Les chiffres indiqués dans les graphiques de gauche montrent la progression extraordinaire de l'emploi de l'Internet et des téléphones cellulaires - mais même en 2000, un quart seulement des internautes habitaient un pays en développement

Source : UIT, 2000

En outre, de nouvelles techniques aident les hommes à mieux comprendre l'environnement. En juillet 1972, le Gouvernement américain a lancé le premier satellite LANDSAT. En 2002, le programme LANDSAT avait enregistré 30 années d'observations, qui constituent la série continue la plus longue de données sur les surfaces émergées de la Terre (USGS, 2001). Cela a bouleversé le travail d'étude et d'analyse de l'environnement, le repérage des évolutions et la détection de changements nouveaux, améliorant ainsi l'alerte rapide (voir illustration ci-dessous). On trouvera à la fin de certaines des sections du chapitre 2 des exemples des images ainsi obtenues.

L'image cidessous est la «photographie» en couleurs la plus détaillée actuellement disponible de la Terre en mars 2002. Les innombrables observations de la superficie de la Terre, de l'océan, de la banquise et de la couverture nuageuse renvoyées par les satellites pendant de nombreux mois ont été mises ensemble pour constituer cette mosaïque continue, dont chaque point représente un km2.

Source: NASA Goddard Space Flight Center Image

Cependant, pour certains pays en développement, la technologie est davantage une source d'exclusion qu'un instrument de progrès. « La technologie a été créée en réponse aux pressions du marché, et non pas en fonction des besoins des pauvres, qui ont très peu de pouvoir d'achat. Ainsi, la recherche méconnaît les possibilités de développer la technologie pour les pauvres (PNUD, 2001). Par exemple, sur les 1 223 nouveaux médicaments commercialisés dans le monde entre 1975 et 1996, 13 seulement ont été mis au point pour traiter des maladies tropicales (PNUD, 2001). Les nouvelles technologies comportent également des risques imprévus pour la santé publique et pour l'environnement : par exemple, l'épuisement de la couche d'ozone dû à l'emploi des CFC, les effets secondaires des médicaments, l'utilisation imprévue de nouvelles technologies pour fabriquer des armes, la pollution, les inquiétudes qu'inspirent les organismes génétiquement modifiés, et les catastrophes technologiques telles que celles de Tchernobyl et de Bhopal.

« Les problèmes environnementaux ne pourront être résolus que si les peuples du monde entier s'en préoccupent vraiment, sont informés, possèdent les connaissances et la volonté d'agir nécessaires. La volonté des peuples doit être assez forte, assez insistante pour créer les conditions d'une qualité de vie authentique pour toute l'humanité »

- Commission pour l'étude de l'organisation de la paix, 1972