About UNEP UNEP Offices News Centre Publications Events Awards Milestones UNEP Store
GEO-3: GLOBAL ENVIRONMENT OUTLOOK  
UNEP Website GEO Home Page

La gouvernance

La question de la gouvernance est l'une de celles qui s'appliquent à tous les niveaux et dans tous les secteurs de la société - de l'administration locale à l'échelon mondial, dans le secteur privé et le secteur public - et elle a des effets sur la loi et les droits de l'homme, sur les systèmes politiques, parlementaires, démocratiques et électoraux, sur la société civile, sur la paix et la sécurité, l'administration publique, l'information, les médias et le monde des entreprises. La prise de conscience des problèmes de gouvernance, l'intérêt qui leur est porté, ont considérablement augmenté dans chacun des aspects de la vie moderne, et non pas seulement pour ce qui est de l'environnement. La bonne gouvernance est reconnue comme condition préalable d'un ensemble rationnel de politiques et elle paraît de plus en plus importante pour s'assurer de leur application réelle.

Les 30 années qui se sont écoulées entre la Conférence de Stockholm et le Sommet mondial pour le développement durable, en 2002, ont vu une réforme profonde des régimes politiques, qui s'est traduite par la fin de la décolonisation en Afrique, la fin de l'apartheid en Afrique du Sud, la disparition du rideau de fer, la réunification de l'Allemagne et l'éclatement de l'Union soviétique. On a observé aussi une augmentation rapide du nombre des alliances économiques et commerciales ainsi que du nombre des membres des Nations Unies, qui atteignait 190 en mars 2002. Mais le changement le plus important peut-être est celui qui a eu lieu au niveau national, la démocratie, la transparence étant devenues des questions d'importance majeure, en particulier depuis les années 90, et qui a causé la chute de certains gouvernements sous l'effet des exigences populaires. Au cours des 10 dernières années, plus de 100 pays en développement ou en transition ont mis un terme à un régime militaire ou à parti unique (PNUD, 2001). L'internationalisation de la problématique de l'environnement depuis 1972 a retenti sur la vie politique nationale dans beaucoup de pays développés, et les partis verts ont fait sentir leur influence, surtout durant les années 80 (Long, 2000). Les 30 dernières années ont également vu un essor remarquable des mouvements nés dans la société civile dans toutes les régions du monde, de nombreuses organisations jouant un rôle plus actif. Les organisations non gouvernementales sont de plus en plus influentes et participent parfois aux décisions de l'État ou du secteur privé.

Une main tendue à travers le Mur de Berlin symbolise la disparition du rideau de fer en Europe en 1989 - l'un des événements politiques majeurs des 30 dernières années

Source : PNUE, Joachim Kuhnke, Topham Picturepoint

Le pouvoir du peuple d'influencer les politiques suivies est reconnu au moins depuis les années 70 : « Les problèmes environnementaux ne pourront être résolus que si les peuples du monde entier s'en préoccupent vraiment, sont informés, possèdent les connaissances et la volonté d'agir nécessaires. La volonté des peuples doit être assez forte, assez insistante pour créer les conditions d'une qualité de vie authentique pour toute l'humanité »(Commission pour l'étude de l'organisation de la paix, 1972).

L'intégration grandissante de la finance, de l'économie, de la culture, de la technologie et de la gouvernance dans la mondialisation a des impacts profonds, aussi bien positifs et négatifs, sur tous les aspects de la vie humaine et de l'environnement. Les forces du marché commencent à dominer non seulement la vie économique mais aussi la vie sociale et politique, mais il existe un risque que la puissance et la richesse soient de plus en plus concentrées entre les mains d'une minorité, tandis que la majorité sera de plus en plus marginalisée et dépendante. Au XXIe siècle, le problème est d'instituer des moyens de gouvernement plus forts, pour faire en sorte que la mondialisation fonctionne à l'avantage de tous ou presque tous, et non pas simplement des profits.