About UNEP UNEP Offices News Centre Publications Events Awards Milestones UNEP Store
GEO-3: GLOBAL ENVIRONMENT OUTLOOK  
UNEP Website GEO Home Page

Développement économique

L'économie des pays africains est largement dépendante des produits primaires ou de l'extraction des ressources naturelles, qui sont généralement exportés sans traitement. De ce fait, la croissance économique a été inférieure à la croissance potentielle, car les recettes provenant de la valeur ajoutée par le processus de transformation se forment en dehors du continent africain, de sorte que les pays africains sont extrêmement vulnérables aux fluctuations des cours pratiqués ailleurs et aux règlements commerciaux imposés de l'extérieur. La première crise pétrolière, en 1973-74, a déclenché une série de régressions, de récessions économiques qui ont duré pendant plus d'un quart de siècle. La chute des cours du café, du cacao et d'autres cultures commerciales durant les années 80 a eu des effets catastrophiques sur l'économie des pays de la région. Entre 1970 et 1995, ainsi, l'Afrique a perdu la moitié de ses marchés, soit une perte de revenu de l'ordre de 70 milliards de dollars par an (Madavo, 2000).

La dépendance de l'Afrique à l'égard de l'agriculture pluviale signifie que la production est vulnérable aux fluctuations climatiques, qui peuvent gravement affecter la sécurité alimentaire et humaine, ainsi que les exportations. La place donnée à l'extraction des produits minéraux, aux cultures commerciales et à l'abattage de bois d'ouvre a également été néfaste pour l'environnement.

En raison des contraintes supplémentaires résultant de l'accroissement de la population, les résultats économiques de l'Afrique ont été médiocres au cours des 25 dernières années. La croissance annuelle du PIB par habitant des pays subsahariens a été de -1 % entre 1975 et 1999, et les revenus ont également baissé (PNUD, 2001). Néanmoins, 34 pays africains ont entre 1994 et 1997 enregistré une augmentation du revenu par habitant, et 18 ont eu une croissance économique dépassant 5 % par an, seuil nécessaire pour réduire la pauvreté (Madavo et Sarbib, 1998). Selon certains, cela serait le signe d'une reprise économique soutenue, qui reflète en partie les résultats positifs de l'application de réformes macro-économiques et structurelles orientées vers la croissance (Madavo, 2000 ; Madavo et Sarbib, 1998). Depuis le milieu des années 90, la réglementation des prix a largement été libéralisée, les offices de commercialisation des produits primaires ont été supprimés, les taxes sur le commerce ont été rationalisées, les marchés financiers libéralisés et la privatisation s'est accélérée (BAfD, 2000).

PIB par habitant (en dollars de 1995) par sous-région : Afrique

Alors que le PIB par habitant a régulièrement augmenté depuis 1972 en Afrique du Nord, il a stagné ou baissé en Afrique subsaharienne

Note : Les données relatives à l'Afrique de l'Est sont peu fiables avant 1992

Source : D'après des données de la Banque mondiale, 2001a

Mais la dette extérieure demeure pour beaucoup de pays un obstacle majeur à la croissance économique et à la réduction de la pauvreté en Afrique. Pour l'ensemble de la région, la dette extérieure a été multipliée par près de 22, passant de 16 960 millions de dollars É.-U. en 1971 à 370 727 millions de dollars en 1999 (Banque mondiale, 2001a). En 1970, le fardeau de la dette des pays subsahariens ne dépassait pas 6 000 millions de dollars, soit 11 % du PNB ; il atteignait 330 000 millions de dollars, soit 61 % du PNB en 1999 (BAfD, 2000). Depuis on a observé une légère baisse de l'endettement (Banque mondiale, 2001b). En Afrique du Nord, l'augmentation de la dette extérieure a suivi une évolution semblable. Récemment, on a mis l'accent sur la radiation de la dette et sur l'augmentation de l'investissement étranger direct. Bien que 20 pays africains aient bénéficié de programmes de réduction de la dette approuvés au titre de l'Initiative renforcée en faveur des pays pauvres très endettés (FMI, 2001), l'endettement demeure une préoccupation majeure.