About UNEP UNEP Offices News Centre Publications Events Awards Milestones UNEP Store
GEO-3: GLOBAL ENVIRONMENT OUTLOOK  
UNEP Website GEO Home Page

Vers une gestion durable des forêts

La foresterie durable était pratiquée en Europe centrale au XIXe siècle et cette culture de l'utilisation durable des forêts a survécu jusqu'à aujourd'hui dans certaines parties de la région, notamment la Slovénie. Dans de nombreuses parties de l'Europe occidentale et centrale toutefois, la monoculture, et en particulier la culture d'espèces de résineux à croissance rapide, qui ont une grande valeur commerciale, a supplanté les forêts indigènes de feuillus ; ces forêts de conifères ne peuvent pas abriter une forte biodiversité et sont plus exposées aux effets de l'acidification.

Tous les pays de la région s'efforcent de réduire l'extraction de bois des forêts naturelles et d'accroître la diversité biologique ainsi que les autres services environnementaux et de protection des forêts en les gérant de façon plus durable. Un cadre de certification paneuropéenne des forêts fournit un mécanisme volontaire de certification des forêts et contient des dispositions pour la reconnaissance mutuelle des différents systèmes nationaux européens et non européens de certification. Des organismes nationaux de certification paneuropéenne ont été créés dans 15 pays d'Europe (FAO, 2001b).

Une autre solution au problème de la déforestation consiste à employer des amendes et d'autres instruments économiques, tant pour réprimer l'abattage illégal que pour encadrer l'abattage légal. En Croatie, en Hongrie, en Lituanie, en Pologne et en République tchèque, les redevances d'abattage ou les amendes fournissent des recettes affectées à la protection des forêts et à la reforestation. En Roumanie toutefois, l'abolition de l'autorestriction des exportations de bois en 1995, s'ajoutant à la hausse du prix des sciages, fait craindre un accroissement de l'abattage illégal et de la surexploitation (REC, 2000).

Outre les actions nationales, les pays européens sont associés à des efforts de collaboration internationale qui traitent directement ou indirectement les problèmes forestiers. Plusieurs accords internationaux auxquels un grand nombre de pays ont adhéré et qui visent à protéger les espèces, comme la Convention sur la diversité biologique, la CITES et la Convention RAMSAR, protègent aussi indirectement les forêts. La Directive du Conseil des Communautés européennes 92/43/EC sur la conservation des habitats naturels de la faune et de la flore sauvages (Directive Habitat) est entrée en vigueur en juin 1994. Toutefois, certains des États membres n'ont pas encore appliqué deux de ces dispositions - la transposition dans le droit national et la présentation d'une liste nationale de sites candidats pour Natura 2000.

La Conférence ministérielle sur la protection des forêts en Europe s'est réunie à trois reprises depuis 1990. À sa deuxième réunion (Helsinki, 1993), elle a adopté une définition commune de la gestion durable des forêts (voir encadré). À la troisième (Lisbonne, 1998) elle a mis l'accent sur les aspects socioéconomiques de la gestion durable des forêts. Elle a adopté des résolutions concernant les populations, les forêts et la foresterie, les critères paneuropéens (voir encadré) et les indicateurs et lignes directrices opérationnelles pour la gestion durable des forêts (MCPFE Liaison Unit, 2000). On a entrepris d'intégrer ces résolutions dans un programme de travail global (FAO, 2001a).

Critères paneuropéens de gestion durable des forêts

Gérer les forêts de façon durable, c'est préserver et utiliser les forêts et les terres forestières de la manière et au rythme qu'il convient pour préserver leur diversité biologique, leur productivité, leurs capacités de régénération, leur vitalité et leur aptitude à accomplir, aujourd'hui et à l'avenir, des fonctions écologiques, économiques et sociales nécessaires, aux niveaux local, national et mondial, sans que cela cause de dommages à d'autres écosystèmes (Résolution H1 adoptée à la deuxième réunion de la Conférence ministérielle sur la protection des forêts en Europe). Les critères de gestion durable des forêts adoptés par cette Conférence en 1998 sont les suivants :

  • préservation et amélioration s'il y a lieu des ressources forestières et de leur contribution au cycle mondial du carbone ;
  • préservation de la santé et de la vitalité des écosystèmes forestiers ;
  • préservation et promotion des fonctions productives de la forêt (bois et autres produits) ;
  • préservation, conservation et accroissement appropriés de la diversité biologique dans les écosystèmes forestiers ;
  • préservation et amélioration appropriées des fonctions productives dans la gestion des forêts (notamment pour la protection du sol et de l'eau) ; et
  • préservation des autres fonctions et conditions socioéconomiques.
Source : MCPFE Liaison Unit, 2000.