About UNEP UNEP Offices News Centre Publications Events Awards Milestones UNEP Store
GEO-3: GLOBAL ENVIRONMENT OUTLOOK  
UNEP Website GEO Home Page

La santé des forêts

Augmentation du cubage et exploitation (millions de m3/an) : Amérique du Nord

Actuellement, la production de bois sur pied de l'Amérique du Nord dépasse d'environ 255 millions de m3 la quantité exploitée.

Source : CEE et FAO, 2000.

Par le passé, on considérait qu'une forêt était saine si elle était exempte de maladies et croissait bien (NRC, 1999). Toutefois, depuis une vingtaine d'années le principal critère de la santé des forêts est devenu la viabilité à long terme de l'écosystème forestier (CEE et FAO, 2000). On peut considérer qu'une forêt est saine lorsqu'elle préserve la biodiversité et sa capacité de résistance, fournit un habitat pour la faune et la flore sauvages, des services écologiques et a un attrait esthétique, et permet d'obtenir un approvisionnement durable en bois et autres ressources non ligneuses (NRC, 1999). Dans de nombreuses régions, les forêts sont de plus en plus fragmentées, la biodiversité se dégrade et les forêts sont affaiblies ou stressées (Bryant, Nielsen et Tangley, 1997).

Les interventions humaines et la demande de bois et de papier sont les principales causes de la modification des forêts. Des pratiques d'abattage mal conçues, l'introduction d'essences exotiques et la suppression des perturbations naturelles ont créé de vastes paysages forestiers dans lesquels la structure d'âge et la distribution des arbres ne sont pas naturelles, ce qui rend les forêts plus vulnérables en cas de sécheresse, de tempête, d'attaques d'insectes ou de pathogènes et de feu (USDA, 1997).

On considère de plus en plus que la pollution atmosphérique est un des facteurs de la dégradation des forêts (Bright, 1999). Elle a joué un rôle majeur dans la forte mortalité des forêts d'épicéas et de sapins du sud des Appalaches, région sur laquelle le Service forestier des États-Unis s'est beaucoup penché (USDA, 1997 ; Mattoon, 1998). La lutte contre la pollution a fait diminuer les pluies acides dans le nord-est, mais selon certaines indications, la réduction de la croissance de certaines essences est liée aux effets à long terme des pluies acides (Driscoll et autres, 2001).

Un nouveau problème dont on parle de plus en plus en ce qui concerne la préservation de la santé des forêts est celui de l'impact éventuel du changement climatique et des liens entre ce changement et d'autres influences néfastes (NRC, 1999). Les forêts d'Amérique du Nord et en particulier les écosystèmes de feuillus, qui paraissent avoir une forte capacité de fixation du carbone, risquent de perdre cette capacité d'absorption si leur santé se dégrade (Bright, 1999). Comme les pratiques de gestion accordent de plus en plus d'importance à des qualités autres que la production de bois, qu'une superficie croissante de terres forestières est protégée contre l'abattage et que la fragilisation des forêts pourrait réduire leur capacité d'absorption du carbone, il est de plus en plus important que l'Amérique du Nord réduise sa consommation tant de bois que de combustibles fossiles.