About UNEP UNEP Offices News Centre Publications Events Awards Milestones UNEP Store
GEO-3: GLOBAL ENVIRONMENT OUTLOOK  
UNEP Website GEO Home Page

Développement humain

Dans l'ensemble, l'Europe est une région où le développement humain a atteint un niveau moyen ou élevé (PNUD, 2001). Cependant, si ce niveau général continue à s'améliorer progressivement dans toute l'Europe et dans certaines parties de l'Europe centrale, beaucoup de pays d'Europe orientale ont connu de graves reculs à cet égard, notamment une progression de la pauvreté monétaire depuis le début de la transition.

Traditionnellement, la région est fortement alphabétisée, puisque les taux atteignent 95 % ou plus dans l'ensemble de l'Europe, même s'ils tendent à être un peu inférieurs dans la partie méridionale de l'Europe de l'Ouest (UNESCO, 1998).

Dans plusieurs pays d'Europe centrale et orientale (Fédération de Russie, Moldova, Roumanie et Ukraine), la moitié ou plus de la population avait un revenu inférieur au seuil officiel de pauvreté durant la période 1989-95 (PNUD, 1999a). Cette paupérisation se reflète dans la grave diminution des salaires réels et du PIB par habitant, dans des taux d'inflation élevés et dans l'aggravation des inégalités de revenu, notamment entre les hommes et les femmes, celles-ci étant les premières à perdre leur emploi. Les prix relatifs ont également changé, et les prix des biens et services consommés par les pauvres augmentent souvent beaucoup plus vite que les autres prix (Nations Unies, 2000a). Alors que la pauvreté monétaire est manifestement étendue et grave en Europe orientale, elle n'est pas inconnue non plus en Europe de l'Ouest, puisqu'on estime que 17 % de la population de l'Union européenne (à l'exclusion de la Finlande et de la Suède) connaissent encore la pauvreté. La vulnérabilité à une baisse du revenu entraînant la pauvreté est plus répandue : 32 % des Européens ont connu au moins un épisode annuel de faible revenu sur une période de trois ans, alors que 7 % sont, durant cette période, dans une pauvreté persistante (CE, 2001).

L'accès à l'information relative à l'environnement

L'information, la participation et l'accès à la justice sont des éléments essentiels d'une vraie démocratie. Ces thèmes sont ainsi devenus des éléments importants, dans le processus dit « Un environnement pour l'Europe » après l'adoption des principes de Sofia en 1995 et de la Convention sur l'accès à l'information, la participation du public au processus décisionnel et l'accès à la justice en matière d'environnement, adoptée à Århus (Danemark) lors de la Conférence ministérielle sur l'environnement pour l'Europe, en 1998.

La Convention d'Århus repose sur l'idée que la participation du public au processus décisionnel, notamment celui des autorités publiques, ne peut qu'améliorer la qualité et l'application des décisions. Elle garantit le droit à l'information, la participation et la justice dans le contexte de la protection des droits des générations actuelles et futures de vivre dans un environnement propice à la bonne santé et au bien-être.

Les coûts humains de la transition ne se limitent pas à la faiblesse des revenus. En Europe, en général, l'espérance de vie a augmenté, passant de 70,3 ans en 1975-80 à 73,1 ans en 1995-2000 (pour les deux sexes, d'après les chiffres de la Division de la population du Secrétariat de l'ONU, 2001). Cependant, dans certains pays d'Europe orientale l'espérance de vie a diminué sur la même période, en particulier pour les hommes : elle a baissé en Fédération de Russie de 62 ans à 58 ans et en Ukraine de 65 ans à 64 ans (PNUD, 1999b). En outre, dans beaucoup de pays d'Europe centrale et orientale (Bélarus, Estonie, Fédération de Russie, Lettonie et Ukraine), le rapport du nombre d'hommes au nombre de femmes est bien inférieur au rapport normal. Les causes de ce problème des « hommes manquants » sont multiples et complexes, mais découlent surtout de l'insécurité : conflit militaire, mauvaise santé, chômage, perte des retraites, corruption, tous ces facteurs entraînant une désintégration sociale et une mauvaise qualité de vie (PNUD, 1999b).

Le démantèlement du système de protection sociale de l'époque communiste a également entraîné une désintégration sociale et une inégalité face aux services sociaux dans les pays d'Europe centrale et orientale. Cette dégradation a été associée à une prolifération des fraudes, des entreprises illégales, des crimes organisés (PNUD, 1999b). Selon un contraste frappant par rapport à la situation d'avant la transition, les citoyens se trouvent désormais privés de la sécurité et de la sûreté personnelle. Souvent ils sont à la merci de la criminalité organisée apparue grâce à la collusion de fonctionnaires corrompus. L'augmentation de la criminalité atteste une faiblesse de l'autorité étatique et des autorités de police.