About UNEP UNEP Offices News Centre Publications Events Awards Milestones UNEP Store
GEO-3: GLOBAL ENVIRONMENT OUTLOOK  
UNEP Website GEO Home Page

La terre : Asie occidentale

Dégradation des sols en Asie occidentale : étendue et causes (%)

Les graphiques ci-contre montrent l'étendue (en pourcentage de la surface totale) et les causes (en pourcentage de la dégradation totale) dans la région et les deux sousrégions. On notera la prévalence de l'érosion éolienne.

Source : Données établies à partir de Marcoux, 1996.

La dégradation des terres et sa conséquence extrême, à savoir la désertification, continuent d'être les questions environnementales les plus importantes en Asie occidentale (CAMRE, PNUE et ACSAD, 1996), surtout dans les pays où la contribution de l'agriculture à l'économie nationale est importante. Le désert s'étend sur une grande partie de la région, de 10 % du territoire en Syrie à près de 100 % à Bahreïn, au Koweït, au Qatar et dans les Émirats arabes unis. La désertification touche également de vastes étendues de prairies en Iraq, en Jordanie, en Syrie et dans les pays de la péninsule Arabique, les causes en étant le climat, un taux élevé d'accroissement de la population et l'agriculture intensive, sans compter la pauvreté et des politiques laissant à désirer.

L'instabilité géopolitique à l'intérieur et autour des pays d'Asie occidentale a convaincu les gouvernements de la nécessité d'adopter des politiques axées sur la sécurité alimentaire nationale. Ces politiques sont allées de pair avec le protectionnisme agricole, des barrières douanières et l'octroi de subventions publiques pour les intrants agricoles. Ces subventions, combinées avec la disposition d'eau d'irrigation gratuite ou bon marché, ont eu un grave impact sur les ressources en terres et en eau et ont compromis la durabilité de l'agriculture dans la région (CESAO, 1997). Aussi la dégradation des terres s'est-elle généralisée et accélérée, à mesure que davantage de zones de pacage étaient mises en culture (CAMRE, PNUE et ACSAD, 1996). Les graphiques à secteur ci-dessous montrent l'étendue et les causes de la dégradation par sous-région.

Surface irriguée (millions d'hectares) : Asie occidentale

Ces 30 dernières années, la surface irriguée en Asie occidentale a beaucoup augmenté, mais la production agricole a été dépassée par l'accroissement de la population.

Source : Données établies à partir de FAOSTAT, 2001.

Les feux de forêt et le déboisement sont deux des principales causes de la perte de couvert végétal et de l'érosion des sols. De 1985 à 1993, les feux de forêt ont détruit plus de 8 000 hectares de forêts et touché plus de 20 000 hectares de forêts côtières en Syrie, ce qui s'est traduit par une érosion des sols supérieure à 20 tonnes/ha/an. Parallèlement, près de 2 440 hectares de forêts ont été déboisés à des fins agricoles (Banque mondiale et PNUD, 1998).

L'accroissement de la population et autres changements démographiques ont entraîné des pertes de terres au profit de l'urbanisation, de l'industrialisation et de fins non agricoles. Un développement insuffisant et le manque de services dans les zones rurales de la sousrégion du Machrek et au Yémen ont provoqué l'exode rural vers les zones urbaines et la prolifération d'établissements illégaux et de colonies de squatters à la périphérie des grandes villes et au détriment des terres agricoles fertiles. Les politiques nationales visant à encourager l'agriculture intensive à accroître l'autosuffisance alimentaire ont eu pour résultats de plus que doubler la surface irriguée de 1972 à 1999, la faisant passer de 2 milliards 991 millions d'hectares à 7 milliards 191 millions (FAOSTAT, 2001). L'augmentation la plus forte s'est produite en Arabie saoudite, la surface irriguée passant de 0,437 million d'hectares en 1980 à 1,6 million d'hectares en 1993 (Al-Tukhais, 1999). Nonobstant cette large augmentation de la surface irriguée (voir graphique), l'augmentation de la production alimentaire a été dépassée par l'accroissement de la population.

Une gestion médiocre et l'utilisation inefficace des eaux d'irrigation ont entraîné dans de vastes zones de la région la salinisation, l'alcalinisation, la saturation et l'épuisement des nutriments. La salinisation, qui est la cause la plus importante de dégradation des sols irrigués, touche environ 42,5 % de la surface du désert en Asie occidentale (Harahsheh et Tateishi, 2000). Environ 2 millions d'hectares de terres cultivées en Arabie saoudite et 33,6 % à Bahreïn sont modérément salinisées (FAOSTAT, 2001). La salinité et la saturation touchent 8,5 millions d'hectares, soit 64 % du total des terres arables en Iraq, tandis que 20 à 30 % des terres irriguées ont été abandonnées en raison de la salinisation (Abul- Gasim et autres, 1998). Plus de 50 % des terres irriguées dans les plaines de l'Euphrate en Syrie et en Iraq ont été gravement touchées par la salinisation et la saturation (CESAO, 1997).