About UNEP UNEP Offices News Centre Publications Events Awards Milestones UNEP Store
GEO-3: GLOBAL ENVIRONMENT OUTLOOK  
UNEP Website GEO Home Page

Les invasions d'espèces exotiques

Nombre cumulatif d'introductions d'animaux aquatiques

Le nombre cumulatif d'introductions d'animaux aquatiques a beaucoup augmenté durant la deuxième moitié du XXe siècle.

Source : FAO, 1998 et Wellcome, 1998

Les espèces invasives sont des organismes (généralement transportés par l'homme) qui réussissent à coloniser des écosystèmes dont ils ne sont pas originaires. Ces espèces sont très menaçantes pour les espèces indigènes, en raison de la prédation, de la modification de l'habitat ou de la perturbation du fonctionnement de l'écosystème. Parmi les exemples les plus connus, en ce qui concerne les animaux terrestres, de nombreuses espèces d'escargots endémiques en Polynésie française ont disparu après l'introduction de l'escargot prédateur Euglandina rosea ; en Nouvelle-Zélande, les espèces d'oiseaux indigènes ont décliné en raison de l'introduction d'une espèce australienne appelée brushtail possum. Parmi les animaux aquatiques, on peut mentionner l'introduction il y a une trentaine d'années, dans le lac Victoria, de la perche du Nil prédatrice Lates niloticus, qui aurait contribué à l'extinction apparente de 250 espèces indigènes de cichlidés (Harrison et Stiassny, 1999). Le nombre d'introductions d'animaux aquatiques a beaucoup augmenté dans la deuxième moitié du XXe siècle (voir graphique).

La CDB tient compte du problème mondial que pose l'invasion d'espèces exotiques et appelle les parties contractantes à prévenir l'introduction d'espèces exotiques menaçant les écosystèmes, les habitats et les espèces indigènes, à limiter leurs populations ou à les éradiquer. En réponse à une recommandation formulée dans le cadre de la CDB en 1996, les parties ont élaboré un Programme mondial sur les espèces invasives, qui est coordonné par un Comité scientifique chargé des problèmes de l'environnement (SCOPE), en collaboration avec l'UICN, le Centre for Agriculture and Biosciences International et le PNUE. Ce programme passera en revue les connaissances concernant les espèces invasives et élaborera de nouveaux mécanismes et méthodes pour répondre aux problèmes à l'échelle locale et mondiale.