About UNEP UNEP Offices News Centre Publications Events Awards Milestones UNEP Store
GEO-3: GLOBAL ENVIRONMENT OUTLOOK  
UNEP Website GEO Home Page

Agriculture

Utilisation des sols (% de la surface émergée totale) : Afrique

Les terres sont exploitées intensivement dans la plupart des sousrégions en Afrique, plus de 50 % du total des terres exploitées l'étant dans deux sousrégions.

Source : D'après les chiffres de FAOSTAT, 2001.

On demande à la terre non seulement de fournir des cultures de subsistance pour une grande partie de la population en Afrique, mais aussi de produire des cultures d'exportation afin d'encourager la croissance économique. Souvent, ces demandes entrent en conflit et ne facilitent guère la mise au point et l'application d'une politique de développement cohérente. Au cours des 30 dernières années, des terres de plus en plus nombreuses ont été transformées en terres agricoles, surtout pendant les années 80 en réponse à la hausse du prix des matières premières. En 1999, environ 202 millions d'hectares de terres étaient cultivés en Afrique (32 % de la surface susceptible d'être cultivée) et 906 millions d'hectares servaient au pâturage permanent (données établies à partir de FAOSTAT, 2001). Le pourcentage des terres agricoles (livrées à la culture ou au pâturage) varie considérablement, allant de 54,7 % en Afrique australe et 46,6 % dans les îles de l'océan Indien occidental à 20 % en Afrique du Nord et 19,3 % en Afrique centrale (voir graphique). L'agriculture a fourni à l'Afrique environ 17 % de son PNB dans les années 90 et compte pour plus de 60 % de sa main-d'oeuvre en 1996, contre 70 % en 1980 (BAfD, 2001).

La production a beaucoup augmenté ces 30 dernières années, en raison principalement de l'expansion de la surface mise en culture, sans pour autant négliger le rôle joué par l'amélioration des méthodes de culture et l'utilisation accrue de produits agrochimiques. La production céréalière, qui était de 58 millions de tonnes en 1975, a pratiquement doublé pour atteindre 106 millions de tonnes en 1999 (FAOSTAT, 2001). Cela étant, l'apport en éléments nutritifs est encore faible dans beaucoup de parties du continent et le nombre de personnes souffrant de malnutrition a doublé depuis 1970 (FAO, 2000). La région est importatrice nette de céréales, le ratio importations/exportations ne faisant qu'augmenter. Rien qu'en 2000, des millions de personnes dans au moins 16 pays d'Afrique ont souffert de pénuries alimentaires, en raison de mauvaises récoltes ou de ruptures dans la chaîne de distribution causées par des guerres civiles (FAO, 2000). Par ailleurs, le manque de techniques agricoles adaptées aux conditions du continent explique aussi pourquoi le potentiel agricole n'a pas été pleinement utilisé (FAO, 2000). Le fait d'être dépendant de l'agriculture pluviale, maintenant que le développement de l'agriculture irriguée se heurte à la pénurie d'eau, augmente le risque d'insécurité alimentaire et économique, surtout dans les zones où le climat est très changeant. Un accès limité aux marchés étrangers, le montant élevé des subventions agricoles dans les pays de l'OCDE et une transformation sommaire des produits avant exportation ne font qu'accroître la vulnérabilité de l'Afrique aux fluctuations internationales des prix et l'empêchent de réaliser le potentiel de ses ressources en terre.