About UNEP UNEP Offices News Centre Publications Events Awards Milestones UNEP Store
GEO-3: GLOBAL ENVIRONMENT OUTLOOK  
UNEP Website GEO Home Page

Aperçu de la situation dans le monde

Les ressources de la diversité biologique

Le terme diversité biologique désigne la diversité des organismes dans tous les écosystèmes, terrestres, marins et autres écosystèmes aquatiques, ainsi que les complexes écologiques dont ils font partie. Elle englobe la diversité au sein des espèces (diversité génétique), la diversité des espèces et la diversité des écosystèmes.

Il n'existe pas de classification universellement acceptée des écosystèmes à l'échelle mondiale (PNUE, 1995), mais Olson (1994) a défini 94 catégories d'écosystèmes fondés sur la proportion de terres émergées, la végétation et le climat. Ce cadre permet de récapituler les données à l'échelon mondial, tout en tenant compte de la spécificité des écosystèmes dans chaque région.

Nombre estimatif d'espèces décrites
Règne Espèces décrites
Bactéries 4 000
Algues, protozoaires, etc. 80 000
Animaux : vertébrés 52 000
Animaux : invertébrés 1 272 000
Champignons 72 000
Végétaux 270 000
Total des espèces décrites 1 750 000
Nombre total estimatif d’espèces,
y compris les espèces inconnues
14 000 000
Source : PNUE-CMSC, 2000

Les forêts tropicales sont les écosystèmes les plus riches en espèces. Elles ne recouvrent que moins de 10 % de la surface de la terre mais contiennent peut-être 90 % des espèces vivant sur la planète. Les récifs de coraux et les landes méditerranéennes sont aussi très riches en espèces. À ce jour, les taxonomistes ont nommé quelque 1,75 million d'espèces (PNUE-CMSC, 2000). Récemment, on a estimé que le nombre total d'espèces vivant sur terre était de 14 millions (voir tableau), mais cette estimation est entachée d'une très forte marge d'incertitude car on manque beaucoup de renseignements sur les espèces d'insectes, de nématodes, de bactéries et de champignons.

Les organismes vivants fournissent un large éventail de services environnementaux, tels que la régulation de la composition de l'atmosphère, la protection des zones côtières, la régulation du cycle hydrologique et du climat, la production et la conservation de sols fertiles, la dispersion et la décomposition des déchets, la pollinisation de nombreuses cultures et l'absorption de polluants (PNUE, 1995). Une grande partie de ces services sont mal connus et sous-estimés en termes économiques ; toutefois, selon une estimation récente, la valeur économique totale de 17 services fournis par les écosystèmes serait comprise entre 16 000 et 54 000 milliards de dollars par an (Costanza et autres, 1997).

La santé et le bien-être des êtres humains dépendent directement de la diversité biologique. Par exemple, 10 des 25 médicaments les plus vendus dans le monde en 1997 provenaient de sources naturelles. La valeur marchande globale des produits pharmaceutiques issus des ressources génétiques serait comprise entre 75 000 et 150 000 millions de dollars par an. Quelque 75 % de la population mondiale se soignent au moyen de médicaments traditionnels, qui proviennent directement de sources naturelles (PNUD, PNUE, Banque mondiale et WRI, 2000).

La diversité biologique fournit aussi des ressources génétiques pour l'alimentation et l'agriculture et est donc essentielle pour la sécurité alimentaire mondiale et l'existence de l'humanité. Un grand nombre d'espèces sauvages parentes de plantes cultivées ont une grande importance pour l'économie nationale de certains pays et pour l'économie mondiale. Par exemple, des variétés éthiopiennes ont permis de protéger contre des virus pathogènes la récolte californienne d'orge, d'une valeur de 160 millions de dollars par an. On a estimé que la valeur de la résistance génétique aux maladies obtenue grâce à des variétés de blé sauvage poussant en Turquie représentait 50 millions de dollars par an (PNUE, 1995).