About UNEP UNEP Offices News Centre Publications Events Awards Milestones UNEP Store
GEO-3: GLOBAL ENVIRONMENT OUTLOOK  
UNEP Website GEO Home Page

Gouvernance

En 1972, l'Arctique était une zone hautement militarisée où toute coopération internationale était pratiquement impossible. Ce n'est que depuis la création en 1991 de la Stratégie pour la protection de l'environnement dans l'Arctique que les huit pays de l'Arctique se sont engagés en faveur d'une coopération durable. En 1996, cette stratégie a été transformée en Conseil de l'Arctique, qui a été chargé de pourvoir à la protection de l'environnement et au développement durable de la région. Cet organe est unique en son genre parmi les organisations internationales car il accorde aux organisations autochtones un statut particulier de « participant permanent » (Conseil de l'Arctique, 2002).

Le pétrole de l'Alaska et la Réserve naturelle nationale de l'Arctique

La Réserve naturelle nationale de l'Arctique dans le nord-est de l'Alaska est « l'exemple le plus frappant, en Amérique, d'une communauté fonctionnant naturellement, encore intacte, d'écosystèmes arctiques ou subarctiques » (USFWS, 2001). La Réserve a été créée pour protéger la faune et la flore sauvages, sauf dans une zone actuellement disputée, qui pourrait être ouverte à la prospection pétrolière et gazière par une Loi du Congrès des États-Unis. Cette zone contiendrait entre 2 et 12 milliards de barils de pétrole économiquement récupérables. Le US Fish and Widlife Service (USFWS) indique qu'il existe une probabilité de 50 % de trouver une quantité de pétrole égale à celle qui est consommée aux États-Unis pendant neuf mois. Les gisements pétroliers du versant nord de l'Alaska ont déjà produit, depuis 1973, 13 milliards de barils de pétrole et pourraient en contenir encore 3 milliards seulement.

Pour les Gwichin, une population qui se trouve de part et d'autre de la frontière entre l'Alaska et le Canada, cette réserve naturelle occupe une terre sacrée, car c'est là que se trouve l'endroit où les troupeaux de caribous mettent bas. Les caribous sont également utilisés pour l'alimentation, les vêtements, et comme source d'outils divers et d'ornements; ils sont le centre même de leur civilisation (Gemmil, 2002).

La délégation de l'autorité politique, des administrations centrales aux collectivités régionales et même locales, et de très importants transferts de terres et de capitaux en faveur des populations autochtones ont eu lieu dans l'Arctique au cours des 30 dernières années. Des accords réglant les demandes d'indemnisation couvrent désormais toutes les zones arctiques du Canada et visent le transfert de millions de km2 de terres et d'eaux, des capitaux, des recettes, ainsi que des droits de cueillette, d'exploitation et de développement. Les Lapons (Saami) ont acquis un degré considérable d'autonomie politique grâce à la création des parlements Saami, dans chacun des États scandinaves. Le Groenland est devenu partiellement autonome en 1979 avec la création d'un gouvernement autonome, qui a été encore renforcé en 1985 (Osherenko et Young, 1989). Les populations autochtones du nord de la Russie n'ont pas encore obtenu un tel contrôle sur leurs terres et sur leur destin bien que la Constitution russe de 1993 et une législation récemment adoptée leur assurent une certaine protection de leurs droits (Osherenko, 2001 ; Kryazhkov, 1996).