About UNEP UNEP Offices News Centre Publications Events Awards Milestones UNEP Store
GEO-3: GLOBAL ENVIRONMENT OUTLOOK  
UNEP Website GEO Home Page

La diversité biologique : Asie et Pacifique

La diversité des espèces dans cette région est extrêmement grande. On pense que l'Indonésie abrite davantage d'espèces et plus d'espèces endémiques que tout autre pays du monde, et elle est suivie de près par d'autres pays de la région comme l'Australie et la Chine (Groombridge, 2000). Les eaux tropicales qui baignent l'archipel indo-australien sont les plus riches du monde en ce qui concerne un large éventail d'espèces marines, notamment les coraux, les poissons de récifs de corail et les mangroves (Groombridge, 2000). Les parcours de l'ouest de la région, le plateau du Tibet et l'Australie sont particulièrement riches en lézards et serpents adaptés aux conditions arides (Anderson, 1963 ; Cogger, 1992 ; Zhao et Adler, 1993). De nombreux cours d'eau et lacs de la région abritent des espèces endémiques de poissons et d'invertébrés aquatiques (Kottelat et Whitten, 1996).

De nouvelles espèces au Viet Nam
Deux grands mammifères jamais décrits auparavant par les scientifiques ont été découverts dans une petite zone, la Réserve naturelle Vu Quang à Truong Son au Viet Nam. Le bovin de Vu Quang (Pseudoryx nghetinensis) a été décrit pour la première fois en 1993 et, deux ans après, on a décrit un cerf géant (Megamuntiacus vuquangensis) dans la même zone. Le bovin est particulièrement intéressant car il ne paraît pas appartenir de façon très nette à aucun des grands groupes de bovidés actuellement connus. On sait maintenant qu'il existe aussi dans une partie adjacente du Laos. On a aussi découvert d'autres nouvelles espèces, dont le plus petit cervidé du monde, le muntjac de Truong Son (Muntiacus truongsonensis).
Source : Dung et autres, 1993.

Nombre d'espèces de vertébrés menacées : Asie et Pacifique

Note : Les espèces gravement menacées (risque extrêmement élevé d'extinction dans un proche avenir); les espèces menacées (risque très élevé d'extinction dans un proche avenir); les espèces vulnérables (risque élevé d'extinction à moyen terme).

Les données portent sur l'ensemble des espèces de vertébrés menacées à l'échelle mondiale pour lesquelles il existe des registres nationaux dans la base de données PNUE-CMSC (PNUECMSC, 2001a). Les espèces marines enregistrées par zone océanique ne sont pas incluses.

Les grandes îles de la région abritent un large éventail d'espèces endémiques et les zones continentales sont souvent très riches en espèces, dont beaucoup sont endémiques. On peut délimiter des points chauds à l'échelle d'une montagne ou de toute une chaîne montagneuse. La chaîne de Hindu Kush et de l'Himalaya abrite probablement 25 000 espèces de plantes, qui représentent 10 % de la flore mondiale (Shengji, 1998). Certaines zones sont encore relativement mal connues : fait remarquable, on aurait même décrit récemment des espèces de grands mammifères inconnus au Viet Nam et au Laos (voir encadré).

Les ressources biologiques ont longtemps joué un rôle important dans l'économie de subsistance et sont de plus en plus exploitées à des fins commerciales. À l'échelle mondiale, trois quarts des extinctions d'espèces connues ou présumées se sont produites sur des îles isolées (CMSC, 1992), et une grande partie des espèces concernées étaient des espèces de mollusques et d'oiseaux de la région Asie-Pacifique. Actuellement, on considère que 1 469 espèces de vertébrés de la région sont menacées d'extinction (voir graphique ci-dessus). La disparition des habitats est le principal facteur qui fragmente les populations naturelles et accroît leur risque d'extinction, mais souvent il agit de façon synergique avec d'autres pressions telles que l'introduction d'espèces allogènes et la surexploitation (Eder 1996 ; NBSAP, 2000 ; NIES 1997).