About UNEP UNEP Offices News Centre Publications Events Awards Milestones UNEP Store
GEO-3: GLOBAL ENVIRONMENT OUTLOOK  
UNEP Website GEO Home Page

L’évolution démographique

Pyramide des âges dans le Nunavut et dans le reste du Canada

Les populations arctiques sont plus jeunes que la moyenne du reste du pays

Note : Pour le Nunavut, nombre de personnes ; pour le Canada, en milliers

Source : Conference Board of Canada, 2002

L'Arctique abrite de nombreuses populations autochtones. Ainsi, les Inuit constituent plus de 80 % de la population du Groenland et 85 % de celle du Nunavut au Canada. À ces quelques exceptions près, les populations autochtones sont des minorités dans la région où elles vivent, en raison de l'immigration.

La population de l'Arctique est très jeune ; un quart de la population a moins de 15 ans au Groenland et en Islande, tandis que 41 % ont moins de 16 ans au Nunavut (Conference Board of Canada, 2002, CIA, 1998a et b). On constate une augmentation spectaculaire de 32 % de la population du Nunavut entre 1986 et 1996 grâce à des taux de natalité élevés et à une élévation de l'espérance de vie (voir graphiques à gauche).

Les possibilités d'emploi et la construction de logements ont pris du retard par rapport à l'accroissement de la population, d'où, dans de nombreuses collectivités, du chômage et une grave crise du logement (AMAP, 1997). Les taux élevés d'alcoolisme, de suicide, de meurtre et de décès accidentels dans la population arctique sont peut-être aussi liés à l'absence de perspectives et à un sentiment d'impuissance (Bjerregaard et Young, 1998). À la fin des années 90, le chômage dans le nord de la Russie avait atteint 25 à 30 % (AMAP, 1997) et un demi-million d'habitants de cette région l'avaient quittée (Weir, 2001).